14-03-2016 12:12 - Mon film sur le Sahara occidental se veut une contribution à la lutte du peuple sahraoui

Mon film sur le Sahara occidental se veut une contribution à la lutte du peuple sahraoui

APS - La présidente du Réseau international de la culture de résistance et cinéaste brésilienne Iara Lee a affirmé samedi à Nouakchott que son film documentaire sur le Sahara occidental se veut une contribution en faveur de la lutte du peuple sahraoui pour son droit à l'autodétermination et au recouvrement de ses droits légitimes.

Dans une déclaration à l'APS en marge de la projection de son film "Life is waiting" (La vie en attente): Référendum et Résistance au Sahara occidental" à Nouakchott, la réalisatrice a précisé que ce film "met en exergue la résistance pacifique du peuple sahraoui aussi bien dans les territoires occupés, au Sahara occidental, que dans les camps des réfugiés à Tindouf et dans la diaspora".

Le documentaire montre également l'"attachement des Sahraouis à leurs identité, traditions et culture".

Le film qui a déjà été présenté lors de plusieurs festivals dont la 6ème édition du festival international du cinéma d'Alger, dévoile les violations des droits de l'Homme, la violence et l'oppression exercées quotidiennement par les forces d'occupation marocaine contres les Sahraouis.

Interdit de projection dans plusieurs pays arabes, le film a été diffusé à Nouakchott en présence de partisans de la cause sahraouie.

En dépit des pressions marocaines pour empêcher la diffusion de son film, la cinéaste a souligné sa détermination à poursuivre son œuvre et à faire connaître son documentaire qui a rencontré un franc succès.

Brésilienne d'origine coréenne, Iara Lee a débuté sa carrière cinématographique dans les années 80 à Sao Paulo. Elle a pris part en 2010 à la caravane de la liberté qui s'est rendue à Ghaza où elle a été emprisonnée trois jours dans les geôles israéliennes.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1325

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • Mohammed-Ali (H) 15/03/2016 08:06 X

    ''Nul n'est prophète chez lui'' comme disait l'adage. Une Coréenne de nationalité Brésilienne qui fait un documentaire sur le sahara. Elle est un peu trop loin de chez elle.Pourquoi n'a t'elle pas fait un documentaire sur la Corée qui connait les plus grandes exactions de la part d'un tyran? Pourquoi n'avoir pas traiter des sujets sur les FAVELAS, les peuples d'Amazonie au Brésil? Est ce par manque de commanditaires ou de parraineurs? Je doute de la sincérité de cette dame et son objectivité. Les journalistes comme elles se vendent pour trois bouchées de pains.