09-12-2016 07:00 - Mauritanie : « Il y a un manque d’audace chez nos auteures »

Mauritanie : « Il y a un manque d’audace chez nos auteures »

Jeune Afrique - « Mon pays est une perle discrète », disait le poète et linguiste Ousmane Moussa Diagana de la Mauritanie qui, telle une perle, est un croisement entre l’eau du fleuve Sénégal et le sable du Sahara. Mais la Mauritanie recèle une perle ô combien plus discrète encore : sa littérature féminine francophone.

Ses productions sont « fort peu nombreuses », souligne M’Bouh Séta Diagana, maître de conférences à l’université de Nouakchott, auteur de Éléments de la littérature mauritanienne de langue française (L’Harmattan, 2008), avant d’expliquer que « les thématiques, les conditions d’édition et de réception des œuvres ne concourent pas vraiment à la consécration de cette écriture comme une entité ».

Lectrice avertie, Khadija, elle, va plus loin : « Il y a un manque d’audace chez nos auteures, déplore-t-elle. Comparées aux écrivaines du Maghreb et de l’Afrique subsaharienne, elles font preuve de beaucoup trop de retenue dans leurs œuvres. On a l’impression qu’elles écrivent comme si elles étaient dans la cour familiale, où chaque geste est sous le regard de l’autre, du père, du frère, bref, du mâle censeur de toute liberté. »

Pourtant, de ce pays où le premier recueil de poésie francophone n’a été publié qu’après l’indépendance, en 1966 (Presque griffonnages ou la Francophonie, d’Oumar Bâ), et le premier roman qu’en 1983, sont nées des poétesses et romancières d’expression française. La preuve par six plumes.

Chacune à sa façon chante sa Mauritanie d’hier et d’aujourd’hui, la place qu’y tiennent les femmes et celle qu’on leur refuse, leurs sentiments et leurs ressentiments. Et toutes donnent corps à cette écriture féminine francophone émergente.

Bios Diallo



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Jeune Afrique
Commentaires : 1
Lus : 1046

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • citoyenouldmauritanie (H) 09/12/2016 10:53 X

    Mr Bios, "la meilleure tradition d'une société n'est pas celle qui reste intacte mais celle qui s'adapte à l'évolution du temps" disait Madiou Diallo, ingénieur, politologue guinéen. Pour avancer, il est impératif que nous combattions le mal qui nous ronge. Ce mal qui est la peur de tenter, la peur d’échouer, la peur d'exprimer le fond de sa pensée...