14-12-2016 01:45 - Poésie : « Amertumes », Recueil de poèmes d’Aboubakry Djigo

Poésie : « Amertumes », Recueil de poèmes d’Aboubakry Djigo

Le Quotidien de Nouakchott - Résumé

« Amertumes », Recueil de poèmes d’Aboubakry Djigo, inspiré par la désillusion de jeunes confrontés à la logique immuable de générations décadentes. Le recueil jette également un regard sur l'absurdité de la vie…

Instituteur puis professeur d'histoire-géographie et d'anglais, Aboubakry Djigo est aussi journaliste de la presse écrite en Mauritanie. Il enseigne actuellement l'histoire et la géographie à l’École des cadres à Nouakchott. Lycée national de Nouakchott, Lycée de Selibabi, Boghé…Aboubakry Djigo a enseigné dans plusieurs établissements secondaires mauritaniens.

Recueil disponible en version papier et numérique :

https://www.edilivre.com/catalog/product/view/id/771646/s/amertumes-25540fd279/#.WE_w0tThArh



Extrait :



Ces hommes
Qui sont-ils ces hommes
Qui ont prononcé la sinistre sentence ?
Ils ont tué dans nos cœurs
La vie chaude qui allait naître.
Qui sont-ils ces hommes
Qui arrachent l’enfant à sa mère ?
Qui sont-ils ces hommes
Qui versent l’eau
Sur le foyer ardent
Qu’ont allumé les Dieux ?
Mais les flammes sont rouges
Et point ne s’éteignent les bûches.
Qui sont-ils ces hommes
Qui fendent nos cœurs à coups de hache
Et se désaltèrent de notre sang rouge et chaud ?
Ils ont tué la vie
Et la mort ont mise au monde.
Qui sont-ils ces hommes aveugles
Qui s’obstinent à voir soleil et étoiles
Dans un même ciel et au même instant ?
Qui sont-ils ces hommes
Qui font couler nos larmes,
Qui disent Non quand nous disons Oui ?
De leurs cris horribles et terrifiants,
Ils couvrent nos appels meurtris.
Qui sont-ils ces hommes
Qui écrasent l’œuf dans l’embryon ?
Mais les battements de nos cœurs
Couvriront le tonnerre ;
Mais nos larmes amères
Laveront les souillures ;
Mais l’éclat de nos regards
Percera les ténèbres
Et la chaleur de notre souffle
Sera le soleil de notre vie.




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 1194

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • a.bennan (H) 03/01/2017 01:27 X

    La poesie en francais est pauvre et a peut de sens dans un pays Arabe.Donc incomprise.

  • bonguide (H) 14/12/2016 18:46 X

    Félicitation et du courage!!! Quand on est enseignant chevronné et aussi complet comme vous l'êtes,une sortie brillante à l'image de celle-là ne me surprend guère. Bonne continuation, mon cher,et tiens bon... Sada SOW