26-02-2017 09:12 - Le navire de Greenpeace MY Esperanza en expédition dans les eaux ouest africaines

Le navire de Greenpeace MY Esperanza en expédition dans les eaux ouest africaines

Greenpeace - Praia, le 24 Février 2017 - Le navire de Greenpeace Mu Esperanza a amarré aujourd’hui au port de Praia au Cap-Vert. Durant onze semaines, My Esperanza mènera une expédition dans les eaux de six Etats de l’Afrique de l’Ouest – le Cap-Vert, la Mauritanie, la Guinée Bissau, la Guinée, la Sierra Leone et le Sénégal – pour mener une campagne de sensibilisation sur l’état actuel des pêcheries, à travers des rencontres politiques, la mobilisation des communautés et des consultations avec des scientifiques de ces états.

Cette tournée intitulée « Tournée de l’Espoir » sera l’occasion pour ces pays, de faire entendre leur voix, à travers le monde, sur la protection de leurs ressources marines.

« En déployant son navire en Afrique de l’Ouest, Greenpeace réitère son engagement à travailler avec les communautés locales et les gouvernements pour trouver des solutions aux problèmes de la surpêche et de la pêche illégale qui minent la région depuis des décennies », a déclaré Njeri Kabeberi, Directrice Exécutive de Greenpeace Afrique.

Les eaux ouest africaines sont parmi les plus riches au monde. Des millions de personnes et de communautés locales en dépendent pour leur survie et sécurité alimentaire. Alors que la population ouest-africaine croît à une vitesse galopante, les stocks de poissons quant à eux diminuent drastiquement en raison de la pêche, du changement climatique, de la pollution et de la destruction des habitats critiques.

Cette situation est exacerbée par l’absence d’une gestion efficace des pêcheries, des activités de pêche illégales, non réglementées et non déclarées (pêche INN) et par la faiblesse des systèmes de surveillance dans la plupart des pays de la région.

« La surpêche et la pêche illégale dans les eaux ouest africaines constituent une menace pour la sécurité alimentaire, les stocks de poissons et la santé des océans. La collaboration entre les États doit impérativement être renforcée pour soutenir une approche régionale de la gestion des pêcheries en Afrique de l’Ouest », a déclaré Ibrahima Cissé, Responsable de la Campagne Océans pour Greenpeace Afrique.

Au cours de ces quinze dernières années, Greenpeace a documenté et exposé comment des flottes étrangères et des navires pratiquant des activités illégales se sont rués en l’Afrique de l’Ouest après avoir surexploités les stocks de poissons dans leurs eaux. Les flottes chinoise, russe et européenne sont parmi les plus nombreuses dans les eaux ouest africaines.

Leurs activités compromettent et continuent de compromettre la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance des communautés côtières qui dépendent en grande partie de la pêche artisanale. A cela, s’ajoute la croissance rapide de la capacité de pêche artisanale et industrielle, dépourvue jusque-là de réglementation et de planification.

« Les États de l’Afrique de l’Ouest doivent impérativement travailler ensemble comme une seule entité pour protéger leurs eaux. Une gestion commune et durable des ressources, en particulier des petits pélagiques, est la première étape pour garantir un stock de poissons pour les générations présentes et futures », a ajouté Dr Cissé.

Au cours des deux prochains mois, le navire My Esperanza de Greenpeace travaillera en étroite collaboration avec les autorités locales sur l’urgence de la mise en place d’un système régional de gestion des pêcheries en Afrique de l’Ouest.

Contacts

Bakary Coulibaly, Chargé de Communications Greenpeace Afrique, Sénégal +221 773 336 265 / Praia +238 976 4218

Ibrahima Cissé, Responsable de la campagne Océans Greenpeace Afrique, Sénégal +221 770 998 842 / Praia +238 976 4217





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 808

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • harouna lebaye (H) 26/02/2017 21:06 X

    Mr CHEIKHANY, ces oiseaux que vous citez font partie de la chaîne alimentaire planétaire, ils ont un rôle a joué dans l’équilibre, leur pouvoir de destruction n’est pas comparable a celui des humains, les AMP sont un moyen de protéger les créatures aquatiques et préserver leur existence pour nourrir les oiseaux, les humains et les animaux, à-propos de l’expert que vous avez mentionné, pour connaitre la crédibilité de toute expertise, il faut chercher le commanditaire de cette expertise.

  • harouna lebaye (H) 26/02/2017 20:41 X

    Les communautés de pêcheurs artisanaux mauritaniens accueillent avec joie l’arrivée du bateau de l’espoir MY ESPERANZA en Mauritanie, nous reconnaissons le soutien de GREEN PEACE apporté à notre pays pendant les négociations avec l’UE. Fédération Libre de Pêche Artisanale

  • cccom (H) 26/02/2017 10:41 X

    Message à Green Peace, J'apprécie votre courage c'est pourquoi je vous informe quela surpopulation aviaire excessive du Parc du Banc d’Arguin consomme ou tue de source digne de foi (un expert e du français du Parc du Banc d’Arguin) chaque jour à chaque envolée 5000 tonnes de poissons. L’expert évoque 3 envolées par jour). Pouvez vous confirmer ou infirmer les chiffres de cet expert qu’il avait déclarés dans une conférence à Atar ver 1996 dans laqui visait à promouvoir l’éco-tourisme . Le Parc de Diawling prive la population humaine (qui font partie de ce écosystéme que vous protégez) de Mauritanie dont prés d’un million sont malnutris (au profit du gavage des oiseaux migrateurs et phacochères) de 60.000 ha de terres fertiles qui peut être viabilisées et équipés pour produire 3 fois les besoins de riz de la Mauritanie et des oiseaux du Parcs et phacochères, s’ils sont protégés dans un aire de 60 ha comme en France en Camargue. Cheikhany_ouldsidina@yahoo.fr