27-02-2017 12:54 - Le poisson devient cher en Mauritanie après la suspension des pêcheurs sénégalais

Le poisson devient cher en Mauritanie après la suspension des pêcheurs sénégalais

Apanews - Le prix du poisson destiné à la consommation en Mauritanie est monté en flèche après la suspension des pêcheurs sénégalais au début du mois de février courant, a-t-on constaté sur le marché à Nouakchott.

« L’espèce connue localement sous le nom de yayboy (sardinelle) est vendue aujourd’hui à 150 ouguiyas (253 F CFA) alors qu’elle était à 50 ouguiyas (84 F CFA) il y a un mois », a indiqué Assiettou Mint Djibril, mère de famille.

Quant à la corbine, son kilogramme coûte 1.600 ouguiyas (2.700 F CFA) contre 1.200 (2.028 F CFA) début février, a-t-elle, ajouté, précisant que ce sont les deux espèces les plus consommées en Mauritanie.

Cette situation répond parfaitement à la loi de l’offre et de la demande, car la hausse observée est provoquée par une chute des quantités de poissons mises sur le marché.

Une telle chute est consécutive à la suspension, au début du mois, des pêcheurs sénégalais travaillant à bord de pirogues dans les eaux mauritaniennes.

Or les Sénégalais représentent la majorité écrasante des pêcheurs dans le sous-secteur artisanal en Mauritanie, sous-secteur qui alimente exclusivement le marché local.

En dépit de ses côtes réputées parmi les plus poissonneuses au monde, la Mauritanie n’a pas une grande tradition de pêche et ses ressortissants ne se bousculent pas pour prendre la mer à bord de pirogues peu sûres.

Nouakchott avait conclu en 2015 avec Dakar un accord aux termes duquel elle lui offrait 400 licences de pêche artisanale. Toutefois, ces licences n’ont pas encore été renouvelées pour 2017 en raison d’une nouvelle législation.

Parallèlement, les armateurs mauritaniens comptent entièrement sur des pêcheurs sénégalais de Saint-Louis, très aguerris dans ce métier et qui sont une main d’œuvre à bon marché. Ces derniers sont mécontents de la mesure prise à leur endroit et qui les prive systématiquement de travail.

Les autorités mauritaniennes assurent que cette suspension est motivée par le statut irrégulier de ces pêcheurs qui doivent se conformer à la nouvelle stratégie mise en place dernièrement.

Ladite stratégie prévoit notamment deux mesures que les Sénégalais estiment préjudiciables à leur égard : d’abord le débarquement de toutes les quantités capturées dans un port mauritanien avant leur départ pour le Sénégal. Ensuite, tous les personnels travaillant à bord d’embarcations relevant du régime national de pêche doivent être obligatoirement de nationalité mauritanienne.

Dans des termes diplomatiques, le ministre mauritanien des pêches et de l’Economie maritime Nany Ould Chrougha, a déclaré, il y a quelques jours, que la nouvelle stratégie allait être « mise en œuvre avec rigueur», dans des propos tenus à Nouakchott à l’issue d’une réunion de travail avec son homologue du Sénégal, Oumar Gueye.

Ould Chrougha a souligné que cette stratégie aurait dû être mise en œuvre en janvier 2016, mais un préavis de 13 mois avait été donné aux étrangers pour qu’ils aient le temps de se conformer à la nouvelle réglementation.

MOO/cat/APA



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Apanews
Commentaires : 5
Lus : 3013

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • a.bennan (H) 01/03/2017 19:48 X

    Affaire classee et arretez de pleurnicher: petit a petit les fils du pays s'emparerons de tout cela.Pas de marche arriere sauf s'ils courbent l'echine pour les condition de la Mauritanie.

  • malalbarry8 (H) 27/02/2017 16:54 X

    Les prix de première nécessité coûtent relativement chers, ce sont les mauritaniens moyens qui payent les pots cassés des excès de zèle de notre état qui cherche à avoir des problèmes avec tous les pays voisins; pauvre Mauritanie

  • mystere1 (F) 27/02/2017 13:54 X

    Mr prési, tous mes respects à vous, mais l'orgueil et l'entêtement ne servent à rien, allez ! il n'est pas trop tard pour parfaire les choses et les remettre à leur places, sinon vous risquez de le regretter et c'est la population, surtout les amateurs de poissons, qui se fatigueront, comme rumeur il parait que l'ami frère qui est le maroc, a proposé à ces sénégalais un contrat comme travailler au royaume alors, vite récupérez cher président vos voisins pêcheurs, sinon ce n'est que le début du commencement du déclin économique du pays, wa salam

  • foutatoro (H) 27/02/2017 13:40 X

    Peuple de moutons du néolithique accepte ton sort et tais -toi !!!

  • sambath (H) 27/02/2017 13:08 X

    Si le poisson était seulement cher, le problème ne se posera pas, car les populations ont toujours surmonté les coûts des augmentations sur les produits de commerce en Mauritanie. Le grand problème qui se pose actuellement est le poisson est inexistant sur le marché de l'intérieur du pays. les populations peines de trouver du poisson dans le marché.