04-03-2017 22:25 - Le Premier ministre supervise le lancement de la journée africaine de l'environnement

Le Premier ministre supervise le lancement de la journée africaine de l'environnement

MEDD - Les festivités commémoratives de la Journée Africaine de l’Environnement et de Wangari Maathai, édition 2017 ont été lancées ce matin au Centre International des Conférence de Nouakchott par Son Excellence Monsieur le Premier Ministre Yahya Ould Hademine.

Le lancement des festivités de cette journée s'est déroulé en présence des membres du Gouvernement ; du corps diplomatique accrédité dans notre pays ; des délégations de l’Union Africaine, des Agences de Coopération Régionales et des Partenaires Techniques et Financiers du Département de l'Environnement et du Développement Durable.

Ont pris part également à cette cérémonie plusieurs autres personnalités dont notamment :

- Son Excellence Monsieur Abdoulaye Baldé Ministre de l’Environnement et du Développement Durable de la République sœur du Sénégal

- Madame Roda-Peace Tumusiime, Commissaire Chargée de l’Economie Rurale et de l’Agriculture au sein de l’Union Africaine

- Monsieur Samba Harouna Thiam, Représentant du Programme des Nations Unies pour l’Environnement auprès de l’Union de l’Union Africaine ;

- Le Représentant de l’Union Européenne résident à Nouakchott

Ladite cérémonie a été marquée par un important discours de la Mauritanie par la Commission Africaine pour abriter cette journée prononcé par Son Excellence le Premier Ministre dans lequel il a souligné que le choix qui est célébrée sous le thème « la protection de l'environnement en Afrique au profit des générations actuelles et futures" : mise en œuvre de l'Agenda 2063 », montre l'efficience de nos politiques en matière de protection de l'environnement et de gestion de nos ressources naturelles.

Son Excellence le Premier Ministre a précisé que la bataille pour l'environnement doit être collective et transfrontière surtout que les facteurs qui induisent les déséquilibres environnementaux et les conséquences qui s'ensuivent sont des facteurs planétaires globaux et requièrent des efforts devant être l'objet de concertation et de coordination non seulement au niveau africain mais aussi au plan international.

Il s’agit là d’une opportunité pour pays africain d'évaluer le bilan de ses engagements pris dans chaque domaine de la protection de l'environnement et du développement durable.

Son Excellence le Premier Ministre a précisé que grâce à ces politiques, le secteur de l'environnement jouit désormais d'un cadre stratégique, institutionnel et juridique riche et intégré considéré actuellement parmi les plus développés de la région.

Quant au Ministre de l’Environnement et du Développement Durable Son Excellence Amédi Camara, il a prononcé un important discours dans lequel il a dressé le bilan des activités phares du Président de la République Son Excellence Mohamed Ould Abdel Aziz pour la période 2009-2016.

Son Excellence le Ministre a précisé que notre pays, avec sa superficie de plus de 1 030 000 km2 est l’un des pays les plus éprouvés par les facteurs de détérioration de la biodiversité animale et végétale. Le changement climatique et son fardeau que constituent la sécheresse, l’aridification des sols, la désertification, la pollution de l’air, du sol et de l’eau ainsi que la rareté des pluies frappent durement nos populations en particulier les franges les plus vulnérables.

Les défrichements sauvages, les coupes abusives d’arbres, les feux de brousse, la chasse et la traque des animaux sauvages et d’autres activités anthropiques ont conduit à l’extermination de plusieurs espèces et contraint d’autres à l’exode en franchissant les frontières de différents pays africains vers des milieux plus cléments.

Le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable a indiqué que, Mesurant l’ampleur de ces phénomènes, le Gouvernement, en application des orientations de Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, Président de la République, a pris des mesures nécessaires visant à sensibiliser nos élus, nos populations, nos différents acteurs et Partenaires Techniques et Financiers sur l’importance de l’environnement. C’est dans ce contexte que la Mauritanie s’est dotée d’un arsenal juridique et institutionnel et des politiques appropriés pour protéger l’environnement et assurer une gestion durable de ses ressources naturelles.

Son Excellence Amédi Camara a précisé qu’en matière de politiques et de stratégies, la Mauritanie, conformément à ses engagements à travers les accords multilatéraux et bilatéraux et lors de sa participation aux différents sommets et conférences notamment Rio (en 1992 et en 2012), Johannesburg (en 2002), Copenhague (en 2009), Durban (en 2011), New-York (en 2015 et en 2016), Paris (en 2015) et Marrakech (2016), a élaboré et adopté plusieurs politiques, stratégies et plans d’action. C’est ainsi que pendant la période allant de 2009 à 2016, la Mauritanie s’est attelée à assurer la mise en œuvre de ces politiques, stratégies et plans d’action dont certaines réalisations phares sont énumérées dans la présente allocution.

Il a précisé que parmi les différentes politiques, stratégies et plans d’actions, on peut citer la politique environnementale en matière de protection de l’environnement de notre pays définie par la Stratégie Nationale de Développement Durable (SNDD) adoptée en 2006 et ses deux plans d’actions opérationnels : le PANE I et le PANE II.

Il a rappelé que ces outils de planification et de mise en œuvre ont visé, à l’horizon 2016, une meilleure intégration de l’environnement, de la bonne gouvernance et du concept de développement durable dans les politiques sectorielles.

Cette stratégie place l’environnement et le développement durable au centre des efforts déployés pour la réalisation d’une croissance économique viable.

Elle énonce clairement que la croissance économique ne peut être obtenue sans la protection de l’environnement. Elle place l’être humain au centre de la décision, avec comme priorité la satisfaction des besoins des groupes les plus pauvres et les plus vulnérables à travers une approche stratégique intégrant à la fois les dimensions sociales, économiques et environnementales.

Son Excellence a indiqué que parmi les stratégies et plans d’actions adoptés récemment par notre Gouvernement ont peut citer:

-La Stratégie Nationale et son plan d’action pour la conservation des Zones Humides adoptée le 20 Novembre 2014

-La Stratégie Nationale et son plan d’action pour la conservation de la Diversité Biologique adoptée en 2014

-La Stratégie Nationale et son plan d’action pour la mise en œuvre de la Grande Muraille Verte adoptée en 2015

Dans le cadre des Conventions, le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable a précisé que plusieurs accords régionaux et internationaux en relation avec la protection de l’Environnement ont été adoptés dont notamment :

-En 2010 l’adoption de l’Accord-cadre entre le Gouvernement Mauritanien et la Fondation du BACoMaB.

-En 2011 l’adoption de la loi portant ratification de la Convention d’Abidjan, relative à la Coopération en matière de Protection et de Mise en Valeur du Milieu Marin et des Zones Côtières de la région de l’Afrique de l’Ouest, du Centre et Australe.

-En 2011 l’adoption de la loi relative à la ratification de l’Accord sur la Conservation des Oiseaux d’Eaux Migrateurs d’Afrique et d’Eurasie (AEWA)

-En 2012 la signature du document du Fonds d’Indemnisation (Fonds FIPOL) en cas de pollution marine,

-En 2013 l’adoption de la convention portant création de l’Agence Panafricaine de la Grande Muraille Verte (APGMV) et de l’Accord de siège relatif au transfert à Nouakchott du siège de l’Agence, conformément aux décisions du 2ème Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement des pays membres.

-En 2014 l’adoption de l’Amendement de Beijing du Protocole de Montréal relatif à la Convention de Vienne sur la Protection de la Couche d’Ozone et l’adoption du protocole de Nagoya relatif à la Convention de la Biodiversité sur les ressources génétiques

-En 2015 l’adoption de la convention internationale de Minamata sur le mercure.

-En 2017 la ratification de l’accord de Paris en vertu de la Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique et le dépôt de ses Instruments de Ratification auprès du Secrétariat de la Convention.

En matière de Conventions et accords bilatéraux, le Gouvernement a signé plusieurs accords aux fins de la réintroduction des espèces de faune et de flore locales disparues ou menacées d’extinction avec les pays frères et amis tels que le Sénégal, le Mali, le Niger, l’Espagne, la Turquie, l’Egypte et le Tchad.

Le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable a indiqué qu’en matière d’évaluation environnementale, plus de 297 avis de faisabilité environnementale relative à plus de 240 évaluations d’impacts environnementales ont été conduites dans les secteurs des industries de pêches, des mines et carrières, dans le secteur du pétrole et de l’énergie, ainsi que dans celui de l’équipement et des transports.

En matière de lutte contre les pollutions et la gestion des déchets :

 Dans le cadre de l’exploitation pétrolière plus de 3 000 Tonnes de déchets d’activités pétrolières provenant essentiellement de la plateforme de production du forage de Chinguitti et 400 Tonnes contenant des NORM (radioactivité naturelle) ont été exportés vers l’étranger pour traitement,

 Au niveau du milieu urbain de Nouakchott et de Nouadhibou la collecte des déchets ménagers et leur enfouissement dans les Centres d’Enfouissement Techniques,

 Dans le souci de préserver l’environnement, plus de 40 000 Tonnes d’huiles usagées, de résidus d’hydrocarbures et d’huiles de fonds de cales ont également été exportées vers l’étranger et ce conformément aux conventions internationales.

Dans le cadre de ses engagements en matière de conservation de la biodiversité, le Ministre a précisé que la Mauritanie est l’un des pays de la sous régions qui abrite les aires protégées marines et côtières les plus vastes et les plus riches en biodiversité. C’est ainsi que dans ce contexte elle continue d’assurer :

 La Poursuite des missions de deux parcs nationaux, notamment le Parc National du Banc d’Arguin dont la superficie est d’environ 12 000 000 ha et le Parc National du Diawling dont la superficie est d’environ 56 000 ha,

 Le renforcement des équipements et des mesures de conservation et de restauration de la biodiversité à travers le rôle de nos parcs nationaux.

 La création du nouveau Parc National d’Awleigatt d’une superficie de 1 600 ha pour la réintroduction des espèces de faune et de flore locales disparues ou menacées d’extinction.

 La mise en œuvre de la Stratégie Nationale de la Biodiversité et de son plan d’action pour la période 2011-2020

 La valorisation et la conservation de la Biodiversité au niveau des zones humides continentales à travers l’adoption et la mise en œuvre de la Stratégie Nationale des zones humides pour la période 2015-2020 et son Plan d’Action.

 et la mise en place d’un système de monitoring et d’alerte précoce de l’environnement côtier et marin à travers le Projet Biodiversité Gaz et Pétrole.

Sur le plan opérationnel, le Ministre a rappelé quelques unes des actions phares que le Gouvernement a engagées dans certains secteurs clés en relation avec la protection de l’environnement qui ont réalisé d’importants résultats en matière d’adaptation et d’atténuation dans le cadre de la lutte contre les effets néfastes du changement climatique. Ainsi au niveau du secteur de l’énergie, notre pays a engagé une politique consistant à réduire les émissions des gaz à effet de serre de ce secteur. Les efforts du gouvernement en matière d’électricité ont porté sur un mix énergétique pour la production de l’électricité.

La Mauritanie a déjà une expérience sur les technologies suivantes:

 Au niveau de l’énergie hydraulique: deux centrales fonctionnement à ce jour dans le cadre de la coopération sous régionale de l’OMVS. Il s’agit de la centrale hydroélectrique de Manantali et de Félou.

 Au niveau de l’énergie solaire photovoltaïque : une centrale d’une capacité de 15 MW est installée depuis 2013 dans la capitale Nouakchott et injectée sur le réseau.

 Au niveau de l’énergie éolienne : Une centrale de 30 MW est exploitée depuis 2015 dans la zone de Nouakchott

Ces deux unités de production d’énergie propre ont déjà permis d’économiser 64 000 Tonnes de fuel et d’éviter l’émission de plus de 100 000 Tonnes de gaz à effet de serre.

En outre, l’hybridation au solaire de la plupart des centrales électriques est envisagée, déjà, 11 projets de ce type sont achevés ou à un niveau d’exécution avancé.

 L’éclairage public solaire a connu lui aussi un développement remarquable, surtout à Nouakchott, Nouadhibou et Chami où plusieurs axes routiers et espaces verts ont été dotés de foyers d’éclairage photovoltaïques.

 La substitution du fuel par le gaz est prévue vers 2017 et une augmentation de la capacité de production à partir du gaz va passer à 350 MW puis à 700 MW et finalement atteindre plus de 1 000 MW.

 Une autre centrale de 100 MW dont l’Etude est en cours est programmée pour Boulanouar.

 Pour les Centrales hybrides : deux centrales hybrides (fuel/solaire photovoltaïque ou diesel/solaire photovoltaïque) ont été réalisées en installation isolée, dont Kiffa 5 MW solaire/thermique et Aftout 2,6 MW solaire/hydro/diesel) ainsi que 8 autres centrales sont en cours d’installation.

 L’électricité sera transportée sur deux axes, l’un passant par Adelbagrou -Amourj - Néma, et l’autre partant de Néma vers N’Beiket Lahouache.

 Lancement d’un important programme de promotion et de vulgarisation des équipements d’énergie solaire, éolienne et de biomasse et appui pour l’équipement des ménages dans les zones rurales pilotes.

Ainsi, dans le secteur de l’énergie, les résultats concrets enregistrés ont déjà dépassé les prévisions en matière d’introduction des énergies renouvelables, notamment éoliennes et solaires dont notre pays recèle des potentialités considérables jusque-là non exploitées.

La Mauritanie participe ainsi à l’effort mondial visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre pour assurer le bien-être de l’humanité.

Aussi, ces actions lui ont permis de tirer profit de ces efforts soutenus à travers notamment la réduction et sa dépendance vis à vis des hydrocarbures importées qui sont coûteux et polluants.

Ces efforts ont permis également à notre pays de valoriser ses propres ressources, de diversifier son mix énergétique, et de réduire sa facture énergétique, ainsi que de préserver son environnement.

En matière d’atténuation, Son Excellence le Ministre a précisé que son Département a engagé l’ouverture et l’entretien d’environ 12 000 km linéaires de pare-feux au niveau de nos 7 wilayas agro-sylvo-pastorales et la mise en place de plus de 2 500 comités villageois de sensibilisation et ce dans le cadre des campagnes nationales annuelles pour la protection des pâturages et la lutte contre les feux de brousse.

Au niveau du secteur des transports, le Gouvernement a pris des Mesures consistant à réduire l’âge des véhicules importés et ceux selon leurs catégories.

D’autres secteurs clés tels que le Transport, l’Industrie, l’Habitat, l’Elevage, l’Agriculture, la pêche, l’habitat, etc… constituent également des sources d’émission pour lesquels notre pays se prépare pour se doter des politiques et stratégies appropriées afin de réduire leurs émissions , sachant qu’ au niveau de certains secteurs notre Gouvernement a déjà entrepris des mesures de réponse.

Dans le cadre des efforts consistant à lutter contre les effets néfastes du changement climatique et la désertification, la Mauritanie a entrepris au niveau de certains secteurs clés d’importantes actions d’adaptation parmi lesquelles on peut citer les secteurs ci-dessous :

Au niveau du Secteur de l’Environnement :

 La clôture et le clayonnage de 2 000 ha soit 1 500 Km linéaires de matériel végétal et production et plantation de plus de 3 Millions de plants au niveau de la Ceinture Verte de Nouakchott avec un taux de réussite d’environ 64 % pour protéger la ville de Nouakchott contre l’avancé de la désertification et des dunes de sables.

 Le démarrage des travaux pour la réalisation de la Ceinture Verte de Chami pour une superficie de 277 hectares, avec la Production d’environ 200 000 plants et la plantation de 171 ha.

 Le démarrage des travaux de réalisation de la Ceinture Verte de N’Beiket Lehouach et d’un site de reboisement de 17 ha dans la ville qui est menacée par l’ensablement,

 Le démarrage des travaux de réalisation de la Ceinture Verte de Chinguitti pour une superficie de 50 ha pour protéger la ville contre l’ensablement,

 La production annuelle de plus de 1 Millions de plants (flamboyant, manguier, citronnier, Leucena, Jatropha, Moringa, Prosopis) pour leur plantation dans le milieu urbain de Nouakchott et à l’intérieur de notre pays  La production au niveau de nos différentes Wilayas de 8 000 000 de plants de différentes espèces;

 L’aménagement des différents sites de détente, et d’espaces verts et la réalisation des plantations de plus de 80 Km linéaires sur les principaux axes routiers de Nouakchott;

 La mise en œuvre des activités d’adaptation dans le cadre du Projet PARSACC dont: 51 pépinières mises en place ; 31 pour des sites de fixation de dune, la fixation de 235 ha des dunes, et la mise en défens de 550 ha.

 La fermeture et la fixation mécanique et biologique de 3 brèches les plus menaçantes au niveau du cordon dunaire du littoral pour protéger la ville de Nouakchott contre les incursions marines;

 La construction et la mise en place d’une ligne de bacs à fleurs destinée à éviter l’accès des véhicules au niveau du cordon dunaire

 La stabilisation mécanique et biologique de 4,3 km de dunes fragilisées par l’érosion côtière

 Le développement des solutions et des techniques simplifiées pour la prévention contre les inondations en zone urbaine ;

 Et la réalisation de deux projets pilotes réussis dans la Commune de Sebkha pour l'évacuation des eaux pluviales et qui doivent être dupliqués et intégrés dans les plans de développement des différentes communes de Nouakchott.

Dans le cadre de la lutte contre les inondations au niveau de la ville de Nouakchott, le Ministre a indiqué que son Département a organisé en 2013 une importante campagne visant l’évacuation des eaux de pluie au niveau de la SOCOGIM PS.

Cette opération a permis l’évacuation de plus de 35 000 Tonnes d’eaux stagnantes au niveau des zones prioritaires, la réalisation d’un remblai au niveau des zones dépressionnaires, ainsi que le désenclavement de tous les axes et voies goudronnées et notamment l’Avenue de la République inondée depuis 2005.

Saluée par les populations locales et la jeunesse de ce quartier, cette opération a permis également le retour de plus de 240 familles dans leurs foyers respectifs, ainsi que la reprise des activités pour plus de 50 centres commerciaux abandonnées depuis 2005 et le désenclavement du quartier et du marché de la Mosquée Marocaine.

Au niveau du secteur de l’Agriculture, le Gouvernement a engagé :

 L’aménagement et la réhabilitation de 12 000 ha de périmètres irrigués,

 La construction de 5 grands barrages et de plusieurs dizaines de petits barrages et autres types d’ouvrages de retenue des eaux d’écoulement,

 La relance de l’agriculture irriguée à Foum Gleïta pour 1 950 ha dont 800 ha sont déjà réalisés,

 L’aménagement et la réhabilitation d’axes hydrauliques (curage et faucardage) pour améliorer l’hydraulicité des affluents et défluents du Fleuve Sénégal et du chenal de l’Aftout Saheli qui permet l’irrigation de 16 000 ha,

 La réhabilitation des infrastructures hydrauliques dans la wilaya du Trarza et la mise en œuvre de projets visant à assurer la sécurité alimentaire et la résilience des populations rurales.

Au niveau du secteur de l’élevage, le Ministre a mis l’accent sur :

 L’amélioration des performances du cheptel avec les techniques d’insémination artificielle et de transfert d’embryons notamment par la création des centres d’insémination de Mahmouda, Idini , de Nouakchott etc. et la bergerie de Benichab ,

 La création du centre de démonstration d’Idini, la restauration des pâturages naturels, la mise en défens et la gestion des parcours, le développement des cultures fourragères dans certaines zones du fleuve,

 Le renforcement des aménagements ruraux pour une gestion rationnelle et durable du cheptel et des pâturages, la création de plusieurs parcs de vaccination du cheptel,

 La création des laboratoires vétérinaires et des centres de santé animale

 et la création des fermes avicoles,

Au niveau du secteur des Pêches et de l’Economie Maritime, Monsieur Amédi Camara a indiqué que d’importants efforts ont été engagés par le Gouvernement pour assurer une gestion Durable du Secteur des Pêches et de l’Aquaculture.

Parmi les actions principales réalisées on peut noter :

 La protection des habitats de la zone euphotique ;

 L’élaboration des plans d’aménagement pour les principales pêcheries maritimes et du plan de développement de la pêche continentale ;

 Le renforcement des moyens et des capacités des institutions du contrôle en mer (Gardes Côtes de Mauritanie) et de la recherche (Institut Mauritanien de Recherche Océanographique et des Pêches) ;

 La réalisation d’un projet pour le plan POLMAR mer et le renforcement des compétences dans le domaine de la lutte contre les pollutions.

Au niveau du secteur de l’Habitat, Son Excellence Monsieur Amédi Camara a précisé que la politique menée par le Gouvernement, a permis le regroupement des populations nomades pour leur permettre d’avoir accès aux services sociaux de base tels que l’eau, l’habitat, l’éducation, la santé et l’énergie afin d’atteindre les Objectifs de Développement Durable et l’Agenda 2063.

Ainsi, cette politique de regroupement saluée par les populations ciblées a permis la création de plusieurs villes, villages ainsi que la construction de plusieurs infrastructures socioéconomiques au bénéfice de ces populations dont :

 La création de 2 villes modernes : (Benichab et Chami)

 La création de 8 villages : (Termesse, Bourat, Nbeiket Lehouach, Boulahrath, Adelbegrou, Foum Gleita, Bokol, Oum Sfeia)

 La construction de 748 logements dont 148 de type social et 600 de standing moyen

 La distribution de 150 000 lots et l’éradication des quartiers précaires

 et la lutte contre l’occupation anarchique des terrains dans le milieu urbain des grandes villes

Au niveau du secteur de l’eau, notre pays étant caractérisé par l’aridité et la désertification, le Gouvernement s’est attelé depuis 2008 à mettre en œuvre des actions qui visent à satisfaire les besoins en eau des populations aussi bien en milieu rural qu’en milieu urbain dont notamment :

 L’extension du suivi régulier des 36 champs captant vulnérables ;

 L’étude hydrogéologique de la nappe phréatique de la ville de Nouakchott ;

 La création de 800 Adductions d’Eau Potable (AEP) dont 250 équipés en solaire dans le milieu rural,

 La mise en œuvre du Programme National des Bassins de Rétention, des Mares et Lacs Artificiels

 La réalisation du Projet d’approvisionnement en eau potable de la région d’Aftout Charghi

 Le remplacement de 100 équipements thermiques par des équipements à énergie solaire par an;

 La réalisation du réseau d’assainissement pluvial de la ville de Nouakchott ;

 La réalisation des travaux d’AEP des villes de l’Est de la Mauritanie à partir de la nappe du DHAR,

 La réalisation des travaux de réhabilitation et d’extension du réseau de distribution de la ville de Nouakchott

 La réalisation des travaux du projet d’assainissement de la ville de Nouakchott dont la zone de couverture géographique est de 15 Km2 située dans différentes Moughataas (Ksar, Tevragh Zeina, Sebkha, Teyarett) et comportant un parc de 4 stations de pompage dont la station de pompage principale avec une capacité de refoulement de plus 250.000 m3/jour.

L’ensemble de ces réalisations permettent de mettre en exergue les actions phares de l’exécution du Programme de Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, Président de la République, pour la période allant de 2009 à 2016. Son Excellence le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable a indiqué également que le Gouvernement, sous la conduite de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre Yahya Ould Hadémine travaillera constamment en vue d’atténuer les effets néfastes des phénomènes naturels et des activités anthropiques sur les ressources naturelles. Ces réalisations couvrent des thématiques qui répondent aux engagements de notre pays vis-à-vis des différentes conventions internationales dans le cadre de l’atteinte des Objectifs du Développement Durable ainsi que de ceux de l’agenda 2063.

Le Ministre a indiqué que l’atteinte de ces résultats est le fruit des multiples efforts consentis par notre Gouvernement et l’ensemble des acteurs impliqués dans le secteur de l’Environnement et du développement Durable et notamment les Elus, les Partenaires Techniques et Financiers, la société Civile etc., en vue de contribuer à une croissance économique accélérée et une prospérité partagée et lutter contre la pauvreté.

- A la fin de son allocution le Ministre a remercié au nom du Gouvernement mauritanien, Monsieur Abdoulaye Baldé Ministre de l’Environnement et du Développement Durable de la République Sœur du Sénégal, Madame Mme Roda Peace Tumusiime, Commissaire Chargée de l’Economie Rurale et de l’Agriculture au sein de l’Union Africaine, Monsieur Samba Harouna Thiam, Représentant du Programme des Nations Unies pour l’Environnement auprès de l’Union de l’Union Africaine. Il a également félicité et remercié tous les opérateurs pétroliers et miniers pour avoir soutenu l’organisation des festivités de la présente Cérémonie. En fin il a également remercié l’ensemble des Partenaires Techniques et Financiers pour leur appui constant qu’ils n’ont cessé d’apporter à la Mauritanie dans le cadre du secteur de l’environnement et du développement durable.

SOURCE MEDD

------











Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : MEDD
Commentaires : 1
Lus : 1115

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • bihibihi (H) 05/03/2017 23:52 X

    Ce Premier ministre n'intéresse personne sa dernière sortie publié par votre site est la moins lue de toutes vos informations