09-03-2017 23:15 - Pour la Paix Sociale, les grands axes de la Caravane du Réseau des Femmes Parlementaires de Mauritanie sur le terrain étaient visibles

Pour la Paix Sociale, les grands axes de la Caravane du Réseau des Femmes Parlementaires de Mauritanie sur le terrain étaient visibles

TV Presse - Travailler en conformité avec l’Islam, c’est l’objectif et principes du Réseau des Femmes Parlementaires de Mauritanie(REFPAM), au cours de sa première campagne de sensibilisation à l’intérieur du pays du 11 au 21 février 2016.

Leurs différentes interventions ont axés sur les actions qui visent à améliorer les conditions de vie des franges de la société les plus nécessiteuses, notamment celles qui vivent dans des localités les plus reculées du pays.

Face à cette situation et en prenant en référence quelques donnés techniques de plusieurs étapes de la Caravane des Femmes Parlementaires de Mauritanie, dans les localités de Bogué, Bababé, Kaédi, Djéol, Dolol, Daw, Beylougui, Maghama, Luxeiba1, Monguel et Mbout, on constate que ces femmes parlementaires ont pu réussir ce que certains acteurs politiques (hommes) n’ont pas pu faire sur le terrain.

Désormais, cette action va permettre aux élus locaux et autres d’être à l’écoute de leur base électorale de prêt, pour mieux faire face aux problèmes que rencontre ce citoyen lambda dans son quotidien. On note, au cours de cette campagne de sensibilisation du REFPAM, les difficultés que certains rencontrent face aux formalités de l’Etat civil, quelques insuffisances du secteur de l’enseignement, le renforcement des capacités des techniciens de la santé, l’agriculture, l’hydraulique, l’énergie et le transport.

Autres étapes de cette Caravane du 11 au 21 février 2017, on enregistre au Guidimakha, Agwoinit, Selibabi, Boutanda, Diaguili, Gouraye, Bouli, Kalignoro et Ould Yengé un agréable moment de souvenir. Aussi, l’histoire retiendra que cette rencontre entre le Réseau des Femmes Parlementaires de Mauritanie et les représentantes des coopératives féminines et de la Société Civile n’étaient qu’à faire sortir de cette femme rurale de ses souffrances, de ses difficultés, de sa pauvreté et de son ignorance.

Par exemple, à Ndiago dans la Wilaya du Trarza, face à cette femme et à la réalité de ce terrain, les différents membres du Réseau des Femmes Parlementaires de Mauritanie (REFPAM) ont pu faire passer leur message avec technicité, en mettant l’accent sur l’importance de communiquer désormais avec les langues nationales. A l’unanimité et face aux autorités locales, certains membres du Réseau ne s’exprimaient pas en Wolof pour mieux se faire comprendre.

Donc, disent – elles en même temps. Elles constatent, que si en Mauritanie on exigeait l’enseignement de nos langues nationales à la base, non seulement renforcera la cohésion sociale et notre union, mais aussi, chaque mauritanien pourra communiquer à son frère et à sœur avec sa langue maternelle et sans obstacle. Ce qui a permis aux observateurs d’évaluer l’importance et la poursuite de cette campagne de sensibilisation sur l’ensemble du territoire national.

Il est à noter, que pour renforcer les capacités de production de cette femme rurale, il est devenu nécessaire d’apporter un appui sans faille à cette brave femme et aux différentes coopératives agricoles. Pour quoi ? Par ce que tout simplement, les fruits des efforts de cette femme rurale étaient visibles sur le terrain. Sur cette piste, on constate que l’un des objectifs stratégiques du Réseau des Femmes Parlementaires de Mauritanie (REFPAM) est de renforcer les synergies et la solidarité entre les Organisations de femmes à travers une campagne de sensibilisation à l’intérieur du pays (Mauritanie).

@ Lire plus d’infos sur : www.tvpresse.info
Tél : 00 222 41 83 33 92
moudiaye8@gmail.com
Nouakchott – Mauritanie



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 660

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)