14-03-2017 08:29 - PEGG/Boully-Guidimagha: Entre l’indifférence et mauvaise gestion des structures gestionnaires

PEGG/Boully-Guidimagha: Entre l’indifférence et mauvaise gestion des structures gestionnaires

L'Information - Les populations de la localité de Boully se trouvent depuis des années durant, épinglées entre l’inadvertance et la culpabilité des responsables de la gestion du réseau d’adduction d‘eau potable réalisé dans le cadre du Programme Eau Guidimagha-Gorgol (PEGG).

Ces travaux ont été réalisés sous maîtrise d’ouvrage de la direction de l’hydraulique. En effet, depuis l’installation du réseau d’adduction d’eau potable à Boully, notamment ces derniers temps, les populations se plaignent de la gestion calamiteuse des services de gestion assurés par un délégataire privé basé à Nouakchott.

L‘accès à l’eau potable est devenu un véritable parcours du combattant. Le dysfonctionnement du système d’alimentation en eau potable du village, dans la gestion et l’approche, est tel qu’on est appelé à se demander, comment une telle anarchie peut encore exister après des nombreux recours auprès du délégataire et surtout de la direction de l’hydraulique.

Chaque fois qu’il y’a panne, devenue quotidienne, des rapiècements sur mesure sont réalisés par cette entité de gestion en dérive qui se soucie plutôt de sa survie dans un désordre, que des droits, de la santé et de l’amélioration des conditions de vie des populations en matière d’accès à l’eau potable. Les habitants de Boully sont toujours victimes des coupures, des pannes incessantes et d’un manque cruel d’eau potable qui nécessite des solutions rapides et fiables.

Ces dysfonctionnement qui ont fait l’objet de plusieurs recours au niveau des services concernés de l’Etat et du délégataire n’ont pas été pris au sérieux. Au contraire, la situation s’empire de jour en jour avec un dérèglement à la clé, à travers des factures d’eau même si les gouttes d’eau se font rares.

Cette situation est devenue insupportable pour les habitants. Elle s’empire de jour en jour. Ce n’est pas la première fois, qu’une telle situation se produise, et à chaque fois, les mêmes refrains ressurgissent sans mesures d’accompagnement des services concernés ni solutions du délégataire qui trouve toujours normal de voir les populations se démêlés.

Le problème, ce n’est pas qu’il n’y a pas des nappes souterraines, mais plutôt un manque de bonne volonté manifeste de gestion de la part des responsables des structures concernées qui sont pourtant au courant de cette situation infernale que vit les populations depuis des années. Les questions sont pourquoi laisse- t-on- ce laisser aller ? Profite-t-il à qui ? Pourquoi des milliers de personnes sont sacrifiées au vu et au su des services concernés sans réactions? Ces derniers temps, les populations se ravitaillent à partir des puisards avec beaucoup des risques sanitaires.

Des solutions rapides s’imposent pour pallier à tout problème sanitaire et de dégradation des conditions de vie des citoyens innocents et pauvres, qui payent malgré les dysfonctionnements tous les mois, les factures de leurs robinets qui coulent à peine.

Samba Fofana



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 930

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • nemahaidara (H) 14/03/2017 13:46 X

    Ce n'est pas la langue de bois qui réglera les problèmes de Boully . A lire ce brave monsieur , il rend compte d'un dysfonctionnement grave d'une infrastructure de base , sans indexer , en baratinant dans des généralités ... Non monsieur il faut appeler le chat "le chat" sinon taisez vous comme la majorité silencieuse .

  • abcahmed (H) 14/03/2017 11:09 X

    Ce probleme d'eau se pose un peu partout en Mauritanie;on trouve dans l'assaba où la pluviometrie est assez elevée un manque d'eau(du robinet) alors que l'eau dans Elguemba est à 50cm de la surface et l'etat ne fait rien. Dans la capitale economique on a l'eau tous les deux jours et parfois des pannes durent des jours et des jours donc il faut avoir une Mbalka sinon gare à la soif. Pays extrêmement riche en sous sol tres pauvre en nationaliste(aimant faire quelque chose au pays). Le peuple doit ouvrir les yeux et ne pas attendre l'opposition(une opposition pour le plaisir de s'opposer.....) pour crier son mecontentement et faire savoir qu'il aime la paix mais la paix dans la dignité et veut avoir acces à tous ses droits. La mauritanie a le droit aux respects de ses citoyens et les citoyens ont le droit aux respects des dirigeants.