14-03-2017 09:54 - Affaire Ould M’Khaittir : justice, blasphème et cacophonie

Affaire Ould M’Khaittir : justice, blasphème et cacophonie

Dune-Voices - « J’ai voulu dénoncer la marginalisation des miens, les « maalmines » (caste des forgerons) qui sont méprisés et classés au bas de l’échelle sociale en Mauritanie.

Je n’ai pas voulu offenser le Prophète. Si je l’ai fait, je demande pardon. Je ne renie pas ma religion. Je réclame juste plus de justice»
proclame Mohamed Cheikh Mohamed, dit Ould M’Khaittir, depuis son incarcération le 02 janvier 2014.

En voulant dénoncer une inégalité sociale ancienne, le jeune blogueur provoque la mobilisation de milliers de manifestants contre lui, en publiant un article jugé blasphématoire envers l’Islam et le Prophète. Son affaire devient une chronique judiciaire sur fonds de scandales politico-religieux qui secouent la société mauritanienne.

L’étincelle

L’affaire éclate en décembre 2013 à Nouadhibou, deuxième ville de Mauritanie, lorsqu’une foule encadrée par un groupe d’associations religieuses descend dans les rues pour manifester sa colère. Surexcités, les manifestants dénoncent un article qu’ils jugent outrageux et blasphématoire envers le Prophète de l’Islam. Ils réclament l’application de la charia pour punir son auteur, Mohamed Cheikh Mohamed, qu’ils traitent de « Kaffir » (mécréant).

Ould M’Khaïttir – 31 ans, comptable d’entreprise – a publié sur Facebook un article en arabe « Religion, religiosité et Maalmines ». L’article, repris par le site d’informations « Aqlam », suscite un tollé quasi général sur les réseaux sociaux.

Selon plusieurs personnes consultées, l’article est en contradiction totale avec son titre et son introduction : interpellant la communauté des « maalmines », il commencerait par dénoncer les zawayas (lettrés) qui instrumentalisent la religion pour les stigmatiser dans la société et il finirait par présenter le Prophète comme sectaire et tribaliste à travers une interprétation controversée de faits tirés de la sire (vie du Prophète).

Le blogueur et activiste pour la cause des « Maalmines» Mohamed Yahya Abderrahmane est indigné. « Cet article est offensant envers le Prophète de l’humanité qui incarne la justice et l’égalité pour tous. Il existe certes des affabulations mensongères sur les «maalmines » imputées à tort à la religion et au Prophète, essentiellement véhiculées par des racistes », dit-il. «Ould M’Khaittir mérite sa punition, mais on doit aussi appliquer la même sentence à tous ceux qui publient les offenses à la religion et aux prophètes. »

L’instrumentalisation

Le vendredi 11 janvier 2014, une grande manifestation, largement couverte par les médias s’organise après la prière à Nouakchott, la capitale du pays, alors que le blogueur est déjà incarcéré. Elle est accueillie par le Président de la République qui déclare que « l’Etat Mauritanien n’est pas un Etat laïque, mais bien islamique » et promet de défendre la religion et ses symboles sacrés.

Mohamed, professeur d’université, nous confie : « Les articles qui critiquent la religion et les prophètes sont légion sur les réseaux sociaux et leurs auteurs ne sont pas pour autant poursuivis. Ould M’Khaïttir est clairement le bouc émissaire d’une affaire politiquement bien orchestrée pour casser les mouvements de revendications nés suite au printemps arabe.»

En 2012, pour protester contre l’instrumentalisation de la religion dans les pratiques esclavagistes, Biram Dah, un militant anti-esclavagiste, président du mouvement non reconnu IRA, brûle à Nouakchott, les ouvrages du Fiqh malékite, les fondamentaux de la pratique religieuse en Mauritanie. Un acte condamné partout en Mauritanie et dénoncé comme une « apostasie flagrante ». Des foules en colère descendent dans les rues et exigent l’exécution immédiate du militant. Biram est alors poursuivi et arrêté avec deux de ses compagnons, puis ils seront finalement relaxés et l’affaire classée.

Le procès

Après la manifestation à Nouadhibou, décembre 2013, le Procureur Général se saisit de l’affaire et place Ould M’Khaïttir sous mandat de dépôt à la prison civile de Nouadhibou, le 2 janvier 2014. Il l’accuse de mécréance alors que son repentir était déjà publié sur sa page facebook.

Le 23 décembre 2014, après une année de détention, le procès de Ould M’Khaïttir s’ouvre à Nouadhibou. L’accusé plaide non coupable et explique que son intention n’était pas de critiquer le Prophète mais de défendre une composante sociale "mal considérée et maltraitée", la caste des forgerons ("maalemines"), dont il est lui-même issu.

« Le procès, premier du genre dans le pays, fut une grande farce rythmée par les clameurs d’une foule surchauffée, qui a fortement perturbé la sérénité du procès» nous explique l’un des avocats, qui préfère garder l’anonymat par peur de représailles. «Il y avait deux procureurs et sept avocats représentant les « Amis du Prophète » et la «Ligue des Oulémas » constitués en parties civiles. La défense était composée par deux avocats commis d’office, car plus personne ne voulait le défendre après le désistement du célèbre avocat Me Ichiddou, menacé de mort lui et sa famille. Finalement, c’est l’accusé qui s’est chargé lui-même de sa propre défense, tellement ses avocats étaient intimidés par l’hostilité de la foule. »

Le 24 décembre 2014 Ould M’Khaïttir est condamné à mort pour zendaga (hypocrisie). La foule hurle de joie et le condamné tombe évanoui.

La Solidarité

Même si tout le monde est convaincu que cette sentence ne sera pas appliquée, le verdict choque à l’intérieur et à l’extérieur du pays. En effet, la charia (loi islamique) est en vigueur en Mauritanie, mais les verdicts extrêmes, comme la peine de mort ou la flagellation, ne sont plus exécutés depuis 1987.

Selon le professeur Mohamed, les mouvements de solidarité s’organisent, même au sein des courants islamistes modernes. « Mohamed El-Moctar Shinqiti, l’un des maîtres à penser du parti Tawassoul, enseignant-chercheur à Doha (Qatar), publie plusieurs articles pour dénoncer l’arrestation et la condamnation du jeune blogueur qui sont contraires au principe sacré en Islam « pas de contrainte dans la religion » nous confie-t-il. « Je suis très inquiet car je constate un net recul de la tolérance dans le pays. Cette inquisition qui frappe Ould M’Khaïttir peut frapper demain n’importe lequel d’entre nous. Plus personne n’est à l’abri ».

Cinq associations mauritaniennes se mobilisent pour organiser la défense du condamné, dont l’Association mauritanienne des droits de l’homme (AMDH), soutenues par Osservatorio Internazionale per i diritti (OSSIN), chef de file de la solidarité internationale. Et c’est désormais Me Fatimata Mbaye, présidente de l’AMDH et avocate des militants anti-esclavagistes qui coordonne sa défense avec trois autres avocats, dont deux tunisiens.

Avril 2016, la cour d’appel confirme la peine de mort, requalifie les faits de ridde (apostasie) et renvoie le dossier devant la Cour Suprême pour valider sa tawba (son repentir), conformément à l’article 306 du code pénal mauritanien.

La pression monte dans la rue et atteint son paroxysme le 31 janvier 2017. Plus de 10.000 personnes se rassemblent à Nouakchott, pendant que la Cour Suprême rend son verdict : l’affaire est renvoyée au tribunal de Nouadhibou pour un nouveau jugement, dont la date n’est toujours pas fixée, devant une nouvelle composition de la cour.

« Retour donc à la case départ d’une affaire, payée au prix fort par un jeune garçon malchanceux. Son mariage est annulé par son « apostasie». Son père, s’exile en France et sa mère vit désormais avec ses filles à Nouakchott, nous confie son cousin. Une affaire qui aurait servi à mener la plus grosse manipulation de l’opinion publique mauritanienne, par les renseignements généraux, en vue de casser un mouvement de contestation sociale, pacifique et légitime. Elle aurait aussi servi à des règlements de compte entre les clans religieux, les clans politiques, les clans tribaux, à tous, sauf à faire avancer les revendications légitimes des exclus.»



L’histoire d’une « Intifada »

Selon Ahmed Mohamed Lemine Salem, président de l’INSAV, initiative qui milite pour les droits des maalmines, c’est son article publié en décembre 2011 qui est à l’origine de l’Intifada (le soulèvement).

« J’ai eu l’honneur de déclencher la première offensive pacifique de contestation, en 2011, au lendemain de la cérémonie de décoration des personnalités symboliques du pays par le président actuel, explique-t-il dans une interview à RimWeb.net. Lors de cette cérémonie du cinquantenaire de l’indépendance de la Mauritanie, il a été rendu hommage à toutes les catégories sociales, toutes les communautés mauritaniennes, sauf la nôtre, qui n’était ni représentée, ni citée – alors que c’est bien grâce au travail de ses hommes et femmes que la khaïma (logis du désert) est équipée, que le guerrier défend sa tribu, que le marabout enseigne ses élèves, que le griot chante les louanges de ses maîtres, que l’esclave pioche les champs… Comment pouvait-on nous oublier en ce moment historique si important pour le pays ? L’affront était insupportable pour nous. Il fallait se lever, contester, organiser notre intifada.»

Mohamed Yahya Abderrahmane, jeune blogueur est interpellé par cet appel et devient un activiste pour la cause des maalmines. Il contribue -en 2012, 2013, 2014- à la création de plusieurs mouvements associatifs et politiques pour défendre leurs droits fondamentaux : Le Sursaut Lemaalmines, La Mouvance Lemaalmines, El Hirak, El Teyar,…

Mohamed Yahya nous raconte toute sa colère : « Notre communauté est la communauté la plus stigmatisée par la société maure et ce, depuis des millénaires. Et avec l’indépendance et l’évolution du pays, notre condition n’a fait qu’empirer. L’Etat n’a pas joué son rôle pour nous accompagner dans les mutations socio-économiques causées par l’urbanisation et nous sommes devenus beaucoup plus stigmatisés par la pauvreté. »

« En 96, 97, j’étais élève dans une mahadra (école coranique), les enfants m’insultaient avec des chansons, des poèmes blessant ma dignité. J’apprenais de faux hadiths imputés au Prophète PSL et des légendes populaires qui entretenaient des clichés, des superstitions sur les miens : que nous sommes maudits, que nous portons la poisse à ceux qui nous croisent le matin ; que nous sommes des descendants des juifs, nés de la bouse d’âne ; que nous ne pouvons pas diriger une prière (comme les esclaves)… En plus, nous ne pouvons même pas aspirer à un changement de statut social comme l’esclave. Lui devient normal, lorsqu’il devient libre. Nous, nous restons maalmines jusqu’à la mort» conclut avec tristesse le jeune militant.

Encouragé par les mouvements de revendication chez les Harratines (anciens esclaves) - une autre communauté stigmatisée, qui s’organise et qui publie en Mai 2013, le Manifeste pour les droits politiques, économiques et sociaux des Haratines au sein d’une Mauritanie unie, égalitaire et réconciliée avec elle-même – le Sursaut des Maalmines Pour une Patrie Ouverte à Tous, publie en juillet 2014, le Manifeste des Forgerons, qui dessine un lendemain plus fédérateur et plus conciliant.



Un vent de liberté, d’espoir souffle alors sur la communauté des maalmines - des graffitis apparaissent sur les murs et, évènement nouveau jusqu’ici quasi impensable, chacun publie sa photo sur le net et se déclare fier de son appartenance à la communauté stigmatisée.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Dune Voices
Commentaires : 2
Lus : 1789

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • mystere1 (F) 14/03/2017 11:44 X

    Comme dit l’adage, il faut tourner la langue 7 fois avant de parler, on peut croire qu’on dit des choses correctes ou raisonnables, alors qu’on est en train de blesser certaines personnes, qui voient mal en ce point de vue, et parlant de ce jeune homme, Dieu Seul Sait pourquoi il a dit en rédigeant ce bloc qui a porté scandale dans ce pays et lui a porté préjudice, lui et sa famille, oui ! tout le monde sait que la caste des forgerons a été maudite et méprisée depuis la nuit des temps prophétiques, je me pose la question si ce n’est pas l’une de ces raisons qui l’a poussé à se défouler sur son blog afin de cracher son mécontentement dû au mépris de sa caste dans cette société, mais aussi, une manière d’être la voix des sans voix de sa caste, afin d’être leur porte-parole, mais quel que soit les raisons de cet écrit, il fallait que d’abord tous les imams savants et érudits de ce pays se concertent, le convoquent afin que lui ! ould m’kheitir, s’explique devant ces derniers, les raisons essentielles de ce blog, et eux, essaient d’en tirer conclusion, après analyse, si ce type a fait exprès de calomnier en blasphémant sur le Saint Prophète, sur la religion, avec audace, insolence, et abominabilité, et qu’il insiste pour ne pas se repentir, alors là on doit l’exécuter tout rapidement, sinon tous nous serions complices de cet acte impie verbal et répondront de nos actes devant Dieu, Au Jour J dur , Rassemblement !, par contre s’il est en manque mental, on doit le laisser, chose que je ne crois pas, il est lucide, et est responsable de ses écrits.

  • samba el bakar (H) 14/03/2017 11:25 X

    Le cas de Ould M’Khaittir qui passionne tant est un signal fort à plus d'une raison. 1-L' ouverture des boulevards d' informations s'appuyant sur le net fait qu'à travers le relai par les réseaux sociaux un buzz est vite créé avec ce que cela comporte comme excès .Sinon,dans le fond,sans vouloir minimiser la gravité de la faute commise,on devrait accorder une hauteur de vue plus humaine pour accepter le repentir de l' auteur.Nous sommes mal outillés pour mesurer la Clémence du Seigneur pour telle ou telle offense commise 2-En voulant clouer au pilori cet homme,certains défenseurs des droits de l' homme , ceux de sa caste en particulier, ont compris qu'on lui en voulait à mort non pas pour ce qu'il a fait-blâmable du reste - mais plutôt pour ce qu'il est. 3-Enfin,il est temps de s'arrêter un instant et avoir le courage de l' autocritique et d' en finir avec l' outrecuidance qui gangrène notre Nation car même ce qui nous servait de repère ,l' Islam,à force d'instrumentalisation est en train de filer entre les doigts.Certains clivages paraissent si profonds que nous sommes au bord du gouffre de l' implosion sociale.Ceux qui se sentent très sécurisés après avoir armé leurs enfants devraient reconsidérer leur attitude arrogante et méprisante vis-à-vis des laissés pour compte et autres marginalisés de ce pays.