14-03-2017 11:11 - Mission de l'IGF: des contrôleurs financiers remerciés

Mission de l'IGF: des contrôleurs financiers remerciés

Rimeco - L’Etat est pauvre, aime-t-on répéter, mais dans le silence des cabinets ministériels, on continue à se sucrer allègrement sur le dos du contribuable.

Les rapports des missions de l’inspection générale des finances qui a visité en fin d’année 27 départements ministériels sont assez éloquents : le vol continue d’être organisé et ordonnancé dans plusieurs ministères. Selon nos sources, les inspecteurs ont relevé des situations irrégulières voire délictueuses.

La litanie des manquements constatés à travers cette poignée d'affaires donne le tournis : violations du Code des obligations de l'administration et du Code des marchés publics, absence d’appel à la concurrence, absence de protection des intérêts de l'État, violations manifestes de la loi, non-perception de recettes fiscales, négligences dans le suivi des dossiers, copieuses surfacturations, dilapidation des ressources.

A l’issue de ce rapport, cinq contrôleurs financiers ont été remerciés pour dit-on n’avoir pas eu à veiller sur la régularité des dépenses et plusieurs responsables des structures visitées sont passés à la caisse pour rembourser les irrégularités constatées. Et qui sait, d’autres sanctions seraient-elles à l’horizon ? .

En attendant, les semaines à venir pourraient s'annoncer difficiles pour d'autres Établissements si les limiers de l'IGF viennent à s'intéresser à leur gestion.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 6
Lus : 3518

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (6)

  • 33medsalem (H) 16/03/2017 19:30 X

    ce ministre a le visage d un criminel menteur et fumier

  • ndilinkou (H) 14/03/2017 18:06 X

    L’IGF devrait s’intéresser au Ministère de l’Economie. En général les nominations des chefs de services, directeurs et directeurs adjoints dans l’Administration, concernaient le personnel de la Fonction Publique et principalement des fonctionnaires. Cette bonne pratique rencontre de sérieuses distorsions sous le deuxième mandat du Président AZIZ. Le Ministre de l’Economie en abuse très sérieusement au détriment des prévisions budgétaires. Je peux compter plus de dix personnes venues directement de la rue, sans fiche budgétaire ni contrat au préalable, et être nommés comme chefs de Services ou directeurs adjoints par le Ministre. Alors que les contrôleurs, inspecteurs et administrateurs, sortis de l’ENA, parmi eux de vieux très expérimentés, sont dans les couloirs de la DGI et du Trésor attendant de meilleurs jours. Ils peuvent attendre longtemps s’ils n’ont pas de bras longs. Je ne veux pas citer des noms, mais je connais les noms de ces chanceux et leurs postes. Mais cela n’étonne pas qui connait comment le Ministre de l’Economie lui-même est venu. Et dire qu’aujourd’hui, on est en train de faire le toilettage dans les établissements publics pour une meilleure maitrise des dépenses. C’est dommage pour la Mauritanie, le désordre s’est installé et tout est permis.

  • Garbarimba (H) 14/03/2017 16:23 X

    Moctar Diay ! profites-en pendant que le Grand boss (AZIZ) te porte encore dans son coeur avant qu'il ne change d'humeurs! Places tes hommes qui vont assurer tes arrières pour en fin dormir calmement dans ton Mâle natale où la vie est naguère hostile!

  • habouss (H) 14/03/2017 13:30 X

    La poudre au yeux, pour ne cacher pourtant que le sommet de l'iceberg !

  • amadou moussa (H) 14/03/2017 12:42 X

    le ministre des finances fait bien son travail,chacun travaillait pour son intérêt personnel.ils pensaient que l'état n'existe pas,le contexte dit le contraire.les contrôles internes ne révèlent rien et les contrôles externes peinent à trouver les failles

  • hayerim (H) 14/03/2017 12:12 X

    De la poudre aux yeux, les escrocs qui se tapent l'argent de l'Etat sont ailleurs, tout le monde le sait. Telle société est l'apanage de tel chef, tel secteur est du ressort exclusif de tel autre. Ces autres là sont connus et tout cela est un secret de polichinelle. Cessons de faire la politique de l'autruche et disons ce qui et réel aux citoyens. De petits fonctionnaires ne représentent rien par rapport aux vrais prédateurs, ces crocodiles dont aucun journaliste ni inspecteur ne veut parler.