16-03-2017 08:00 - Mauritanie: une nouvelle hausse des taxes frappe les camionneurs marocains

Mauritanie: une nouvelle hausse des taxes frappe les camionneurs marocains

Le360 - Les taxes sur les camions gros porteurs transportant fruits et légumes en provenance des pays voisins à destination du marché mauritanien ou en transit ont encore augmenté. Il s’agit de la seconde forte hausse en l’espace de 3 mois.

Avec cette dernière hausse de 23,55%, le montant de la taxe sur les camions de 25 tonnes est passé de 637.000 ouguiyas (environ 1.635 euros) à 787.000 ouguiyas (2.020 euros), soit une majoration en valeur absolue de 150.000 ouguiyas (385 euros). Quant aux camions de 18 tonnes, ils s’acquittent désormais d’un montant de 520 000 ouguiyas (1.333 euros).

«Cette nouvelle hausse avait été précédée d’une autre en janvier dernier et qui avait fait passer la taxe de 440.000 à 637.000 ouguiyas», rappelle un camionneur rencontré mardi sur le principal marché aux légumes de Nouakchott.

Les marchés mauritaniens, particulièrement ceux de Nouakchott, à l’image de celui de la «Socim» de la capitale, et Nouadhibou (capitale économique) sont alimentés par des fruits et légumes (oranges, tomates, carottes, mandarines, poivrons, pommes de terre, oignons, pastèques, etc.) importés du Maroc dans leur majorité et dans une moindre mesure du Sénégal, via les voies terrestres.

La population de Nouakchott, déjà durement frappée ces derniers jours par la hausse des prix du poisson, nourrit la crainte d’une forte hausse des prix au détail des fruits et légumes. Ce sentiment est confirmé par le témoignage d'un camionneur marocain. «Nous sommes obligés de répercuter les nouvelles charges sur le prix aux consommateurs car tous les produits sont touchés par la taxation appliquée depuis la semaine dernière.

Autrement, nous vendrions nos produits à perte. Ce qui naturellement conduirait à la faillite et à la cessation de nos activités», a
-t-il expliqué à le360 Afrique.

Interrogée sur une éventuelle hausse du prix des fruits et légumes sur le marché de Nouakchott, D.L., employée dans le privé et mère de famille, raconte «je suis allée faire le marché mercredi dernier. J’ai constaté une légère hausse sur le prix de certaines denrées. Le coût du kilo de carotte est passé de 200 à 250 ouguiyas. Mais je considère qu’une telle hausse n’est pas très méchante, car dans le passé on enregistré pire que cela».

Et pourtant, mine de rien, la hausse admise par cette mère de famille représente une évolution de 25% en valeur relative du prix de la carotte sur le marché. Et comme cette hausse devrait toucher tous les fruits et légumes, les pères de famille risquent de trinquer.

Cette tendance à la montée vertigineuse des prix est imputable à la loi de finances 2017. Illustration avec une contribution actuellement en ligne sur le site de l’hebdomadaire Le Calame dans laquelle l’auteur reproche au gouvernement de «jouer sur divers paramètres, comme l’augmentation des impôts et la réduction des dépenses publiques», afin de maintenir le déséquilibre budgétaire à un niveau jugé acceptable, rappelant que «trop d’impôt tue l’impôt et que trop d’austérité est le signe avant-coureur d’une crise inéluctable».

Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Le360 (Maroc)
Commentaires : 5
Lus : 1317

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • kourabaa (H) 16/03/2017 10:47 X

    Les conséquences de ces hausses sont déjà observées sur les marchés: un kg de tomates est passé de 250 à 400 UM; celui de de pommes et bananes de 600 à 1000 UM; celui de pommes de terre et d'oignons de 240 à 400 UM; celui de pastèques de 250 à 400 UM.

  • Kemet-Seth88 (H) 16/03/2017 10:16 X

    "le navire est entrain de prendre l'eau" la république des tribus vit des moments difficiles. cette situation me rappel le Venezuela et le Zimbabwe avant que la situation ne devienne désastreuse, qu'Allah vient en aide a la population

  • zelimkhan2 (H) 16/03/2017 09:08 X

    Ces différentes hausses successives de tarifs douaniers ciblant les entrées de fruits et légumes en provenance du Maroc n’ont pour objectif que de générer le maximum de recettes avant une très probable entrée prochaine du royaume dans la CEDEAO. Si ce vœu pieux des autorités marocaines se réalisait, toute la stratégie de nos autorités qui cherchent, géographiquement, à contenir dans un espace fermé s’effondrera et nous n’aurons que nos yeux pour pleurer car toute altération de l’accord d’association que nous avons signé avec cette organisation sous régionale serait caduc et nos opérateurs économiques en souffriront énormément. Une de nos erreurs monumentales a été de quitter cet espace qui est notre bassin traditionnel d’échanges et de coopération pour des raisons fallacieuses.

  • pyranha (H) 16/03/2017 08:57 X

    un pouvoir qui guillotine son peuple c'est du jamais vu sauf dans ce pays appelé MERDETANIE. Ce pays ne produisant rien du tout comment peut on se permettre de hausser impunement tout ce qui vient de l'exterieur et de facon brusque à des taux impossibles d'imaginer sans que les populations ne pipent mot ?

  • Mohammed-Ali (H) 16/03/2017 08:38 X

    Mauritanie: une nouvelle hausse des taxes frappe les camionneurs marocains Le titre est presque inadéquat, cette augmentation est répercuté sur le consommateur, donc c'est ce dernier qui va payer en fin de compte.Le comble c'est que ces augmentations vont remplir des caisses qui seront dans le futur détournées par des percepteur véreux. Dire que ces augmentations vont protéger la production nationale, c'est une utopie, j'ai lu que des agriculteurs demandent l'assistance pour transporter 2000 tonnes de produits qui vont pourrir et ne trouvent pas d'aide !!! Ayez pitié du pauvre consommateur.