19-03-2017 10:35 - Mauritanie-Economie-Malgré son appui, le Fmi exhorte les autorités à tendre la main à des bailleurs généreux

Mauritanie-Economie-Malgré son appui, le Fmi exhorte les autorités à tendre la main à des bailleurs généreux

Mauriweb - La mission du FMI, conduite par M. Eric Mottu, qui a séjourné à Nouakchott du 28 février au 13 mars 2017, a rendu un communiqué sanctionnant sa visite en Mauritanie.

Cette visite qui s’inscrit dans le cadre « des entretiens avec les autorités mauritaniennes dans le cadre de la consultation annuelle au titre de l'article IV et pour discuter d’un programme économique susceptible d’être appuyé par un accord au titre de la facilité élargie de crédit (FEC)» a conclu un nouvel accord pour aider les autorités à sortir du marasme économique dans lequel se débat le pays depuis quelques années.

Un marasme marqué par la chute des prix des produits d’exportation (fer) mais aussi par la gestion aventureuse du régime qui n’a pas su anticiper la détérioration des prix gaspillant au passage les recettes publiques de La Snim pendant que les prix étaient hauts (en moyenne la tonne de fer était de 120 Usd entre 2009 et 2013).

En effet, la diversification des activités de la Snim par l’achat d’avions (deux avions) et des prêts sur mesure à la société Najah Major Work (19 milliards d’ouguiyas), pour la construction de l’aéroport Oumtounsi, sans compter les dépenses inopinées (achats de gros engins et marchés de logements sociaux à Zouérate) ont débouché sur la mise à sac des fonds et créé ainsi les remous sociaux sans précédent dans cette entreprise par la grève de ses employés (Janvier et février 2015).

Aux difficultés inhérentes à la gestion calamiteuse de la Snim –qui assure les 2/3 du budget de l’Etat- il faut aussi ajouter les nombreuses affaires scabreuses qui ont émaillé les finances publiques. De l’affaire Wartsila (marché de la centrale duale) à la gangrène de la corruption (142 mondial en 2016), le scandale des engrais, l’économie est restée en berne ces années durant aggravant encore le chômage parmi les jeunes (32%), le recul de la lutte contre pauvreté (48%) et provoqué des plans sociaux dans nombre d’entreprises. Des milliers d’employés pour grossir les rangs des chômeurs. Les secteurs sociaux comme la santé et l’éducation en ont aussi pâti avec le retard de réception d’infrastructures ou tout simplement leur non programmation ; ces deux dernières années.

Les conséquences et les résultats de cette gestion sont effarants. Et les missionnaires ne s’y trompent pas. C’est pourquoi la dernière mission du Fmi suspecte l’urgence à jeter une nouvelle bouée pour économie qui prend de l’eau.

«La mission et les autorités mauritaniennes ont eu des discussions constructives sur un programme économique et financier mauritanien couvrant la période 2017-20 susceptible d’être appuyé par un accord au titre de la FEC du FMI. Ces discussions se poursuivront au cours des prochaines semaines, et les parties se sont accordées sur l’importance d’avancer rapidement ».
Oui, il y a péril en la demeure car malgré car la mission du Fmi note que les « circonstances difficiles (..) perdurent depuis deux ans suite à la baisse des cours des métaux » et que malgré donc la réduction du déficit budgétaire de 3% en 2016, la croissance est restée faible à un taux provisoirement estimé entre 1,5 et 2,1% alors que «la dette externe a augmenté », quoiqu’à un rythme moins important, à 72% du PIB (excluant la dette passive due au Koweït).

Au finich, le Fmi veut bien continuer à aider les autorités politiques, au prix probable de nouvelles mesures restrictives. Mais le Fmi exhorte aussi les autorités à se serrer la ceinture pour ce qui est «de minimiser les nouveaux emprunts non-concessionnels, afin d’éviter un surendettement qui mettrait en péril la viabilité de la dette extérieure et des finances publiques ». Pire, le Fmi demande aux autorités de tendre la main à d’autres partenaires généreux pour obtenir des dons et des prêts concessionnels pour soutenir leur programme.

On est bien de l’Eldorado chanté par le ministre de l’économie et des finances qui n’avait pas pourtant épargné les citoyens y compris ceux du secteur informel par une taxation touts azimuts pour subventionner l’économie.

JD

Communiqué du Fmi

République Islamique de Mauritanie : Les services du Fonds Monétaire International (FMI) ont conclu les entretiens au titre de l’article IV et ont entamé des discussions sur un programme économique appuyé par le FMI

le 14 mars 2017

Les communiqués de presse publiés en fin de mission par les services du FMI incluent des déclarations qui expriment leurs observations préliminaires au terme d'une mission dans un pays. Les opinions exprimées dans ces conclusions sont celles des services du FMI et ne sont pas nécessairement celles du Conseil d'administration. Sur la base des observations préliminaires de cette mission, les services du FMI établiront un rapport qui, sous réserve de l'approbation de la direction, sera soumis à l'examen et à la décision du Conseil d'administration du FMI.

La mission et les autorités mauritaniennes ont eu des discussions constructives sur un programme économique et financier mauritanien couvrant la période 2017-20 susceptible d’être appuyé par un accord au titre de la Facilité Élargie de Crédit du FMI.

Les autorités mauritaniennes ont adapté résolument leurs politiques économiques aux circonstances difficiles qui perdurent depuis deux ans suite à la baisse des cours des métaux

Une mission du FMI, conduite par M. Eric Mottu, a séjourné à Nouakchott du 28 février au 13 mars 2017 pour des entretiens avec les autorités mauritaniennes dans le cadre de la consultation annuelle au titre de l'article IV et pour discuter d’un programme économique susceptible d’être appuyé par un accord au titre de la facilité élargie de crédit (FEC). A l'issue de la mission, M. Mottu a fait la déclaration suivante :

« La mission et les autorités mauritaniennes ont eu des discussions constructives sur un programme économique et financier mauritanien couvrant la période 2017-20 susceptible d’être appuyé par un accord au titre de la FEC du FMI. Ces discussions se poursuivront au cours des prochaines semaines, et les parties se sont accordées sur l’importance d’avancer rapidement.

« Les autorités mauritaniennes ont adapté résolument leurs politiques économiques aux circonstances difficiles qui perdurent depuis deux ans suite à la baisse des cours des métaux. Elles ont réagi en réduisant fortement le déficit budgétaire de plus de 3% du PIB en 2016, en mobilisant des prêts et dons extérieurs, et en utilisant le taux de change pour regagner en compétitivité. Elles ont aussi engagé une série de réformes économiques importantes et ont poursuivi les investissements publics, notamment dans l’infrastructure.

Ces actions ont contribué à réduire les déséquilibres macroéconomiques : l’inflation est restée basse à 1,5% en moyenne, le déficit du compte courant de la balance des paiements a baissé à 16% du PIB (12% en excluant les importations du secteur extractif financées par des investissements étrangers) et les réserves de change se sont maintenues à 5 mois et demi d’importations des secteurs non-extractifs. Toutefois, à l’instar des pays exportateurs de matières premières, la croissance est restée faible à un taux provisoirement estimé entre 1,5 et 2,1% et la dette externe a augmenté, quoiqu’à un rythme moins important, à 72% du PIB (excluant la dette passive due au Koweït).

« Les perspectives de reprise à court terme sont bonnes, soutenues par la remontée des cours des métaux, bien que ce rebond puisse ne s’avérer que temporaire, et par la vigueur de l’investissement public. Le développement du secteur gazier dans les prochaines années pourrait lui aussi soutenir la croissance à l’avenir.

« Les défis sont nombreux, notamment pour soutenir la croissance économique inclusive et la diversification, créer des emplois, réduire la pauvreté qui demeure un défi majeur malgré les progrès réalisés, et consolider les grands équilibres macroéconomiques tout en s’assurant que la dette externe reste soutenable à moyen terme.

« Les autorités préparent un programme économique et financier allant dans ce sens. Celui-ci devra s’appuyer sur plusieurs piliers :

Consolider l’acquis des efforts budgétaires en modernisant les politiques fiscales et en renforçant l’efficacité de l’administration fiscale et des douanes ; en priorisant les dépenses et les investissements publics ; et en maîtrisant l’endettement public.

Augmenter les dépenses sociales, notamment d’éducation et de santé, et renforcer la lutte contre la pauvreté.

Adopter une politique monétaire et de gestion de la liquidité plus active, et améliorer le fonctionnement du marché des changes pour introduire davantage de flexibilité.

Poursuivre le renforcement de la supervision bancaire et l’adaptation du cadre réglementaire pour assurer la stabilité du système financier et augmenter le crédit au secteur privé.

Continuer les réformes structurelles pour améliorer l’environnement des affaires et la gouvernance économique, afin d’améliorer la compétitivité et favoriser la diversification.

« Dans la mise en œuvre de ce programme économique, il sera important de minimiser les nouveaux emprunts non-concessionnels, afin d’éviter un surendettement qui mettrait en péril la viabilité de la dette extérieure et des finances publiques ; et rechercher le soutien des partenaires au développement sous forme de dons et de prêts concessionnels qui permettront de financer les investissements nécessaires et la croissance inclusive tout en assurant la viabilité de la dette.

« La mission a eu des entretiens avec le Premier ministre, M. Yahya Ould Hademine; le Gouverneur de la Banque Centrale, M. Abdel Aziz Ould Dahi; le Ministre de l’Economie et des Finances, M. El Moctar Ould Djay; le Ministre du Pétrole, de l’Energie et des Mines, M. Mohamed Abdel Vettah; le Ministre des Pêches et de l’Economie Maritime, M. Nanni Ould Chrougha; le Ministre délégué chargé du Budget M. Mohamed Ould Kembou, et d’autres hauts responsables. Elle a également eu des entretiens avec des représentants de la société civile, du secteur privé et des partenaires au développement. La mission remercie les autorités pour leur chaleureuse hospitalité et l’excellente collaboration. »





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1154

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • foutatoro (H) 19/03/2017 13:33 X

    Comment voulez - vous que l'économie de cette erreur coloniale se porte bien avec une véritable pègre aux commandes ?