19-03-2017 18:00 - Mauritanie : le ministère de la santé dément l’existence sur le marché de médicaments contrefaits

Mauritanie : le ministère de la santé dément l’existence sur le marché de médicaments contrefaits

Saharamédias - Le ministère mauritanien de la santé a démenti dimanche les informations reprises à une grande échelle de l’existence de 120 médicaments contrefaits, imités ou non enregistrés dans les pharmacies se trouvant à Nouakchott, réaffirmant la conformité et la qualité des médicaments autorisés et commercialisés dans le pays.

Dans son communiqué le ministère déclare que la vidéo de référence est d’une personne qui s’est érigée en vice-président du syndicat des pharmaciens, évoquant l’existence sur le marché national de médicaments contrefaits sans donner de preuves pour ses allégations.

Le ministère rappelle qu’il a entrepris depuis quelques années une campagne contre la commercialisation des médicaments et leur stockage hors des structures agréées, réaffirmant sa disponibilité à l’endroit de toute initiative destinée à dénoncer l’introduction dans le pays de médicaments contrefaits.

Le communiqué du ministère rappelle que le département a entrepris ces derniers temps une campagne pour empêcher et faire face à l’introduction de médicaments falsifiés, en obtenant auprès des laboratoires agrées des échantillons adressés ensuite au laboratoire national pour la surveillance de la qualité des médicaments pour s’assurer de la qualité des produits.

Le ministère a également contraint toutes les pharmacies à se conformer aux normes techniques exigibles pour le stockage des médicaments.

Il déclare enfin qu’il poursuivra sa lutte pour garantir aux citoyens des médicaments de qualité, mettant en garde par la même les citoyens de croire à la crédibilité de sources non agréées et non autorisées.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 2435

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • netali (H) 19/03/2017 23:16 X

    C'est normale qu'un ministre dit qu'il n'ya pas de médicaments contrefaits en Mauritanie c'est parce qu'il ne connait rien de se qui se passe dans les marchés capitale et clinique ou on voit chaque jours que Dieu des pharmacie à ciel ouvert vendant tous sortes de médicaments.

  • medabdul (H) 19/03/2017 20:41 X

    jeune homme tu es dépassé par les evenements,tu ne maitrises rien du tout, il y'a même de la drogue dure dans ces médicaments, chaque pharmacie commande des médicaments qu'elle veut, aucun contrôle en aval ni en amont.