20-03-2017 11:54 - Mauritanie: projet de loi contre le racisme et la discrimination

Mauritanie: projet de loi contre le racisme et la discrimination

Le360 - Dans un contexte marqué par un débat passionné sur la cohabitation communautaire depuis plusieurs décennies, le gouvernement mauritanien a décidé de légiférer sur la discrimination.

En Mauritanie, tout le monde craint qu'un jour les communautés en arrivent à ne plus pouvoir vivre ensemble à cause l'ostracisme des uns envers les autres. L'Exécutif veut faire cesser toutes les formes de discrimination. C’est dans cette perspective que le conseil des ministres du jeudi 16 mars 2017 a examiné et adopté « un projet de loi portant incrimination de ce phénomène».

Le nouveau texte vise à introduire dans la législation «le principe d’égalité des citoyens consacré par l’article premier de la Constitution du 20 juillet 1991, qui inscrit en ses alinéas 2 et 3 que la République assure à tous sans distinction d’origine, de race, de sexe ou de condition sociale, l’égalité devant la loi. Toute propagande particulariste de caractère racial ou ethnique est punie par la loi».

La définition générale de la propagande particulariste renvoie à «tout ce qui est fait pour répandre une opinion, un ensemble d’actions et des stratégies, pour embrigader la pensée et les actes d’une population».
Les nouvelles dispositions qui seront prochainement soumises à l’approbation du Parlement ont pour objectif «de renforcer le dispositif juridique national de lutte contre le racisme, le clanisme et le sectarisme, qui constituent une menace pour la cohésion sociale et l’unité nationale, offrant ainsi un cadre légal favorable pour la mise en œuvre du plan gouvernemental en matière de prévention et de lutte contre la discrimination des races et la xénophobie».

Dans ce pays, la cohabitation communautaire est au centre d’un vif débat, certaines franges de la population, notamment les Maures à la peau sombre, parmi lesquels de nombreux ex-esclaves et les populations noires de la vallée du fleuve Sénégal, dénoncent régulièrement «l’exclusion» dont elles sont victimes de la part d’un système «inique».

Cette thèse qui a traversé l’histoire du pays, s’est particulièrement développée à partir de la fin des années 1970, avec l’arrivée au pouvoir des juntes militaires putschistes.

Mais ce discours est systématiquement nié par l'Exécutif. Commentant l’adoption de ce projet de loi, Moussa Ould Hamed, ex-DG de l’Agence mauritanienne d’information (AMI), salue la démarche des autorités «car la mise en place d’un cadre judiciaire et juridique contre un phénomène condamnable est toujours un acte positif».
Réaction presque identique de la part d’un haut responsable de l’opposition, spécialiste du droit, qui déclare sur les réseaux sociaux «en soi, l’adoption de ce projet de loi est une excellente chose. De même que l’adoption de tous les textes progressistes sur d’autres questions de société (esclavage, condition des femmes et des enfants…)».
Celui-ci s’interroge cependant sur le futur comportement de l’administration publique et de la justice, dans le cadre de la mise en œuvre de la nouvelle législation.

Il appelle «la société civile et les simples citoyens à faire preuve d’audace, de courage, en s’engageant dans la lutte en faveur du respect de cette loi. L’état ne serait en toute honnêteté, être tenu pour responsable en tout et de tout. Il y a la part de chacun dans ce qu’une société fait du droit en vigueur. Un juge courageux a besoin d’un citoyen hardi et d’une société civile vivante pour faire l’entièreté de son travail. Et le droit a besoin des uns et des autres pour être positif, c'est-à-dire effectif».

Par notre correspondant à Nouakchott
Cheikh Sidya




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Le360 (Maroc)
Commentaires : 7
Lus : 1603

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (7)

  • lass77 (H) 20/03/2017 19:07 X

    Quoi qu'il en soit il y'a trop des lois pour rien

  • thialido (H) 20/03/2017 14:35 X

    Ceci ne peut être nié que par quel un qui n'à pas été frappé de plein fouet par le racisme. Avouons cette responsabilité qui s' éviter chez nous et prenons le taureau par les deux cornes et terrassons le ensemble.Au lieu de perdre notre temps à nier essayons ensemble de le le corriger ce serait plutôt mieux pour notre jeune pays.wa sallaam.

  • Kemet-Seth88 (H) 20/03/2017 14:16 X

    tout les problèmes raciaux de la Mauritanie se situe a Nouakchott a cause des influences extérieure d'une part les médias arabes pour les maures et de l'autre les médias occidentaux pour les kemet. a l’intérieur du pays j'ai vu des communautés vivre en parfaite harmonie...ce projet de loi ne serait applicable que le jour ou système mis en place depuis les années 1970 se serait effondrer pour le salut national

  • sallabarry (H) 20/03/2017 13:31 X

    S'il y a des injustices c'est au niveau de l’état et le prèsident doit tout faire pour remédier à cela le plus vite que possible pour trouver une solution le plus rapide que possible à la crise social avant tout quant au citoyen on se côtoie on se retrouve ns n'avons aucun problème entre nous moi en tant que nègre j'ai beaucoup d'ami de promotionnaire maure de collègue avec lesquels je partage beaucoup de chose et que j'aime bien

  • sallabarry (H) 20/03/2017 13:25 X

    c'est faux vous êtes de grands menteurs entre nous citoyen lambda il n y a aucun problème ns sommes d'ailleurs très liés les uns aux autres noirs et blancs et ce n'est pas un chiffon et de petits journaleux comme vous qui avec des écrits sataniques et vide de sens qui influenceront sur nos esprits pour arriver à vos desseins d'enfant de serviteur de Satan

  • leguignolm (H) 20/03/2017 13:09 X

    les Maures à la peau sombre. "WOkake"!

  • lass77 (H) 20/03/2017 12:29 X

    Je crains une diversion totale et une hypocrisie totale. Conseil de ministres sur ce sujet. Racisme en Mauritanie et exclusion d'une partie des citoyens en l’occurrence les negromauritaniens. Franchement les autorités savent que tot ou tard ,ça ne tiendra pas , c'est la nature humaine, on ne peut pas diriger un peuple dans l'entretien des injustices , des inégalités. C'est une des conséquences de ce qui en arrive en ce moment en syrie , en Libye , en Irak etc...