19-04-2017 01:30 - Mauritanie : quand les poètes croisent le vers avec le président

 Mauritanie : quand les poètes croisent le vers avec le président

Jeune Afrique - Selon le président mauritanien, le développement de son pays nécessite davantage de filières étudiantes scientifiques et moins de littéraires.

Déjà échaudés par le passé, des poètes en colère lui ont répondu par une œuvre satirique collective qui continue de s’écrire et d’émouvoir les réseaux sociaux. État des lieux… en alexandrins.

Si la Mauritanie, des regs jusqu’aux cuvettes,

Est nommé « le pays d’un million de poètes »,

Nul – même un président – ne peut rétrograder

Les études littéraires en cursus négligé.

Mohamed Ould Abdel Aziz est si critique

Envers la poésie jugée peu « scientifique »,

Littérature apprise qui serait un gâchis

Car infertile à faire « avancer le pays »,

Qu’il reçoit désormais des poèmes en boomerang

De versificateurs adeptes de la langue.

Des poètes en colère affûtent leur rhétorique,

Se relaient pour écrire une œuvre satirique

Et déjà 200 vers d’une vingtaine d’auteurs

Font la joie de Facebook, Instagram et Twitter.

Le grand poète Naji Mohamed Alimam

Brandit au président la culture oriflamme

Qu’il dit « matière première » bien autant que « le fer » :

La « seule production propre » du pays est en vers !

Et Nouakchott bouillonne sur les réseaux sociaux.

Chacun veut ajouter à ces mots d’autres mots.

Le poème collectif n’aura son épilogue

Que par retour d’excuses du leader démagogue.

Si les mots ne sont pas des gages anti-chômage,

Ils sont, en poésie, un antique héritage

Et le vecteur de la liberté d’expression

À laquelle les puissants doivent faire attention.

Alors le président, face à ces indignés

Qui veulent sauver les Lettres à l’Université,

Devrait prendre une plume et s’il est inspiré,

Riposter aux poètes par discours versifié.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Jeune Afrique
Commentaires : 4
Lus : 1618

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • Ould Yarg (H) 19/04/2017 11:56 X

    Oui le president a parfaitement raison, ces ppetes n'ont qu a aller travailler. rappeler vous tout flatteur vit au depend de celui qui l ecoute. sont des flateurs et des parraisseux. ce n a pas besoin de poetes, nous avons besoin des agronomes , medecins, ingenieurs, techniciens, mais des techniciens de parole nous avons nos griots, c'est suffisant.

  • mystere1 (F) 19/04/2017 09:14 X

    Jolie humeur caricaturale du prési !

  • MAROU2015 (H) 19/04/2017 07:51 X

    Et pourtant le Président a bien raison. Le pays a plus besoin des scientifiques. Les poètes c'est bien pour le repos.

  • jakuza (H) 19/04/2017 07:01 X

    Ce qui nuit à ce pays c'est la tradition du "choix unique"! Nixon, un ancien président US, disait de Ford, son vice-président, qu'il ne pouvait marcher et mâcher son chewing gum en même temps! Ne pouvons-nous pas développer la science et la technique sans abandonner la poésie? Enseigner l'arabe sans abandonner le français? Et y ajouter l'anglais, le chinois? ...