19-04-2017 20:16 - Déclaration : Répression aveugle contre de jeunes manifestants

Déclaration : Répression aveugle contre de jeunes manifestants

FONADH - Le dimanche 16 avril 2017, un groupe de jeunes mauritaniens de toutes les composantes ethniques a organisé une manifestation pacifique, pour dénoncer la marginalisation dont les jeunes du pays, sont victimes. A cette occasion, ils ont exigé un accès à l’emploi, à l’éducation, aux soins de santé, à l’état civil, entre autres.

Cette manifestation pacifique, annoncée par les organisateurs, par voie de la presse quelques jours avant, a été durement réprimés par les forces de l’ordre. Et, comble de turpitude répressive, plus d’une vingtaine de ces jeunes ont été appréhendés, parmi lesquels dix dont 8 jeunes hommes et 2 jeunes filles, ont été directement déférés dans les prisons.

Cette attitude inacceptable de la part des autorités, illustre encore une fois la persistance des réflexes des régimes d’exception. Car, au moment où on prétend vivre dans un Etat de droit, comment peut – on continuer à soumettre des manifestations pacifiques, à une autorisation préalable ?

Mais surtout, pourquoi réprimer de façon si odieuse une manifestation pacifique, au moment même où on autorise des regroupements intempestifs sur des bases tribalo-régionaux ? A vrai dire le régime continue d’avoir ses réflexes dictatoriaux, renforcés par sa volonté d’imposer son plein vouloir au peuple mauritanien. Et, il faut bien le souligner, ces réflexes s’appuient, chez la plupart des agents des forces armées, sur des préjugés racistes.

C’est pour toutes ces raisons que les militants et responsables des organisations membres du FONADH :

○ dénoncent avec la dernière énergie la répression barbare qui frappe de jeunes compatriotes ;

○ exigent la libération immédiate et sans condition des détenus ;

○ invitent tous les Mauritaniens épris de paix et de justice, à dénoncer avec nous cet acte odieux ;

○ rendent les autorités responsables de toute conséquence fâcheuse de la détention arbitraire de ces jeunes gens.

Les signataires

Les organisations membres du FONADH signataires

• Association Mauritanienne des Droits de l’Homme (AMDH)

• Collectif des Rescapés Anciens Détenus Politiques Civils Torturés (CRADPOCIT)

• Collectif des Veuves

• Comité de Solidarité avec les Victimes des Violations des droits de l’homme (CSVVDH)

• Groupe d’Etudes et de Recherches sur la Démocratie et le Développement Economique et Social (GERDDES)

• Ligue Africaine de Droits de l’Homme / Section Mauritanie

• Regroupement des Victimes des Evénements 89 -91 (REVE)

• SOS-Esclaves

• Association Des Femmes Chefs de Familles (AFCF)

• Association Mauritanienne pour la Promotion de la Culture et de la Langue Sooninke (AMPCLS)

• Association pour la Renaissance du Pulaar en R.I.M (ARPRIM)

• Association pour la Promotion de la Langue Wolof en RIM (APROLAWORIM)

• Association d’Appui au Développement à la Base des Communautés (SALNDOU)

• Association pour le Développement Intègre de l’Enfant (APDE)

• Association pour le Renforcement de la Démocratie et l’Education Citoyenne (ARDEC)

• Ligue Mauritanienne des Droits de l’Homme (LMDH)

• Collectif des Anciens Fonctionnaires de la Police Victimes des Evénements de 1989

• Union Nationale des Rapatriés Mauritaniens du Sénégal (UNRMS)



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : FONADH
Commentaires : 1
Lus : 839

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • mystere1 (F) 20/04/2017 10:39 X

    Une injustice totale, certes ces jeunes devraient demander l'autorisation, mais hélas, espérons que cette situation ne perdure longtemps, il y'a des problèmes pires graves dans ce pays, au lieu de se concentrer sur ces pauvres, pire de les violenter à tel point, s'en a vaut pas la peine nom de Dieu !, tous unis contre cette anarchie