20-04-2017 20:16 - Mauritanie : "Il y avait toutes les ethnies à la marche de la Jeunesse" (Khali Dialo)

Mauritanie :

Alakhbar - Le coordinateur du Comité de réflexion de l’Initiative « Marche de la Jeunesse Mauritanienne », Khali Diallo, a déclaré que « la marche pacifique de la jeunesse mauritanienne », avait réuni dimanche dernier « toutes les communautés du pays ».

« Nous étions habillées en t-shirt noir et blanc pour symboliser la diversité culturelle de la Mauritanie. Dans notre marche, il n’y avait pas seulement des Peuls. Pas seulement des Soninkés. Pas seulement des Wolofs.

Pas seulement des Maures. Dans la marche pacifique de la jeunesse mauritanienne, Il y avait toutes les ethnies et toute la jeunesse mauritanienne »
a expliqué Khali Diallo. (Interview).

Suivez cette interview sur Alakhbar TV

ALAKHBAR : Votre initiative est accusée d’être téléguidés depuis l’Etranger.

Khali Diallo : Nous l’avons dit dans plusieurs interventions : ce qui nous inquiète ce n’est pas des accusations. Celui qui veut tuer son chien l’accuse de rage. Il serait important que ces accusations soient fondées et que des preuves soient servies, mais pas dire simplement que nous sommes téléguidés. Il faut que les gens arrêtent.

Quand des jeunes mauritaniens se lèvent pour défendre leurs droits et pour contribuer au développement du pays, ils doivent être taxés de téléguidés ? Nous ne sommes pas téléguidés.

ALAKHBAR : Vous êtes aussi accusés d’être instrumentalisés par des politiques et d’autres mouvements.

Khali Diallo: Aucun mouvement ni parti politique, de l’intérieur ou de l’extérieur de la Mauritanie, ne pourra nous instrumentaliser. Nous n’avons pas de relations avec un parti politique. Et nous ne sommes pas en lien avec d’autres mouvements. Nous sommes une jeunesse consciente qui a soif de servir la Mauritanie et de consacrer son énergie au développement de ce pays.

Certes, nous contestons, mais nous proposons aussi des solutions. Nous avons analysé une situation où pratiquement rien ne va et avons proposé des solutions propres aux problèmes des jeunes.

ALAKHBAR : Certains parlent plutôt de jeunes noirs qui veulent brûler ce pays

Khali Diallo: Nous étions habillées en t-shirt noir et blanc pour symboliser la diversité culturelle de la Mauritanie. Dans notre marche, il n’y avait pas seulement des Peuls. Pas seulement des Soninkés. Pas seulement des Wolofs. Pas seulement des Maures.

Dans la marche pacifique de la jeunesse mauritanienne, Il y avait toutes les ethnies et toute la jeunesse mauritanienne. Dans ce pays, il y a des gens qui ont tellement échoué à point que quand d’autres réussissent quelque chose ils essayent de les cataloguer et de les qualifier de racistes et de haineux.

C’est pour que la communauté arabo-berbère de ce pays se retournent contre la volonté de la jeunesse. Dans le Comité de réflexion de la « Marche de la jeunesse mauritanienne » dont je suis membre, il y a des Maures, des soninkés, des Wolofs et des Peuls ; il y a des métissés et des Harratines. Vous savez, en Mauritanie, les gens ont peur de voir les jeunes se retrouver ensemble.

Pendant des années, le discours de division a été servi en Mauritanie par tous les politiques pratiquement. Même si certains n’ont jamais explicitement porté ce discours, il a été à un moment devenu un sujet de discussion et un sujet politique chez eux.

Suivez cette interview sur Alakhbar TV

Nous avons dit aux politiques mauritaniens que nous ne nous reconnaissons plus dans ce qui se fait, aussi bien du parti au pouvoir que de l’opposition. Mais nous ne ferons pas le travail à la place des politiques. Nous sommes des jeunes mauritaniens qui veulent contribuer à l’amélioration des décisions politiques des gouvernants du pays, aussi bien du côté de l’opposition que de celui du pouvoir. Croyez-moi. Si nos revendications concernaient plutôt l’opposition nous serions tournés vers cette opposition.

ALAKHBAR : Pourquoi la police vous accuse d’être violents ?

Khali Diallo: Nous avons dix personnes qui sont détenus. Il est important de préciser que parmi ces dix certains n’avaient même pas participé à la marche. La Police les a arrêtés devant leur domicile. Après, elle a fait son rapport disant qu’ils ont violenté les forces de l’ordre.

ALAKHBAR : Qui sont les avocats qui défendent vos camarades arrêtés ?

Khali Diallo: Le collectif des avocats est conduit par Maître Fatimata Mbaye que nous saluons pour son courage. Nous remercions aussi Maître Ould Bouhoubeini qui nous accompagne. Nous avons également le bâtonnier de l’Ordre National des Avocats Mauritaniens qui a décidé d’accompagner le collectif. Il y a encore maître Ebéti et d’autres avocats, une vingtaine.

ALAKHBAR : Quelles sont vos revendications ?

Khali Diallo: Nous revendiquons la simplification de la procédure d’enrôlement à l’état civil biométrique. Nous revendiquons une bonne santé pour la jeunesse et une couverture maladies. Nous demandons une enquête sur les hépatites. Nous revendiquons la sécurité pour nos sœurs et nos mères.

Nous voulons la reconnaissance des diplômes de Mauritaniens obtenus à l’étranger. Nous demandons le renforcement de la sécurité routière. Nous sollicitons l’officialisation des langues nationales. Nous exigeons la valorisation de l’Ecole publique. Les écoles privées sont en train de détruire l’avenir de l’Ecole publique mauritanienne. Nous voulons surtout l’insertion des jeunes diplômés chômeurs et les non diplômés.

Il y a des jeunes non diplômés, mais qui ont des qualifications. Nous réclamons aussi la transparence dans tous les concours nationaux : une communauté ne doit pas être privilégiée au détriment d’autres.

ALAKHBAR : Pourquoi adresser ces revendications directement au Président de la République ?

Khali Diallo: Dans cette République Islamique de Mauritanie, il y a un chef d’Etat qui s’appelle Mohamed Ould Abdel Aziz. Il a dit, lors d’une conférence de presse, que c’est lui qui décide de tout dans ce pays et règle tous les problèmes. Donc, nous jeunes mauritaniens qui constitutions 70 % de la population voulons parler au président de la République sans intermédiaire.

Suivez cette interview sur Alakhbar TV



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 8
Lus : 2028

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (8)

  • lass77 (H) 21/04/2017 17:48 X

    Je me demande quelle sera la réponse d'Aziz à ces demandes ?? Certes il est courant de tous les maux de la Mauritanie mais que fait t-il ? Depuis prés de 10 ans de pouvoir qu'a t-il réaliser ? Tous les Voisins sont sur la voie du developpement sauf la Mauritanie. C'est incomprehensible .

  • sraghaa (H) 21/04/2017 11:39 X

    KHALLI DIALLO ou l'arrivisme par excellence ,il utilise "sa" "marmite du partage pour non seulement embellir son image mais aussi se remplir les poches .Et maintenant il passe à l'organisation des manifs rémunérées: il est plus fort que BIRAMA dans l'arrivisme

  • sraghaa (H) 21/04/2017 10:49 X

    KHALLI DIALLO ou l'arrivisme par excellence :collecter l'argent pour "sa" "marmite du partage" ,pour se faire connaitre en tant que bienfaiteur et s'en remettre plein les poches ,arnaque très répandu chez nos malhonnêtes ONG puis il vire à la politique rémunérée !!!!!! chapeau ,il a depassé BIRAME hhhhh

  • aristocrate (H) 21/04/2017 09:10 X

    vive la Mauritanie unie, toute chose a une fin sauf le pouvoir d'ALLAH. Président AZIZ, je vois que la fin est proche pour toi, donc change de stratégie avant qu'il ne fasse tard et attention le retour du bâton pourra faire très mal.

  • Esprit Critique (H) 20/04/2017 23:41 X

    Khaly n'a rien dit c'est un manipulateur.Il joue sur un franc parler comme d'habitude et sur les impressions pour attirer les gens pres de lui. C'est un loup qui se cache dans la peau d'un mouton avec un double discours.Foutaise tout ce qu'il dit.

  • a.bennan (H) 20/04/2017 22:37 X

    Raciste et separatiste dangereux.Pouquoi agite-tu l'ethnisme??pendant qu'il s'agit de 3 petites tribus appartenant toutes a la meme ethnie noire.Il est certain que tu

  • Kouleyb (H) 20/04/2017 21:49 X

    Khali Diallo, qui n'a pas volé son prénom "Khali, qui veut dire "mon oncle", en Hassaniya, est de fait, l'"oncle" de nombreux Mauritaniens, toutes ethnies confondues. Sa "marmite du partage" est un des lieux les plus célèbres et les plus désintéressés, ou des "sans marmites" viennent s'alimenter. Un exemple à suivre et à soutenir.

  • kalidou gueye (H) 20/04/2017 21:20 X

    Félicitation à notre jeunesse et le combat ne fait que commencer. La prochaine marche sera la cerise sur le gâteau.