08-05-2017 08:30 - Le communiqué sanctionnant les négociations de l’Accord d’Association entre la Cédéao et la Mauritanie

Le communiqué sanctionnant les négociations de l’Accord d’Association entre la Cédéao et la Mauritanie

Journal Tahalil - La Mauritanie a signé le 5 mai avec la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) dont elle s’est retirée en 2000 un accord d’association pour la circulation libre des personnes et des biens et la lutte contre le terrorisme.

L’accord d’association a été signé à Nouakchott par la ministre mauritanienne du Commerce, Naha Mint Mouknass, et Marcel Alain de Souza, président de la commission de la Cédéao (15 Etats).

Les deux parties ont exprimé leur parfaite disponibilité à engager dans les meilleurs délais les procédures internes de signature de l’Accord d’Association en vue de sa mise en œuvre.

Voici le communiqué final sanctionnant les négociations.

COMMUNIQUE FINAL sanctionnant la conclusion des négociations de l’Accord d’Association entre la CEDEAO et la République Islamique de Mauritanie Nouakchott, le 5 mai 2017

Sur invitation de S.E. Madame Naha Mint Hamdi OULD MOUKNASS, Ministre du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme de la République Islamique de Mauritanie, une délégation de haut niveau de la Commission de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), conduite par S.E.M. Marcel A. de SOUZA, Président de la Commission de la CEDEAO, a effectué une mission de travail du 2 au 5 mai 2017 à Nouakchott, pour poursuivre avec les Autorités mauritaniennes, les négociations de l’Accord d’Association entre la CEDEAO et la République Islamique de Mauritanie.

Au terme de leurs discussions, les deux parties sont parvenues à un texte consensuel de l’Accord d’association qui contribuera au rapprochement des populations de l’ensemble de la région Afrique de l’Ouest et au renforcement des relations économiques et commerciales entre les Etats membres de la CEDEAO et la Mauritanie.

Ce renforcement s’inscrit dans le cadre de la solidité des liens séculaires de fraternité, d’amitié et de bon voisinage existants entre les pays de la CEDEAO et la Mauritanie et de la mise en œuvre des engagements du programme d’action du Président de la République de Mauritanie, Son Excellence Monsieur Mohamed OULD ABDEL AZIZ et de la décision de la 44ème session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO des 28 et 29 mars 2014 de négocier un Accord d’association avec la Mauritanie. Les négociations se sont déroulées dans une ambiance empreinte de fraternité, de solidarité et d’entente mutuelle et ont été marquées par une convergence de vues sur l’ensemble des questions couvertes par l’accord. A l’issue de ces négociations, les parties ont procédé au paraphe de l’Accord d’association.

Les deux parties se sont félicitées de l’excellent travail réalisé et ont réaffirmé leur volonté commune de renforcer davantage leurs liens, dans l’intérêt mutuel de leurs peuples frères.

A travers cet Accord d’association, les deux parties se sont engagées à renforcer leur coopération dans plusieurs domaines d’intérêt commun, notamment l’institution du libre-échange, l’application du tarif extérieur commun, la promotion de la libre circulation des personnes, le développement d’une politique commerciale commune ; toutes choses devant favoriser l’accroissement des échanges à l’intérieur de la région et la création du marché commun de l’Afrique de l’Ouest. Elles ont réaffirmé leur engagement à poursuivre les efforts en vue de la finalisation de la signature de l’Accord de Partenariat Économique entre l’Afrique de l’Ouest et l’Union européenne, ainsi que de sa mise en œuvre pour le développement de l’économie régionale.

Les deux parties ont exprimé leur parfaite disponibilité à engager dans les meilleurs délais les procédures internes de signature de l’Accord d’Association en vue de sa mise en œuvre. Elles se sont par ailleurs engagées à entreprendre sans délai les travaux en vue de la convergence de leurs différents tarifs douaniers et à impliquer la Mauritanie dans les activités entreprises par la CEDEAO dans le cadre de la mise en œuvre du TEC-CEDEAO.

Au terme de cette visite de travail en Mauritanie, le Président de la Commission de la CEDEAO, S.E.M. Marcel A. de SOUZA, a réitéré sa profonde reconnaissance au Président de la République pour son ultime médiation dans le cadre du transfert pacifique du pouvoir en Gambie et a exprimé sa gratitude au Chef de l’Etat, à son Gouvernement et au peuple mauritanien, pour l’accueil chaleureux et fraternel dont sa délégation et lui-même ont bénéficié durant leur séjour en terre mauritanienne.

Fait à Nouakchott, le 5 mai 2017

Pour la Commission de la CEDEAO
Marcel A. de SOUZA
Président de la Commission de la CEDEAO

Pour la République Islamique de Mauritanie
Naha Mint HAMDI OULD MOUKNASS
Ministre du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 1502

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • rimous (H) 08/05/2017 17:11 X

    La CEDEAO le Yémen ou le Maroc choisissez ENFIN ! Les autorités mauritaniennes viennent de signer un accord de partenariat avec la CEDEAO au lieu de rejoindre cet espace que le Maroc et même la Tunisie veulent intégrer. La CEDEAO aurait dû refuser car les autorités du pays n’aiment pas les Ouest-africains. C’est plutôt pour ouvrir les portent de cet ensemble à l’Algérie et gêner le Maroc. C’est évident mais il faut encore rappeler à certains que la Mauritanie est géographiquement, historiquement et de par sa population en Afrique de l'Ouest. Les inepties et tentatives vaines de certains esprits de vouloir placer le pays dans un Maghreb Arabe n’aboutiront pas. La simple raison est que les pays de l'Afrique du Nord considèrent, notre pays comme appartenant à l Afrique de l’Ouest et à raison. De plus les mauritaniens sont les moins arabes de tous les peuples qui s’en réclament. Le Maroc et l’Algérie nos voisins du Nord sont majoritairement peuplés de berbères qui sont fiers de l’être. Par conséquent vouloir forcer la Mauritanie à faire partie d’un ensemble qui n’existe encore pas c'est tenter de forcer deux incohérences naturelles. Les obscurantistes qui s'entêtent dans cette tentative ont toujours la possibilité de rejoindre le pays de leurs ancêtres: le Yémen. Là bas, les militaires comme Aziz et ses amis, pourraient alors se ranger aux cotés des Saoudiens ou des Iraniens dans leur guerre et défendre la patrie de leurs ancêtres: personne ne doutera de leur arabité. Les autres qui partagent encore leur idée peuvent toujours aller rejoindre le Maghreb (Maroc) de Mohamed VI: ils seront au moins au Maghreb. Débarrassé des ces complexés, les authentiques mauritaniens pourraient enfin entamer la construction d'un pays stable, libre et qui aura de bonnes relations avec ses voisins dans son environnement naturel: La CEDEAO.

  • I come Icare (H) 08/05/2017 09:30 X

    Au moment ou les pays parlent d’intégration Africaine et carte Nationale d’identité de la CEDEAO, la Mauritanie se met à signer des accords d’association, un pays qui faisait partie des membres fondateurs de cette organisation Africaine, au lieu de réintégrer la communauté pour se positionner face à la menace grandissante des pays arabes en ligne de front, nous sommes encore à la traîner des idées Baathistes et nasséristes qui nous gouvernes, ce qui est sur l’avenir de la Mauritanie est dans le monde Africain et non Arabe qui nous associent à peine.