08-05-2017 11:00 - A mon cher frère Ely Ould Mohamed Vall : Le mot inachevé que tu ne liras point

A mon cher frère Ely Ould Mohamed Vall : Le mot inachevé que tu ne liras point

Moustapha DIOP - Un homme vient de décéder à la suite de la longue série de nos défunts. Le Colonel Ely Ould Mohamed Vall. Pour les uns, il était un Chef militaire, pour d’autres, l’Ancien Chef de l’Etat de la République Islamique de Mauritanie.

Pour moi, il demeurera le frère avec lequel, depuis notre jeune âge, 12 ans, dans la cour du Lycée de Garçons de Nouakchott en classe de 6°, nous avions noué des relations fraternelles qui se sont poursuivies à l’Ecole Militaire Préparatoire Technique (EMPT) du Mans en France, où, Dahane Ould Ahmed Mahmoud et lui-même, m’avaient fortement conseillé, harcelé et convaincu pour que je les y rejoigne. Ce qui fut fait un an après eux.

Nous avions été, ensemble, les plus jeunes membres du Comité Militaire de Salut National jusqu’au coup d’Etat de décembre 1984 qui m’avait emporté avec l’ancien Président Mohamed Khouna Ould Haidalla dont j’étais aussi un frère et un fidèle.

Après ma libération en 1988, mon opposition au régime du Colonel Maouya Ould Sid’Ahmed Taya n’avait pourtant point distendu nos rapports. Hélas, les aléas de la politique de ces dix dernières années, nous avaient éloignés l’un de l’autre pour des divergences dont j’ai eu à parler.

Aujourd’hui, l’heure est au deuil de mon frère qui s’en est allé sans que nous ne nous soyons réconciliés, après neuf longues années de brouille. Et en cela mon cœur saigne car cette inutile fâcherie pour d’éphémères postures de la vie publique ne valait point cette brutale rupture après de si longues années d’amitié, de fraternité, quand la politique nous était pourtant si inconnue, si lointaine.

A son épouse, à ses enfants, à toute la famille Ehel Eleya, à ses parents et amis ainsi qu’à toute la Mauritanie, je présente mes sincères condoléances en cette circonstance pénible.

Je prie tous ceux qui liront cette adresse de me pardonner de m’être parlé à moi-même et d’avoir relaté, inopportunément peut-être, ces faits. Mais ils m’aident à illustrer ce que disait Milan Kundera dans « L’Insoutenable légèreté de l’être ». Et aussi y trouver refuge, dans l’amertume.

Qu’ALLAH lui Accorde la rémission de ses pêchés et l’Accueille au Paradis, Amine.

Adieu, cher frère.

Et que ton âme repose en paix.

Je te pardonne et prie que tu m'aies pardonné avant ton dernier souffle.

Ton frère Didine.







Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Moustapha DIOP
Commentaires : 3
Lus : 2994

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • lejdad (H) 08/05/2017 22:05 X

    La joie a la nature du plaisir et la profondeur de la douleur.Ravi que vous êtes en vie,malheureux pour son départ que son âme repose en paix.Il faut que la vérité soit dite ,le monde dut-il se briser en milles morceaux.Vous choisi le pardon comme toujours. Jiddou Ahmed

  • iekane (H) 08/05/2017 16:39 X

    Le cœur a encore parlé... Un témoignage émouvant et certes humain à l'image de ce qu’exhorte l'Islam. Et quand un bon cœur s'exprime, la compassion renait de son hibernation et embaume l’atmosphère. "Ina lillaahi wa ina ileyhi raaji-oune" Mes condoléances à vous, à la la famille et au peuple mauritanien.

  • samba el bakar (H) 08/05/2017 12:49 X

    Salam Moustapha:A titre très personnel je t' adresse mes sincères condoléances pour la disparition de ton ami.Tu ne sauras sans doute pas qui est l' auteur du commentaire mais sache que nous avons décliné ensemble les textes latins avec Planty et c'est aussi l' occasion de se souvenir et de prier pour votre ancien promotionnaire et compagnon d' arme Bellahy.Oui la Mauritanie fut dans les années 60 synonyme de Paradis terrestre,bien avant l' arrivée des chauvins fascistes