08-05-2017 16:33 - Boghé : Biram sommé de quitter

Boghé : Biram sommé de quitter

Le Calame - A Boghé où il séjourne ce lundi (8 mai), Biram Dah Abeïd et sa délégation ont été sommés par le commissaire de police de la ville, Henoune Ould Sid’Elemine de quitter la maison d’un de ses proches Mohamed Ould Mbout, dans le quartier de Nioly.

Le leader abolitionniste opposera un niet catégorique à cette sommation indiquant que son séjour du reste privé, ne concernait aucunement les autorités. Le commissaire fera finalement un tri faisant sortir les « autochtones » non sans rappeler l’interdiction de tout rassemblement non autorisé par les autorités régionales.

« L’ordre vient d’en haut », dira-t-il. Une mesure qui a suscité l'étonnement de la délégation. Le commissaire était accompagné d’un peloton de policiers cagoulés et armés jusqu’aux dents.

A Gouraye, Biram avait bénéficié d’un traitement spécial. Accueilli par un important dispositif sécuritaire, il se fera par la suite escorter par des gendarmes jusqu’aux confins du Gorgol où d’autres pandores de cette région prendront le relais. Durant toute sa traversée, le leader abolitionniste était suivi par des forces de l’ordre et des indicateurs. Biram compte passer la nuit à Aleg et prolongera sa visite à Boutilimitt avant de rallier mercredi Nouakchott.

Le retour de Biram suscite une peur bleue des autorités qui font montre d’un cafouillage sans précédent.

Des militants abolitionnistes et des journalistes avaient été empêchés d’atteindre Sélibaby. Au poste mobile de la gendarmerie de Tachott (35 km de Sélibaby), tous les non ressortissants de la région ont été reconduits manu militari.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 5
Lus : 2784

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • sira ramaca (H) 09/05/2017 05:52 X

    Bjour , Ecoutez , BIRAM a failli depuis qu'il a changer de tactique , on peut etre oppasant au gouvernement en s'attaquant a ses idées mais pas en créant des problemes entre le peuple . qui dit non il n y a jamain eu d'esclave au GUIDIMAKHA personne : mais seulement à nos jours il n y a pas des personnes qui sont traiter ainsi . les soit disant esclaves : au GUIDIMAKHA ses là ont un manque deducation , et pauvreté ,tout simplement . Un GUIDIMAKHAKE qui vous parle .

  • kalidou gueye (H) 09/05/2017 00:12 X

    Il est citoyen comme tout autre citoyen et personne ne peut l obliger à quitter la ville de bogue et tout autre localité du pays. Le commissaire est qui pour l exhorter a quitter les lieux. Birame je vous dit ne bouger d un iota et on verra le résultat.

  • lass77 (H) 08/05/2017 19:06 X

    A croire on vit dans le maccarthysme en Mauritanie.

  • Gambanakhou-escl (H) 08/05/2017 17:42 X

    Alors que si au départ on l’avait laissé rentré seul à Nouakchott sans heurt, il serait traité de menteur à l’extérieur, donc Biram vient de faire coup à son profit, comme la dame de la Birmanie. Les autorités sécuritaires n’ont pas encore dit leur dernier sur le cas Biram, ils croient pouvoir le démobiliser et décourager son entourage mais non, ceux qui sont entrain de persécuter l’homme ont une vision éphémère de la vie, donc l’état se fait une publicité tristement célèbre, parce que tout va dans les réseaux sociaux. Biram est l’homme des Nations Unies dont il a gagné un prix.

  • Gambanakhou-escl (H) 08/05/2017 17:41 X

    Tout sera fait pour lui mettre des bâtons dans les roues, croyant le déranger alors que non, le monde entier est entrain de lui donner raison comme il avait dit dans ses précédentes conférences dans les pays Européens Biram avait dit ce qu’il est entrain de vivre et certaines ONG n’y croyaient pas, les ONG disaient que cela n’était pas possible dans un pays comme la Mauritanie, les autorités sont tombés dans le jeu de publicité de Biram, on doit l’escorté de ville en ville comme un chef d’état pour assurer sa sécurité.