11-05-2017 16:54 - Biram de retour au pays par le Guidimakha : Pourquoi fait-il si peur ?

Biram de retour au pays par le Guidimakha : Pourquoi fait-il si peur ?

Le Calame - Le retour de Biram suscite une peur bleue des autorités qui font montre d’un cafouillage sans précédent. Le leader abolitionniste est revenu dimanche 8 mai en Mauritanie. Pour marquer cet acte, le président de IRA Mauritanie a choisi l’arrondissement de Gouraye, frontalier de Bakel (Sénégal) pour entamer une tournée en pays soninké destinée à combattre les dernières poches de l’esclavage.

Ce fut le branle-bas de combat. Grosse panique des autorités qui versent dans le cafouillage. Avec un excès de zèle frisant le dédain, le gouverneur de la région, Diallo Oumar Amadou a sillonné toutes les villes et les villages pour menacer les communautés, les villageois, les associations et coopératives qui auront « l’audace » d’accueillir le dirigeant d’IRA.

Les autorités régionales leur auraient signifié que la « prison sera la sanction immédiate prévue pour chaque personne ou groupe qui accepterait d’accueillir Biram sous son toit. Aussi tous les militants qui ont opposé un refus ont-ils été arrêtés et détenus à Sélibaby, ceinturée par les forces de sécurité empêchant à tous non ressortissants du Guidimakha d’y poser pied.

Les cadres et notabilités de cette région au sein des rouages de l’Etat ou du parti au pouvoir auraient adressé une doléance solennelle au chef de l’Etat de ne « commettre l’erreur d’autoriser le leader abolitionniste à faire son périple dans le Guidimakha. « Ceci à coup sûr occasionnerait, à leurs yeux la victoire du non au référendum ».

Une tournée avortée

Les autorités régionales en ont décidé autrement. Ainsi toute la zone frontalière avait été quadrillée par un important déploiement sécuritaire. Le pouvoir a donné beaucoup de publicité et d’impact au passage dans cette région de Biram.

Ce qui lui fait dire que « le déploiement des forces sécuritaires mais aussi la mise en service des aboyeurs et laudateurs du système cooptés parmi l’élite et cadres des populations locales chosifiées et méprisées par un pouvoir monocolore afrophobe et réfractaire à toute égalité entre races, des droits de l’homme ou de démocratie ».

Traitement spécial

A sa descente de la pirogue, Biram est accueilli par le commissaire de police de Gouraye. Après les formalités d’usage, il est prié de s’asseoir et d’attendre les instructions. On lui demandera entretemps s’il souhaitait rencontrer les autorités administratives locales (le préfet de Sélibaby et le chef d‘arrondissement de Gouraye) pour discuter de la situation.

Il donnera son accord de principe. Plus tard, les autorités changent d’option face à l’affluence monstre des militants d’IRA. Elles décident d’escorter le véhicule du président d’IRA par la gendarmerie jusqu’aux confins du Gorgol où l’attendaient des militants de IRA refoulés la veille.

A Boghé où il séjourne le lundi (8 mai), Biram Dah Abeïd et sa délégation ont été sommés par le commissaire de police de la ville, Henoune Ould Sid’Elemine de quitter la maison d’un de ses proches Mohamed Ould Mbout, dans le quartier de Nioly.

Le leader abolitionniste opposera un niet catégorique à cette sommation indiquant que son séjour du reste privé, ne concernait aucunement les autorités. Le commissaire fera finalement un tri faisant sortir les « autochtones » non sans rappeler l’interdiction de tout rassemblement non autorisé par les autorités régionales.

« L’ordre vient d’en haut », dira-t-il. Une mesure qui a suscité l'étonnement de la délégation. Le commissaire était accompagné d’un peloton de policiers cagoulés et armés jusqu’aux dents.

Biram sera aussi déclaré persona non grata à Aleg où des policiers avaient été massés tout au long du Carrefour. C’est le directeur régional de la sûreté, Mohamed Aly Ould Malaïnine qui lui notifiera la mesure. Contre mauvaise fortune, bon cœur la délégation abolitionniste rejoindra Nouakchott où un comité d’accueil constitué de policiers aussi les attendait à l’entrée de la ville.

Lors d’une conférence de presse, Biram estime que « le bilan de sa tournée européenne et américaine est visible dans l’état d’esprit des autorités, du pouvoir en place qui est troublé par un retour pacifique, légal avec toutes les démarches digne d’une personne qui souscrit à la compétition légale des idées, des opinions et des stratégies. Le pouvoir en place accuse le coup de l’impact de la cohésion et de l’élargissement beaucoup plus grand d’IRA Mauritanie à l’intérieur du pays ».

Pour Biram Dah Abeïd, le régime de Mohamed Ould Abdel Aziz reste foudroyé par les deux grandes et dernières victoires d’IRA contre lui à l’intérieur du pays : lors de sa sortie de prison qui a tourné, dit-il, au plébiscite, le 17 mai 2016 matérialisé par un concert de congratulations, de soutiens. Mais aussi le pouvoir a été affaibli diplomatiquement par les distinctions et reconnaissances au niveau international.

Biram a balayé d’un revers de la main tout changement de discours de son mouvement ou d’option: « Ira reste sur la même lancée et restera sur les mêmes principes. Les priorités changent quand les urgences ont changé(…) L’action de IRA a gagné du terrain, de la compréhension au sein des larges cercles (..) Ira est moins esseulée, plus soutenue donc plus sereine et magnanime. Mais le fond de nos idées reste le même. Bien sûr, on n’a jamais épousé la violence », dit-il.

Relativement aux défections au sein de son organisation, Biram indiquera que IRA s’est habituée au fil des années à perdre « quelques personnes fraîchement sorties de prison. Ceci n’a aucun rapport avec le fonctionnement de IRA, ni la ligne du mouvement. Ce changement d’attitude est en rapport direct avec les effets de la prison, de l’idée épouvantable d’y retourner ou d’y rester ».

Compte rendu Thiam Mamadou



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 9
Lus : 1851

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (9)

  • Kemet-Seth88 (H) 11/05/2017 21:39 X

    Biram n'a qu'a lutter contre l'esclavage loin de Guidimakha car il n'y a aucun esclave dans cette région, le problème de Biram c'est avec ses maîtres beidanes, s'il continu a monter les soninkés les un contre les autres, il lui arrivera un grand malheur

  • Nyass Saidou Nouakchott (H) 11/05/2017 19:58 X

    biram doit accepter qu'il a perdu et céder la place à un autre ;tout le monde sait que IRA est un champ de ruines.

  • jakuza (H) 11/05/2017 19:20 X

    Biram a "sucé" la cause haratine jusqu'à la moelle! Il est dans la surenchère qui l'oblige à trouver un nouveau filon,qui sera l'esclavage chez les negro mauritaniens! Un vaste chantier ... de la confusion!

  • Khadijetou2255 (H) 11/05/2017 19:16 X

    Ce que Biram est capable de faire l’ensemble des FLAM reunit avec famille et bagages n’auront pas le courage, le terrain c’est en Mauritanie pas à l’extérieur, ce système Soviétique n’existe plus, il faut changer le nom de FLAM et le Baptiser autre chose comme du gâteau.

  • Elyahmed (H) 11/05/2017 19:12 X

    Les FLAM sont des bandits armés qui luttent contre les mauritaniens, malheureusement ils ne sont pas courageux, ils le beurre et l’argent du beurre, ils risquent de ne jamais avoir raison, même sur eux même.

  • maparole2016 (H) 11/05/2017 19:08 X

    Décidément à chaque fois que le pouvoir panique devant une situation donnée, le résultat est compter pour la réussite de Biram, ils ont compris que la mobilisation était tellement grande et importante que les autorités avaient la peur au ventre, le commissaire a raison de dire que les ordres viennent d’un haut lieu, il veut dire d’Aziz, ce que Biram voulait montré sur le système en place a été connu et vu de tout le monde, comme il faisait ses conférences et disait a chaque fois que le pouvoir est inique, démonstration faite depuis qu’il a posé pied sur le sol mauritanien. Les Européens et les occidentaux ont compris et accordent plus de crédibilité à la parole de Biram Dah Abeïd que les paroles et les gestes du régime raciste et esclavagiste de Mohamed Abdel Aziz. Si un seul leader du FLAM pouvait avoir le courage de Biram d’affronter cette situation qui a exterminé leur mouvement, ils ont fuit tous à l’extérieur par peur de se faire arrêter, ils veulent combattre le système avec des médias mal écouter ou pas écouter d’ailleurs, par contre Biram fait la démonstration sur le terrain, donc cet ombre fait peur plus que tous les FLAM réunit, physiquement il est là.

  • ASSOCIATION MAIN PROPRE (H) 11/05/2017 18:30 X

    @sraghaa et @zombie , Il faut faire la différence entre FLAM et IRA . biram ne peut pas représenter le FLAM ni une poignée de FLAM. Le FLAM a existé avant que BIRAM devient greffier à NDB SOUS le régime sanguinaire de TAYA .Comme je l'ai souvent dit, le FLAM regorge de compétences . Mais celui qui ne sait se gérer lui-même, comment pourra-t-il gérer les autres ;BIRAM est seul aujourd'hui même son ombre le fuit.

  • zombie (H) 11/05/2017 18:06 X

    Sraghaa si Biram ne représente pas grand-chose pourquoi l'état mauritanien mobilise autant de policiers pour le freiner dans son combat légitime? L'esclavage ça vous arrange à tel point que vous êtes contre son abolition, je te rappelle que désormais Biram n'est plus un n'importe qui les autorités n'ont qu'à essayer de le mettre en prison ils verront les conséquences.

  • sraghaa (H) 11/05/2017 17:32 X

    BIRAME ne fait pas peur car il ne représente pas grand chose (une poignée de FLAM et quelques incultes ) seulement comme il joue sur une fibre sensible qui esb la cohésion nationale ,il faut l'état prenne ses mesures :à mon avis ,il doit être mis en prison