14-05-2017 18:45 - Déclaration de solidarité avec Marie Foray, chercheuse en droits humains et Tiphaine Gosse, journaliste

Déclaration de solidarité avec Marie Foray, chercheuse en droits humains et Tiphaine Gosse, journaliste

SOS Esclaves - Le 28 avril 2017, la direction générale de la sureté nationale convoque Marie Foray, universitaire en droits de l’homme et Tiphaine Gosse, journaliste qui entreprenaient des recherches sur l’esclavage et le racisme en Mauritanie.

Après leur avoir déclaré que "l’esclavage n’existe pas en Mauritanie" le directeur général de la sûreté leur donne cinq jours pour quitter le pays en les accusant de travailler pour des organisations non reconnues, notamment IRA et TPNM. Marie Foray et Tiphaine Gosse ont été effectivement expulsées de la Mauritanie sur la base d’accusations non justifiées sans avoir eu le temps de terminer leurs recherches.

Suite à cette mesure injuste, l’organisation des droits de l’homme SOS-Esclaves exprime toute sa solidarité avec Marie Foray chercheuse en droits de l’homme et Tiphaine Gosse, journaliste expulsées arbitrairement de Mauritanie et demande aux autorités nationales:

• De cesser toutes mesures limitant l'investigation et les recherches objectives sur la question des droits humains en général et à celles de l’esclavage et du racisme en particulier.

• De créer les conditions permettant aux chercheurs et aux investigateurs de mener en toute indépendance et en toute sécurité leurs activités en Mauritanie.

Boubacar Messaoud
Président de SOS-Esclaves



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : SOS Esclaves
Commentaires : 5
Lus : 1092

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • lass77 (H) 15/05/2017 10:09 X

    Sur ce point que Mr Messaoud s'adresse à l'Elysée . C'est la France qui a fabriqué et soutient les problèmes que connait la Mauritanie. Que ces chercheurs s'adressent à la Cellule Africaine de l'Elysée et du Quai d'orsay.

  • abouth (H) 14/05/2017 23:02 X

    La propension à prendre appui sur l'étranger, pour résoudre des problèmes de société en en Mauritanie, renvoie à une mentalité de colonisé; les libertés sont telles, en Mauritanie, qu'il est désormais possible de débattre sans tabou et publiquement. Ceux qui ont pris l'habitude de "monetariser" la propagande esclavagiste contre la Mauritanie, en Occident, ne se sèvreront pas facilement d'une manne si importante et si facile...

  • nemahaidara (H) 14/05/2017 20:53 X

    Cessez de nous endormir avec vos élucubrations. Aucun service secret n'a besoin de quelqu'un pour la Mauritanie . Déjà l'ensemble de nos noms et prénoms sont en Israël depuis les anciens fichiers de carte d'entité . Le Mossad connait exactement le nombre de poteaux Electrique entre le carrefour Radio Mauritanie et le carrefour BMd etc... Personne n'a besoin d'espionner car "ceux qui sont sensé espionner" connaissent tout de nous car c'est eux qui font tout là et dès qu'un opposant ose contester on lui plaque l’étiquette espion , antinational ...etc arguments creux qui n’embobinent plus. Les populations ont faim , ont soif de justice et d'équité .Le ramadan approche les prix sans raison vont grimper .Voilà les problèmes vrais .Ces journalistes ne faisaient que leur boulot .Si on n'a rien à cacher on ne doit pas les craindre...

  • Kemet-Seth88 (H) 14/05/2017 20:12 X

    n'est esclave que celui qui désir l’être...

  • sallabarry (H) 14/05/2017 19:07 X

    c'est dommage Boubacar toi au moins tu es plus expérimenté plus responsable plus mure que Biram ces deux Française étaient sur une mission autre que les droits de l'homme mais par imprudence ou amateurisme elle se sont fait surprendre par les RG et n'importe qui aujourd’hui connait ce que les maitres de Biram leur avaient confiè pendant la tournée de celui ci en Europe ainsi nous n'acceptons pas l’ingérence de ces espionnes ds nos affaires internes l’esclavage le vrai si elle veulent soutenir des thèses ou autres elles n'ont qu a se rendre aux Antilles c'est plus proche