16-05-2017 18:16 - Avis de parution : La résistance pacifique, Roman par Mamadou Kalidou BA

Avis de parution : La résistance pacifique, Roman par Mamadou Kalidou BA

Editions.Harmattan - Le récit se déroule dans un pays biracial et multiculturel dénommé Harfusowo, une contrée qui ressemble fort à la Mauritanie, la patrie de l’auteur. Cinq ethnies, partageant quatre langues (l’Ar, le Fu, le So et le Wo), en plus du français, cohabitent difficilement dans un territoire pourtant très spacieux. L’ethnie H, de loin la plus aisée, est de langue ar et de race noire.

Les différents pouvoirs qui se sont succédé à la tête du pays, ayant été dominés par des lobbys racistes appartenant à la minorité raciale ar, ont exacerbé les divisions au point de radicaliser les populations noires qui luttent pour l’avènement d’un Harfusowo débarrassé des démons du racisme et de l’esclavage.

Le WEJ (mouvement politique négro-africain) et l’AM (mouvement abolitionniste H) s’affirment comme les fers de lance d’une lutte non violente. S’inspirant de Martin Luther King et de Gandhi, des leaders d’une nouvelle génération ne reculent devant rien pour vaincre l’esclavage et le racisme d’Etat.

Mais ceux qui gouvernent le Harfusowo sauront-ils écouter la grogne d’une majorité longtemps restée silencieuse ? Dans cette âpre lutte pour l’égalité des hommes, l’amour qui unit Gayel à Raky porte autant d’espoir que la lutte non violente.

L’Auteur

Enseignant-chercheur à l’Université de Nouakchott, en Mauritanie, Mamadou Kalidou BA est le Chef du Groupe de Recherches en Littératures Africaines (GRELAF) et coordinateur du Master de Lettres modernes francophones à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines.

S’il signe là sa première oeuvre romanesque, il est déjà auteur de nombreux articles et ouvrages critiques publiés dans des revues scientifiques et aux éditions L’Harmattan.

Extraits

« La cohabitation entre les peuples négro-africains, berbères et arabes a été très fructueuse au plan commercial, culturel et religieux, mais elle s’est également traduite par de nombreuses confrontations faites de pillages et de guerres de religion.

Le commerce et le pillage ont soumis aux affres de l’esclavage, des milliers d’hommes et de femmes noirs, brutalement enlevés à ceux qui leur étaient chers et déportés dans des contrées lointaines. Ils ont été vendus ou troqués contre de simples objets de décoration comme un collier, un simple caprice de goût comme une barre de sel ou l’orgueil d’un riche seigneur comme un bout de soie offert à une maitresse.

Pendant plusieurs milliers d’années, des générations d’esclaves se sont transmis des chromosomes de plus en plus endurcis pour survivre à la souffrance et à l’humiliation, au point de constituer, à leur propre insu, un inconscient collectif dans lequel la violence, la brutalité et le désespoir sont configurés en plusieurs couches de sédiments.

Seuls les plus endurants pouvaient survivre. Comment peut-on, dès lors, rationnellement et justement s’arrêter à une simple condamnation de ces groupes de H ? Je ne dis pas qu’il faille excuser leur forfait – ce qui reviendrait à leur dénier toute responsabilité et donc toute humanité – mais je dis que la solidarité humaine nous impose d’appréhender ces hommes et leurs agissements sous le prisme continu de l’évolution diachronique de notre Humanité.

Une oppression en engendre toujours une autre, d’une manière discontinue certes puisque le psychisme humain ne se paramètre pas en données algébriques.

Tel un volcan arrivé à maturation qui vomit sa lave, le trop-plein de frustration s’exprime toujours par une vigoureuse manifestation de colère, si ce n’est de folie. »
(P.62-63) Toute tentative d’exclusion d’une de ces langues porteuses d’une partie fondamentale de notre culture diverse, est non seulement vouée à l’échec, mais exposerait également notre patrie à des tensions dangereuses pour son avenir.

Il n’y a pas de langues supérieures et d’autres inférieures sous le prétexte fallacieux que les premières ont servi à véhiculer une religion ou vulgariser certaines sciences alors que les secondes n’ont pas eu ce hasard de l’histoire.

Ce n’est pas la sacralité ou la scientificité d’une langue qui détermine sa valeur intrinsèque, mais sa capacité à assurer la pérennité de la civilisation qui l’a engendrée et l’intégrité des membres de la société dont elle est le véhicule de l’être vital, autant dire de l’âme constamment remise au goût du jour.

L’Ar ou le yiddish ne sont pas supérieurs au Fu ou au So, pas plus que le latin, le grec, l’anglais, le chinois, le russe ou le français ne peuvent se targuer de supériorité sur les autres langues de l’humanité à cause du nombre de leurs locuteurs ou de leur disposition à diffuser les sciences nouvelles.

La science et la religion servent l’homme, à condition que l’une et l’autre soient appréhendées à travers une perception tout à la fois positive et intégrale. Mais elles ne sont pas les gages d’une valeur absolue susceptible de conférer à leurs détenteurs la légitimation d’un statut hégémonique.

Les langues considérées comme les plus grandes au monde à cause de la visibilité qui leur est attribuée par les pays qui les incarnent, n’ont atteint leur niveau de développement actuel que grâce à une volonté politique d’un souverain et la complicité patriotique d’un peuple. (P 71-72)

Collection Écrire l’Afrique

ISBN : 978-2-343-11711-9
20,50 € • 214 pages

Contact promotion et presse 

Virginie Robert
5, rue de l’Ecole Polytechnique 75005 Paris
Tél 01 40 46 79 26
virginie.robert@harmattan.fr

www.facebook.com/Editions.Harmattan
@H a r ma t t a n P a r i s
www.youtube.com/user/harmattan








Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 10
Lus : 1471

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (10)

  • ardo (H) 18/05/2017 15:17 X

    Quand on n'a pas lu le roman et tellement mal lu ce résumé et que l'on monte les enchères Nouredine et les autres relisez calmement ( si vous savez l’être bien sure ) et vous verrez que vous avez tout faux. Pourquoi se précipiter pour critiquer sans avoir compris?

  • ndoucoum (H) 17/05/2017 19:31 X

    Les chauvins comme jakuza, NOUREDINE...il faut être un grand lecteur des ouvrages pour comprendre certaines métaphores mais je comprends votre ignorance vous êtes aussi des complexés comme vos aïeux qui ont renié à leur origine.

  • jakuza (H) 16/05/2017 23:04 X

    Mes excuses! Ar n'est pas exclu mais...coincé entre H et Fu. Belle image, perspective qui réjouirait M.Ba

  • jakuza (H) 16/05/2017 22:59 X

    Dans Harfusowo,je comprends qu'Ar est exclu! L'auteur aurait pu écrire un manifeste, ce qu'est son soit disant roman! M. Ba, pourquoi le Sénégal n'a pas comme langues officielles le Wolof, le Soninké ou le Pular? Votre roman est un insidieux diviseur...

  • NOUREDINE NOUREDINE (H) 16/05/2017 20:42 X

    la gloire de .... pourquoi me traite-tu de raciste ?par ce que j'ai dis une vérité connue de tout le monde .Dans toute la sous region toute les ethnies cohabitant avec les H confirment leurs communautarisme c'est pour quoi ils ont des problèmes dans toute la sous region (MALI ,GUIEE ,SENEGAL ...etc pourquoi les S qui sont présent dans les même pays n'ont eu aucun problème de cohabitation ???? cette question très devrait à elle seule te clouer le bec si tu as un minimum d’honnêteté

  • asemsam (H) 16/05/2017 20:28 X

    L'ouvrage ne diffère pas en grand chose de la propagande des mouvements particularistes que nous connaissons ici. L'auteur aurait bien pu se passer de l'utilisation des initiales des appellations des ethnies et appeler chacune par son nom. A mon avis, là où il pèche, c'est là où il dit que les langues se valent. C'est cet argument fallacieux qui réduit la valeur scientifique de l'ouvrage car, c'est une évidence plate, les langues ne se valent pas: outre la sacralité de certaines qu'Allah a choisies,il y en a qui sont porteuses de sciences tandis que d'autres demeurent dans la phase préliminaire de la transcription. Et encore! Parce que, chez nous, elles n'ont même pas franchi ce cap.

  • douddou (H) 16/05/2017 18:57 X

    Les initiales utilisées pouvaient être remplacées par d autres désignations imaginaires pour mieux garder le caractère fictif mm si on est dans un vécu réaliste.Le roman sera plus subtile et moins brutal sur la plan narratif. Tant est vrai que le récit est objectif.Merci pour cette contribution

  • le gloire de la patrie (H) 16/05/2017 18:52 X

    Monsieur Nourridine, votre racisme vous laisse pencher vers le H que vous supposer halpulaar mais le roman a dépassé tes intuitions racistes

  • le gloire de la patrie (H) 16/05/2017 18:48 X

    Mes vives félicitations à mon aimable professeur Ba qui est un grand connaisseur du terrain mauritanien. Cet œuvre contribuera sans doute dans la lutte pacifique que nous envisageons qui à mon avis dépasse une production littéraire pure et dur

  • NOUREDINE NOUREDINE (H) 16/05/2017 18:42 X

    L'auteur a surement omis de mettre en exergue que l'ethnie H est la plus communautariste de toute et que toute les autres communautés la craignent pour cela .