19-05-2017 07:00 - Hymne national, drapeau et régionalisation : Pour quels desseins inavoués ?/Par le colonel (E/R) Oumar ould Beibacar

Hymne national, drapeau et régionalisation : Pour quels desseins inavoués ?/Par le colonel (E/R) Oumar ould Beibacar

Le Calame - Notre devise doit être corrigée pour mieux répondre aux aspirations de notre peuple. Compte tenu de notre diversité, la chose la plus importante pour notre communauté est sans aucun doute son unité. Cette unité ne peut se fonder que sur l’égalité citoyenne.

Cette égalité citoyenne ne peut se concrétiser que par une justice forte, consensuelle et indépendante. On peut donc remplacer notre devise actuelle : Honneur-Fraternité-Justice par une nouvelle devise plus constructive et plus citoyenne: Unité-Egalité-Justice. Cette devise doit être le serment de chacun de nous, le fondement de notre République, l’équilibre indispensable à notre survie, l’idéal qu’il faut défendre coûte que coûte.

Notre hymne national

Notre hymne national, est un habile plaidoyer poétique du salafiste (dans le bon sens) Cheikh Baba Ould Cheikh Sidiye, écrit en 1890, une dizaine d’années avant la colonisation, pour un retour aux sources de l’islam sunnite, consécutif à la montée en puissance des confréries souffistes, soutenues par des entités guerrières laïques et sanguinaires partisanes de la raison du plus fort.

Son choix par les bâtisseurs est doublement significatif. D’abord il permet d’immortaliser le père de la pacification, Baba Ould CHEIKH SIDIYE, le vainqueur. Ensuite il concrétise l’appel à un islam limpide que pratiquaient le prophète Mohamed PSL et les quatre khalifes, et qui consolide la foi en Allah et en lui seul, sans aucun intermédiaire.

Un Islam dont on avait beaucoup besoin au moment de l’indépendance, car notre société était dominée par un ordre tribal arabo-berbère et négro-africain séculaire, caractérisé par la violence, la terreur, l’arbitraire et le recul des valeurs islamiques.

Cependant, l’hymne national est un chant patriotique qui doit vanter l’identité du peuple, son unité, ses valeurs, ses gloires, son intégrité territoriale, et inciter au dévouement, au sacrifice et à l’abnégation pour la patrie. Il doit être capable de galvaniser le peuple, tout le peuple sans exception aucune. Aujourd’hui on peut solliciter notre million de poètes, pour nous produire quelques vers pour compléter le poème de Baba.

Des vers plus enthousiastes qui font l’éloge de notre diversité, qui immortalisent notre gloire commune et qui prônent l’inviolabilité de notre unité et l’intangibilité de l’intégrité territoriale de notre chère Mauritanie.

Pour obtenir l’adhésion du peuple tout entier, l’hymne national doit nécessairement citer les quatre composantes du peuple mauritanien. A savoir les communautés beidhane, peulh, soninké et ouolof. Il doit être traduit en hassania, en poular, en soninké et en ouolof et récité par tout le peuple sans exception aucune en arabe et dans les quatre langues nationales

Notre hymne doit être vulgarisé, car bien que sa musique soit quasiment connue par tous, très rares sont ceux qui le récitent, or l’hymne doit être récité par tous les citoyens, sans exception aucune. En novembre 1984, nous étions trente-cinq officiers, 24 gendarmes et onze gardes, en stage d’application à l’école des officiers de la gendarmerie de Melun en France, notre commandant de brigade nous avait demandé le texte de notre hymne national.

Aucun de nous ne savait un seul mot de ce beau poème. Un officier de la gendarmerie nous proposa : « Ould Daddah gass ndar … Ould Daddah est parti à St Louis …» un autre gendarme lui répliqua : « Non ça c’est l’hymne des enfants ». Donc nous avions deux hymnes l’un pour les adultes et l’autre pour les enfants !

Un autre officier prétendit que c’est : « Sirou vi hima Allahi el Emine Kounou jounda rabi Elalamine … Allez sous la protection d’Allah, Soyez les soldats du Tout Puissant …». Ce chant nous l’avions chanté comme élèves - officiers, pendant deux années consécutives à l’Emia d’Atar.

Les sous-lieutenants, Ngaidé Aliou Moctar et Felix Henry Negri nous en donnaient le ton. Paradoxalement, durant toute notre formation on ne nous avait jamais parlé de notre hymne national.

Personnellement, sans connaitre le poète, je croyais que notre hymne était : « Haza akhirou Nomina, Biladouna la Techteki … » « C’est notre dernier sommeil, chère patrie ne te plains pas… » Parce qu’on nous faisait chanter ce poème à l’école primaire. Pendant mon enfance j’avais aussi entendu plusieurs fois les militaires le chanter.

Après l’établissement des relations diplomatiques avec le royaume chérifien en 1969, on avait cessé de chanter ce poème puisqu’il dénonçait les revendications marocaines sur notre pays.

Profitant d’un week-end à Paris, j’avais pris contact avec notre ambassadeur Ely Ould ALLAF, l’un des bâtisseurs, compagnon du père de la nation, pour lui demander le texte de notre hymne.

Il m’avait répondu que l’hymne est un poème de Baba Ould Cheikh Sidiye qu’il ne récitait pas ses mots mais qu’il contacterait le ministère des affaires étrangères pour me trouver ce poème. Je l’avais rappelé à plusieurs reprises, et jusqu’à la fin de notre stage en juin 1985, le ministère n’avait donné aucune suite à sa requête. Il faut dire que la révolution de palais du 12-12-1984, nous avait fait oublier cette histoire de texte de l’hymne national.

De retour à Nouakchott, j’avais rencontré le capitaine Mamoye DIARRA, et je lui avais demandé ce qu’il savait sur l’hymne national. Il m’avait répondu : « Je suis moi-même musicien de spécialité, notre hymne national est un poème de Baba ould CHEIKH SIDIYE, chanté et composé par Sidatty ould ABBA dans sa tidinit dans le noir de Vaghou et je l’avais personnellement accompagné à ST louis, en vue de transformer la musique traditionnelle en une musique moderne pour avoir une portée mondiale.

Depuis l’indépendance, la musique de la Garde était exclusivement chargée de l’exécution de l’hymne national à toutes les occasions, étant la première musique dans les forces armées et de sécurité nationales.»


En effet, la fanfare des gardes-cercles avait été créée en 1945 à Saint-Louis du Sénégal, avant d’être transférée à Rosso d’où elle animait les rares cérémonies officielles à Nouakchott. Elle sera définitivement installée dans notre capitale en 1962.

Le père de la Nation, avait demandé par note N 114/PR du 27 janvier 1964 de mettre à la disposition du ministère de la Défense, le personnel de la Garde nationale faisant partie de la fanfare, pour être transféré à l’armée nationale afin de constituer le noyau de la musique militaire. Avant de se rétracter dans une lettre N 1519/PR/SGDN/EMN/BP, en date du 8-12-1964, évoquant les multiples avantages que perdraient les éléments transférés, qui n’étant pas volontaires pour servir dans l’armée, risqueraient de démissionner massivement.

Et par conséquent, il avait demandé leur maintien dans leur corps d’origine en attendant que l’armée puisse constituer une fanfare avec ses propres moyens.

Conformément aux traditions militaires, c’est donc le droit d’aînesse qui avait attribué le prestige d’exécuter l’hymne national, au corps des gardes-cercles de Mauritanie créé le 30 mai 1912. Malheureusement le pouvoir militaire va nous voler ce prestige avant de s’emparer des instruments et du personnel de notre musique qu’il ne nous rendra qu’en 2005, sur insistance d’un chef d’état-major issu du corps.

La musique de la Garde était Initialement habillée aux couleurs nationales, l’armée avait changé la couleur de sa tenue en bleu marine, sans doute pour mieux la camoufler, puis tout dernièrement la musique militaire a choisi le rouge ocre en prélude, peut être, à l’immortalisation du sang des vaincus.

L’hymne est fixé par la loi, après plusieurs recherches dans le journal officiel de 1959 à 1978 je n’ai trouvé aucune trace de cette loi. Il semble qu’elle n’ait jamais été votée, c’est sans doute pour cette raison que les paroles de notre hymne sont quasiment inconnues. L’hymne national étant du domaine de la loi, on n’a pas besoin de consulter le peuple pour le changer. Il suffit de demander aux députés béni oui-oui de le faire, et ils le feront avec beaucoup d’enthousiasme.

Cependant, les détracteurs de la République ne visent pas l’hymne national. Ils visent le poète père de la pacification, le cheikh Baba Ould CHEIKH SIDIYE, qu’ils veulent remplacer par le poète des razzieurs, pour l’effacer de notre mémoire. Ce mensonge ne passera pas.

Il faut rappeler que le chanteur compositeur, père fondateur de notre hymne national, l’icône de la musique maure, le notable national Sidatti Ould Elva Ould ABBA attend depuis 56 ans ses droits d’auteur qu’il convient de lui régler immédiatement. Avant les amendements…

Notre Drapeau national

Après l’adoption, à l’unanimité, de notre constitution par l’assemblée constituante, notre très beau drapeau sera hissé pour la première fois le dimanche 22 mars 1959 à Nouakchott.

Ce drapeau aurait été inspiré par l’emblème de la République islamique du Pakistan, conçu par Sayed Amiroudine Kedwai en 1904 comme drapeau de la ligue musulmane, groupe politique qui prônait, pendant la période coloniale la création d'une nation musulmane séparée sur le sous-continent indien. Il avait été adopté le 11 août 1947 comme drapeau de la République islamique du Pakistan au moment de l’indépendance.

Le croissant et l’étoile sont des symboles de l’islam. Le croissant représente le progrès et le calendrier musulman notamment le mois du jeûne, le mois du Hadj et les jours de fête ainsi que le début et la fin de l’an musulman entre autres. L’étoile représente le savoir, ces cinq branches symbolisent les cinq piliers de l’islam.

On trouve le croissant et l’étoile, ensemble ou séparés, dans les drapeaux de certains pays musulmans comme le Pakistan, la Turquie, le Turkménistan, le Tadjikistan, le Sénégal, la Tunisie, le Maroc, l'Algérie, la Libye, Djibouti, la Malaisie, la Somalie, l’Irak avant 1989, la Syrie, les îles Maldives, l’Azerbaïdjan et l’Ouzbékistan.

D’après le père de la Nation : « l’esquisse de notre drapeau avait été suggérée dans ses grandes lignes, par un comité informel, un soir dans mon logement saint-louisien.

Ce soir là, j’étais avec Ely Ould Allaf, Ahmed Bezeid Ould Ahmed Miske et Mohamedhen Ould Babah alors tous trois étudiants… Au cours de notre discussion, je leur demandai leur avis sur notre futur emblème national, tout en donnant mon point de vue sur la question. Après un long échange de vues, nous sommes arrivés au drapeau que tout le monde connait et qui a fait le tour de la planète : vert avec étoile et croissant jaune d’or. »


En ce qui concerne les couleurs, selon le capitaine Mamoye DIARRA, l’un des fondateurs de la République, issu du corps des gardes-cercles, la seule institution paramilitaire qui avait assisté à Nouakchott à la dernière descente du drapeau français symbolisant la fin de la colonisation, le dimanche 27 novembre 1960 à 18h.

Ainsi qu’à la première levée des couleurs nationales le lendemain, lundi 28 novembre 1960 à 9h symbolisant le début de l’indépendance de la République Islamique de Mauritanie. D’après lui, le jaune d’or représente la couleur du désert, où habitent généralement les maures, le vert représente la verdure de la vallée où habitent les négro-mauritaniens.

En effet les premiers drapeaux conçus au moment de l’indépendance, visibles dans certains films d’archives, avaient un jaune plus foncé de couleur sable et un vert plus foncé proche de la verdure. Avec le temps les couleurs sont devenues plus vives, dans l’indifférence.

Le drapeau est créé par l’article 5 de la constitution du 22 mars 1959. Il est dimensionné par le décret 59 007 du 1er Avril1959. « La petite dimension du drapeau est égale au deux tiers de la grande dimension, le croissant est placé au centre du drapeau, la convexité tournée vert le bas, l’étoile à cinq branches est placée à l’horizontale des pointes du croissant. » Très rares sont ceux qui respectent ses dimensions.

La Gendarmerie nationale avait été chargée par décret présidentiel, que j’avais vu quelque part, d’assurer la confection du drapeau national, de faire respecter ces normes et de veiller à son intégrité. Une mission qu’elle a complètement oubliée.

Notre emblème national doit être traité avec beaucoup plus d’égard, puisqu’il incarne notre identité, notre fierté. Malheureusement les services publics n’ont aucune considération pour lui.

On peut le voir flotter, amputé de sa moitié, de son tiers ou des deux tiers sur les différents ministères, sur des établissements scolaires, sur les bâtiments de l’assemblée nationale, de la cour suprême, du sénat, de la communauté urbaine, du conseil constitutionnel pour ne citer que ceux-là, sans susciter la moindre réaction. Seules les casernes militaires respectent encore son intégrité, puisqu’il est hissé tous les matins à 8h et descendu toutes les après-midi à 18h. Cet outrage constant à ce symbole de la République est inacceptable.

Toutefois, ce drapeau doit être vulgarisé, lui aussi, parce que la quasi-totalité des populations nomades ne l’ont jamais vu et ne le connaissent pas. En pèlerinage à la Mecque en 2004, l’un de nos pèlerins, originaire de Bassikounou, s’était égaré pendant deux jours dans la zone de Mina.

Lorsqu’il avait été retrouvé au troisième jour, les organisateurs lui avaient reproché de ne pas avoir identifié notre drapeau comme tous les pèlerins, qui, à Mina, s’orientent par les emblèmes de leurs pays hissés au - dessus de leurs campements.

Notre pèlerin leur répondit : « Moi je n’ai jamais vu le drapeau de mon pays. Si vous aviez mis sur votre drapeau la marque des animaux des Oulad Daoud, je vous aurais repérés immédiatement !» Aussi, dans les campements nomades on rencontre souvent des sacs confectionnés à partir du tissu de notre drapeau pour contenir du thé, du riz ou de la viande sèche. Car pour eux, le drapeau est un morceau de tissu qu’on peut utiliser à sa convenance et qui ne veut rien dire.

Ce nouveau drapeau a pour but essentiellement de dénier le sacrifice de nos soldats pendant la guerre du Sahara. Plus de deux mille martyrs, six cents prisonniers et des milliers d’anciens combattants et de nous faire un lavage de cerveau pour nous faire oublier notre histoire récente.

Les deux traits rouges mettent entre parenthèses cet inoubliable sacrifice de nos chouhadas. Car pour ces « innovateurs », la bande rouge inférieure immortalise les pilleurs d’avant l’indépendance et la bande rouge supérieure immortalise les futurs martyrs d’une autre patrie qui reste à définir.

Ce qui exclut de facto les vrais résistants, les vrais héros que sont nos 2000 martyrs, ces oubliés de la République, qui avaient fait le don de leur vie, dans leur diversité, pour cette Mauritanie qu’ils avaient vu naître et tant aimée, sous ce drapeau qu’on veut aujourd’hui camoufler, qu’ils avaient tant chéri, et sous lequel ils sont morts pour défendre notre intégrité territoriale, pendant la guerre du Sahara, et qui attendent depuis plus de quarante ans la reconnaissance par cette nation ingrate, de leur noble sacrifice.

De toutes les façons, nous ne respecterons pas les résultats de ces amendements inconstitutionnels et hors-la-loi. Nous ne saluerons jamais ce nouveau drapeau souillé et ne chanterons jamais cet hymne falsifié. Advienne que pourra.

En attendant la sécession

Depuis son deuxième putsch en juillet 2009, le général commandant du BASEP aurait été endoctriné par des nationalistes arabes et des notables majoritairement originaires des régions du Nord qui l’auraient convaincu de la nécessité de privilégier le développement de leurs régions sur la base des richesses de leur sous-sol. Et réussir ainsi cet exploit que ses trois prédécesseurs, originaires comme lui du Nord, n’avaient pas pu réaliser pendant plus d’un quart de siècle de pouvoir absolu.

C’est ainsi qu’ils lui avaient préconisé de s’approprier le flambeau de la «résistance nationale», un rêve séculaire des gens du Nord. Une démarche destinée à falsifier notre histoire, pour immortaliser de faux résistants, qui sont bien identifiés. Des razzieurs qui sont morts pour défendre les intérêts égoïstes des entités tribales laïques, sanguinaires, racistes et esclavagistes, qui avaient déstabilisé notre pays dans des guerres fratricides interminables.

Et qu’on ne peut qualifier de héros nationaux, pour la simple raison que leur sacrifice n’avait pas été consenti pour la Mauritanie, dont ils n’avaient jamais entendu parler, ni pour notre drapeau qu’ils n’avaient jamais vu.

Ensuite ils l’auraient amené à changer l’identité des beidhanes, pour mieux les arabiser, en enlevant de leurs noms les mots ould et mint, sans que personne ne dénonce cette tromperie.

Puis le général de bataillon avait décapité illégalement notre capitale en trois entités administratives pour la minimiser, au moment où l’un des détracteurs de la république proposait publiquement de délocaliser notre capitale pour l’installer à Chami, un village dans les vents, créé récemment sur la route de Nouadhibou, à coût de milliards d’ouguiyas, dans une zone désertique inhabitée, juste pour répondre aux caprices du général en augmentant les élus du Nord.

Aujourd’hui, ils veulent changer notre drapeau et notre hymne national, pour détruire nos symboles afin de mieux camoufler la Mauritanie qu’ils veulent faire disparaitre. La prochaine étape ce sera le changement du nom de notre pays. L’un de leurs leaders, n’avait –il pas déclaré dans l’une de ses rares sorties à la télévision, l’année passée : « Il y a des gens qui n’aiment pas le nom de la Mauritanie et qui souhaitent le changer – allusion à l’AJD-MR – je vous propose une nouvelle appellation pour notre patrie, la République du grand SAHARA ».
Pour ces détracteurs, puisque c’est Coppolani qui nous avait donné le nom de la Mauritanie, et puisque nous voulons réécrire notre histoire, il faut commencer par changer ce nom qui concrétise le premier acte colonial. Ce grand Sahara auquel ils font allusion englobe le Sahara occidental et toutes nos régions du Nord à savoir : l’Adrar, Dakhlet Nouadhibou, le Tris Zemmour et l’Inchiri et exclut définitivement toutes les autres régions.

C’est ce projet qu’avait mentionné l’irréductible sécessionniste dans son livre, "Front Polisario, l’âme d’un peuple" et dont il était, jusqu’à la fin de ses jours, un fervent défenseur.

Par les temps qui courent, on sent déjà les prémisses de l’exécution du projet sécessionniste de la république du grand Sahara, que le général de bataillon est entrain d’organiser sur tous les fronts, en entretenant coûte que coûte des dissensions entre les maures, avec la création de deux nouveaux partis suscités et encouragés par les pouvoirs publics, destinés à embrigader des jeunes extrémistes en cas de besoin, l’un à l’extrême droite des maures blancs, l’autre à l’extrême droite des maures noirs pour diviser et déstabiliser cette communauté.

La communauté négro-mauritanienne, victime de toutes les injustices depuis la discrimination jusqu’au génocide en passant par la spoliation, la déportation, l’exclusion et la négation, est toujours diabolisée, par ce pouvoir usurpateur qui ne vise qu’une seule chose, créer les conditions nécessaires pour mettre en péril notre unité nationale, en entretenant des dissensions sociales intercommunautaires en vue d’un embrasement général interethnique programmé.

C’est pour cette raison qu’il refuse obstinément de régler le problème honteux de l’esclavage qui perdure malgré plus de 56 ans d’indépendance, ainsi que le problème du passif humanitaire dont l’horrible génocide. Il nourrit ainsi volontairement des foyers de tension intercommunautaires qu’il pourra activer en temps opportun, pour déstabiliser le pays et provoquer une guerre civile pouvant lui donner, en cas de besoin, l’occasion de recourir à l’état de siège ou l’état d’exception pour prolonger indéfiniment son pouvoir, à défaut d’un troisième mandat.

Pour ce troisième mandat, un commando suicide portant le nom de «l’association mauritanienne de l'Etat de droit », dirigé par l’inconditionnel du pouvoir militaire le général de corps d’armée Vadili Ould RAISS, soutenu par un ancien président du conseil constitutionnel, des anciens présidents de la cour suprême, ainsi que d’éminents professeurs et magistrats, vient d’être mis en œuvre par le général de bataillon pour conduire une opération kamikaze contre notre constitution sur la base de l’article 38.

Ce magistrat kamikaze, magicien de la constitution et de la loi, avait commencé sa carrière au parquet, une institution judiciaire sous ordre depuis l’avènement des militaires, avant d’intégrer le système des pouvoirs d’exception dont il est devenu l’un des plus grands adeptes, j’allais dire le plus grand concepteur.

Magistrat, directeur des moukhabaratts, au ministère de l’intérieur pendant les années de braises, actuellement chargé de mission au ministère de la défense nationale, l’unique civil en fonction dans ce département, et conseiller privilégié du chef d’état-major général des armées. C’est lui qui avait convaincu le général de bataillon de recourir à l’article de la discorde pour contrecarrer l’action républicaine et honorable des braves sénateurs.

Pourtant on n’a pas besoin d’aller à l’école pour être convaincu que l’article 38, quelle que soit l’interprétation qu’on peut lui donner, ne peut jamais être utilisé pour imposer des lois constitutionnelles déjà rejetées par le parlement, dans une démocratie respectable, pour la simple raison que cette procédure est incompatible avec le principe même de la séparation des pouvoirs et remet sérieusement en cause l’indépendance du pouvoir législatif.

Les conseils régionaux proposés par le général commandant de bataillon, seront destinés à préparer l’autonomie des régions, ce qui permettra, dans son entendement, à chaque région de gérer ses propres ressources, de quoi conforter la position des riches régions du Nord, au détriment des autres, en attendant la sécession, qui est désormais revendiquée haut et fort par l’émir de l’Adrar au palais des congrès, sous les applaudissements de ses sujets et de l’élite régionale, lequel émir, aurait déjà confectionné le drapeau du futur Emirat. Adieu la République.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 9
Lus : 2965

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (9)

  • doudou19 (H) 20/05/2017 10:30 X

    Il serait mieux que l'on revienne à notre système d'émirats dans lequel tout un chacun trouvait sa place. Les signes précurseurs de notre disparition en tant qu'Etat sont déjà visibles. Qu'ALLAH nous épargne des guerres fratricides qui se dessinent à l'horizon.

  • le gloire de la patrie (H) 19/05/2017 12:19 X

    La pirogue du Walo, je suis content de vous entendre battre au bréche les deux homosexuels et de dire la verité et rien que la verité sur cet homme pieux

  • foutatoro (H) 19/05/2017 12:02 X

    Si le dernier paragraphe de ce texte est vrai alors ce pays est à un tournant décisif de son histoire. On va vers la naissance de plusieurs émirats, voisins d’un nouvel Etat indépendant et noir au sud du pays. Finalement, cela me semble une solution acceptable pour tous. De fait, le territoire de la Mauritanie d’avant les indépendances était ainsi stratifié.

  • La pirogue du Walo (H) 19/05/2017 11:44 X

    Mon colonel, beaucoup de lecteurs de Cridem se posaient la question ce qui est devenu le colonel depuis un certains temps, vous ne faites plus signe de vie dans la presse électronique que des milliers de mauritaniens cherchent à vous lire, pour apprendre certaines vérités cachés ou même oublier. On disait, où je me disais que le système à faire taire l’homme de la vérité et de la justice, je suis heureux de relire et souhaite que cela continue sérieusement, vous avez comme d’habitude dit des vérités et rien que des vérités, je connais certains étudiants qui en font leur document d’histoire. Mais Colonel que faire avec l’article 38 qui nous divise aujourd’hui. En ce qui concerne le couple homosexuel Bertrand - Nabuchodo ils doivent se montrer pour le Gay-bried de Paris.

  • le gloire de la patrie (H) 19/05/2017 11:32 X

    J'ai été toujours convaincu par les propos de cet homme vertueux d'une extrême rareté dans ce pays comme je suis persuadé que si la Mauritanie donne naissance à treize hommes comme lui de toutes communautés confondues, nous allons aller très loin par ce pays. Et en ce qui est de l'exagération comme prêtant ce Bertrand que je connais trés bien, je pense qu'elle n'a jamais eux lieu dans le discours de cet homme pieux qui mérite d'être classé parmi les mémoires. Vous craignez ould Beibacar parce qu'il a osé depuis les années de braise jusqu'à nos jours de dire NON à la barbarie perpétrée par des pro-arabes, racistes, esclavagistes, obscurantistes et anti-noirs. Ne vous cachez pas derrière de pseudo pour emprunter un quelconque courage mais soyez courageux comme lui et faites-vous dévoiler au lieu de rester femmes ou gais. Et en ce qui est du texte je vois que vous êtes trés fenians pour en bénéficier Bertrand et toi Nabuchodo

  • mohamed hanefi (H) 19/05/2017 10:10 X

    Mon colonel. Mes respects et mes respects a votre défunt père, Cheikh, qui m'a rendu un service, que je ne citerai pas de crainte de diminuer sa récompense auprès du Grand Maitre de la récompense. Je pense personnellement qu'au lieu de toutes ces initiatives, il suffit juste que ceux qui prononcent "La-ilaha illa-Allah", en comprennent la signification et en assument le pacte. Il faut que ceux qui prient, avec tant de ferveur sur l'envoyé (psl) sur les pages du net, essayent d'en distiller quelques convictions réelles, pour qu'elles coulent dans les cœurs et filtrent les comportements en réalité, les actes et les intentions. Les traits rouges préconisés par une partie d'entre nous ne diminuent, ni n'augmenteront un peuple qui dit oui avec la langue et fait non avec le cœur. Les controverses ne mèneront nulle part que vers les abimes de la division et les "fitnas", qui ne connaitront plus de fin. Toutes ces polémiques cachent une volonté réelle de couvrir les réalités par les fictions. C'e sont des défis à Dieu. Jamais ceux qui ont défié Allah n'ont réussi leurs manèges. Il était prioritaire de mettre deux traits rouges sur la soif des populations à l'intérieur, trois traits rouges sur l'errance des enfants dans la rue, quatre traits rouges sur la faim, cinq traits rouges sur l'ignorance et l'"ignorentisation systématique" des populations éloignées et soixante cinq mille traits rouges sur tous les discours à caractère ségrégationniste, séparatistes, tribalistes, négationniste, esclavagistes etc.… La Mauritanie est une terre bénite, mais ses habitants n'ont pas compris encore que l'humain ne réalise les grâces divines, que quand elles lui filent entre les doigts. Et comme vous êtes méhariste, mon colonel et frère, je vous dis : "Ce n'est pas la monture qui pose problème, mais le chamelier."

  • hamadel (H) 19/05/2017 09:34 X

    oumd Beibacar président j’adhère intellectuellement moralement j’adhère c'est le meilleur de notre armée

  • Bertrand (H) 19/05/2017 08:58 X

    Vous exagérez cher colonel

  • nabuchodonosor (H) 19/05/2017 08:19 X

    Au secours !! Le pistonné revient. Il revient pour distiller sa haine et son ignorance par le biais d’un texte long, ennuyeux et plein de contradictions. Il prône et chante pour l’unité nationale alors qu’au moyen de mensonges éhontés, il enflamme les braises de la division ethnique et sociale en nous léguant les uns contre les autres : négro-africains contre arabo-berbères, marabouts contre guerriers, haratines contre arabes, forgerons contre zwayas, résistants contre goumiers, gens du nord contre gens du sud, garde nationale contre armée nationale…et la liste est encore longue. Mais pour qui travaille-t-il ? Certainement pas pour l’unité de ce peuple. Où était-il au moment où les haratines étaient emprisonnés, les négro-africains assassinés et déportés et les vaillants militaires qui ont tenté de faire changer les choses arrêtés, torturés et radiés/exécutés ? A ce moment là, il profitait des stages à l’étranger et des avancements non mérités sous la bienveillance de son beau-frère Ministre de l’intérieur lors des années de braises, alors que ces promotionnaires haratines et négro-africains (plus méritants) étaient torturés ou du moins recalés et affectés à des tâches secondaires. Pourquoi n’a-t-il jamais essayé de faire changer les choses comme tous les militaires qui ont essayé (1981, 1986, 1987, 1990, 2003, 2005) ? par manque de conviction ou par manque de courage ? je pense plutôt les deux à la fois.