08-06-2017 13:12 - Face aux obstructions dont il fait l’objet de la part du pouvoir : Samory ould Bèye accuse

Face aux obstructions dont il fait l’objet de la part du pouvoir : Samory ould Bèye accuse

Le Calame - Le secrétaire général de la Confédération Libre des Travailleurs de Mauritanie (CLTM), Samory ould Bèye se plaint et dénonce les obstacles que le pouvoir dresse sur son chemin.

Il s’agit d’abord, cite Ould Bèye, de son exclusion et de sa marginalisation, depuis trois ans, de la délégation tripartite à la réunion de Genève, qui statue, chaque année, sur la question des droits de l’homme.

« Les préparatifs de ce conclave annuel battent leur plein. Nous n’acceptons pas d’y faire figuration, nous y allons pour dénoncer les pratiques inhumaines de l’esclavage, du racisme et de la ségrégation, pratiquées, par le pouvoir, en Mauritanie ; et, comme notre voix porte, on fait tout pour nous empêcher d’assister à ce grand conclave ».

Ould Bèye affirme que c’est, certainement, à cause de ses déclarations fustigeant le pouvoir et ses pratiques d’exclusion qu’il a été éjecté du conseil d’administration de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS), du conseil économique et social et de l’environnement et d’autres organismes paritaires. Autres difficultés, le refus des autorités de lui laisser jouir de ses droits à la retraite, depuis 2015. Ould Bèye était employé à Radio-Mauritanie, avant d’embrasser la carrière de syndicaliste.

« Depuis que nous avons saisi, par courrier, les Nations Unies et, surtout, leur rapporteur, sur les pratiques esclavagistes en Mauritanie », poursuit Ould Bèye, « le pouvoir nous en veut. Il redoute que l’organisme onusien décrète des recommandations sur la non-application des textes pris pour éradiquer l’esclavage et ses pratiques en Mauritanie […] le pouvoir perd tout bon sens », martèle le secrétaire général de la CLTM. Et de se réjouir de la prise en compte de la réalité qu’il ne cesse de dénoncer, par le rapporteur spécial des Nations Unies dans son rapport 2016 (Rapport Alstom) : la marginalisation, à tous les niveaux et dans tous les secteurs d’activités, des noirs de Mauritanie, de façon générale, et des Harratines, en particulier.

Des textes destinés à la consommation extérieure


Dans une correspondance, en date du 10 avril 2017, adressée au rapporteur des Nations Unies, la veille de son passage en Mauritanie, le secrétaire général de la CLTM rappelait que « l’Etat mauritanien s’est construit sur la base d’une idéologie esclavagiste et discriminatoire, pour pérenniser son système éhonté», avant de passer en revue tout l’arsenal administratif et juridique que le pays a adopté, pour éradiquer l’esclavage et ses séquelles. Pour Ould Bèye, ces mesures ne sont que des velléités, du verni, et non une volonté politique réelle de combattre ce phénomène qui assujettit les Harratines, en particulier.

Puis Ould Bèye énumère la liste toutes les mesures prises par différents gouvernements qui se sont succédé à la tête du pays, de 1960 à nos jours : la Constitution du 20 Mai 1961, faisant sienne, dans son préambule, la déclaration Universelle des droits de l’homme de 1789 qui abolit l’esclavage ; la ratification, par l’Etat mauritanien, de la convention n° 29 de l’OIT sur le travail forcé ; en d’autres termes, les pratiques esclavagistes. L’objectif de cette signature, croit le secrétaire général de la CLTM, se résumait à se faire admettre au sein des Nations Unies. Aucun texte d’application n’a été adopté ni aucun cas soumis aux tribunaux.

Viennent, ensuite, la ratification, par la Mauritanie, de la convention n° 29 de l’OIT sur le travail forcé, en d’autres termes, les pratiques esclavagistes ; la lettre circulaire confidentielle du Garde des sceaux et ministre de l’intérieur, Mohamed Lemine ould Hamoni, en date du 16 Mai 1966, où le Ministre écrivait:

« Mon attention est quotidiennement attirée sur la survivance de pratiques esclavagistes incompatibles avec la Constitution et les lois de la République Islamique de Mauritanie » ;

le Code du travail (Loi n° 63. 023 du 25 Janvier 1963) qui interdit, formellement, le travail forcé, ainsi que toutes pratiques contraires à la liberté de l’embauche ; - l’ordonnance du 9 Octobre 1981, abolissant l’esclavage ; la loi foncière-Ordonnance n°.83.127 du 5 Juin 1983 ; - Le Code du travail, révisé en 2004 ; la loi n° 2007-48 du 3 Septembre 2007, criminalisant l’esclavage, abrogée et remplacée par une loi portant criminalisation de l’esclavage et réprimant les pratiques esclavagistes ; la fondation de l’agence Tadamoun dont l’objectif principal est de développer les adwaba (villages de Haratines) ; et la feuille de route, devenue loi votée, par le Parlement, au mois d’août 2O15.

Pour Samory Ould Bèye, ces mesures ne sont jamais suivies d’effet. Aucun texte d’application n’a été adopté. C’est pourquoi le secrétaire général de la CLTM estime que ces mesures visent exclusivement à satisfaire les exigences de la Communauté internationale, le pouvoir n’a jamais été animé par une volonté d’éradiquer l’esclavage et ses séquelles. Pire, il combat même les militants et cadres de la composante harratine qui lutte contre cette pratique abjecte. Pour illustrer ses propos, Ould Beye qui préside le Mouvement El Hor, grâce à qui la loi N° 83 portant réforme foncière fut votée, cite les témoignages de victimes de l’esclavage. Il y ajoute ceux des filles harratines victimes d’exploitation et d’esclavage sexuel en Arabie Saoudite. Enfin, le secrétaire général de la CLTM se réjouit de la pris en compte, par le rapport Alstom, des données contenues dans sa correspondance.

Quelques extraits du rapport Altom 2016


Après son passage en Mauritanie, du 2 au 11 Mai 2016, le rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l’homme et l’extrême pauvreté a produit un rapport dont voici quelques extraits : « Les Harratines (Maures Noirs) et les Afro-Mauritaniens sont, systématiquement, absents de la quasi-totalité des postes de responsabilité et constamment exclus de nombreux aspects de la vie économique et sociale ». Se fondant sur le contenu d’un rapport de 2014, le rapporteur ajoute : « seuls 5 des 95 sièges de l’Assemblée nationale sont occupés par des harratines et un seul sénateur sur 56 appartenait à ce groupe. De plus, 2 des 13 gouverneurs régionaux et 3 des 54 préfets départementaux sont Harratines. »
Toujours sur la marginalisation, le rapporteur cite les chiffres de 2005, selon lesquels 90% des officiers de l’armée étaient des beïdanes, 7% des harratines et 3 % des afro-africains. Le même rapport évoque la question foncière, le registre d’état-civil et le cadre de lutte contre la pauvreté. Mais notre syndicaliste n’entend pas pour autant se taire face aux injustices criantes perpétrées, par le pouvoir, à l’encontre des noirs de Mauritanie et des Harratines, en particulier. Une attitude qui lui vaut toutes ces démêlées. « Quand on se bat pour une cause juste, on se soucie peu de son sort personnel », conclut Ould Bèye qui s’apprête, d’ailleurs, à se rendre à Genève, la semaine prochaine.

Rappelons que Samory Ould Bèye est l’auteur de plusieurs correspondances adressées, non seulement, aux Nations Unies mais, aussi, à d’autres organismes partenaires de la Mauritanie. La première, adressée à M. Ban Ki Moon, en 2010, sous le titre « Cri d’alarme », la seconde, toujours au SG des NU, titrée « Réquisitoire contre le gouvernement mauritanien », la troisième, lors de son passage en Mauritanie. La quatrième et dernière, intitulée « SOS Harratines de Mauritanie » était destinée à l’Union Européenne. C’est d’ailleurs dans ce cadre que la CLTM a porté plainte, contre la Mauritanie, auprès du BIT, pour « pratiques esclavagistes », ce qui a conduit au « placement de la Mauritanie, sur la liste noire des pays interpellés par l’OIT », explique Samory qui ira défendre son dossier à Genève, devant la commission des Nations Unies. Une rude bataille en perspective, entre lui et la délégation gouvernementale, promet-il.

Dalay Lam



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 4
Lus : 1455

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • abatcha (H) 08/06/2017 20:02 X

    De toute façon, il ya et il y'aura toujours de braves hommes comme ould Béye, Biram pour ne citer que eux. Les maures sont sommés de revoir leurs copies, de ce regarder sur le miroir un jour et dire est ce que ce pays est égalitaire, on est pas raciste par ignorance ou par défaut, est-il normal que dans tous les secteurs du pays c'est nous qui les occupons, tous les cadres de l'administration .....

  • bonguide (H) 08/06/2017 18:12 X

    Je crois qu'il serait plus réaliste de porter plainte contre les Nations Unies et l'Union Européenne que de le faire contre l'Etat mauritanien. Vous ne croyez pas que toutes ces magouilles sont connues de la Communauté Internationale? C'est elle qui a lâché les communautés exclues en Mauritanie.Les américains, les français,les chinois,les allemands,les espagnols, la liste est longue,sont complices car leurs ambassadeurs savent tout!!!

  • kangourou (H) 08/06/2017 17:25 X

    Bravo Samoury, tout ce que tu as dit est absolument vrai et tous les mauritaniens le savent, mais l'ypocrisie et le mensonge sont la devise de ce pays raciste et ségrégationniste.

  • leguignolm (H) 08/06/2017 13:37 X

    Le problème de ce système, il a le courage faire ses actes mais il n'a pas l’audace d'assumer! Si non les blancs sud Africains et les israéliens, "ce qui me plait en eux" ils assument tous leurs faits barbares.