19-06-2017 11:00 - Mauritanie : Non enrôlement de 44% des naissances…. des apatrides?

Mauritanie : Non enrôlement de 44% des naissances…. des apatrides?

Le Reflet - « Ensemble pour accélérer la protection, la responsabilisation et l’égalité des chances des enfants mauritaniens», c’est le thème retenu par la Mauritanie cette année, à l’occasion de la célébration de la journée de l’enfant africain et de l’orphelin dans le monde musulman, vendredi 16 juin.

Lors de cette célébration, la ministre des Affaires Sociales de l’Enfance et de la Famille, Maymouna Mohamed Taghi a noté « le non enrôlement de 44% d’enfants ».

A l’instar d’autres pays du monde, la Mauritanie a commémoré la journée de l’enfant africain. Du côté des autorités mauritaniennes, cette journée prend l’appellation « Journée de l’enfant africain et de l’orphelin dans le monde musulman ».

Pour la circonstance, les autorités ont organisé des activités de loisirs « au profit des enfants et d’activités de sensibilisation sur leurs droits, en plus de la distribution de produits alimentaires et de vêtements, au profit de 120 orphelins », rapporte l’Agence Mauritanienne d’Informations.

44%

S’exprimant à l’occasion, la Ministre des Affaires Sociales de l’Enfance et de la Famille, Maymouna Mohamed Taghi, s’est accentuée sur « les obstacles qui entravent la volonté de son département pour développer l’enfance ». Parmi ces obstacles, elle souligne « le non enrôlement de 44% des naissances, qui les empêche de détenir leurs papiers civils… ».

Handicap

L’on se souvient qu’il y a une année de cela, les autorités avaient fait de la pièce d’identité, un préalable pour tout enfant de 10 ans désireux de passer son Certificat d’Études Fondamentales. Dans le même temps, la pression est mise sur les directeurs d’écoles pour n’inscrire que les élèves minus du papier de l’enrôlement. Fin de la complaisance.

Anomalie

La question de l’enrôlement est un réel problème sociétale. Une anomalie de l’administration mauritanienne met des milliers d’enfants au ban de la société. Sans papier, l’enfant n’a droit à rien. Ni à la santé, ni à l’éducation… rien.

Ce qu’on ne soulignera jamais assez est que ce sont ces mêmes enfants qui demain deviendront des parents. Leurs progénitures à leur tour ne seront pas enrôlés puisque la délivrance de leurs papiers est conditionnée par le recensement de papa et maman.

Six ans déjà

L’enrôlement de la population a été lancé en mai 2011. Et depuis, beaucoup de mauritaniens peinent à s’enrôler. Les raisons de cette anomalie sont nombreuses. En effet, d’une part, la logistique dans nos centres d’enrôlement reste peu suffisante et d’autre part l’exigence des papiers d’enrôlement des parents et le coût constituent un blocage pour nombre d’enfants.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 4
Lus : 1950

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • lass77 (H) 19/06/2017 18:46 X

    @mohamed.w.l@ Tu sais très bien que ce ne sont pas les bébés beydans qui sont apatrides en mauritanie mais plutôt les negromauritaniens. Ce n'est pas facile d'admettre la vérité et de le dire quand on est de l'autre côté .

  • mohamed w.l (H) 19/06/2017 17:19 X

    JE COMMENCE VRAIMENT A AVOIR PITIÉ DE lass77 (H UN MALADE UN COMPLEXE

  • lass77 (H) 19/06/2017 16:40 X

    C'est un moyen délibéré de priver certains mauritaniens de papier d'etat civil uniquement pour des desseins machiavéliques. On sait que ce sont les negromauritaniens qui sont,visés.

  • Mohammed-Ali (H) 19/06/2017 14:13 X

    C'est stupéfiant le grand pourcentage de Mauritanien non inscrit et encore plus le grand nombre d'enfants, puisque la ministre parle déjà de plus de 44%. Nous sommes au 21 éme siècle, les responsables Mauritaniens parlent d'une Mauritanie Moderne alors qu'elle n'arrive pas à recenser sa propre population. Comment voulez vous que des enfants puissent aller à l'école, passer des examens et plus tard avoir les papiers nécessaires pour avoir un passeport??? Quand je lis que l'inscription sur les registres pour avoir les documents en règle demande beaucoup d'argent, je suis outré, scandalisé. Les frais ne doivent pas dépasser 200 ou 300 UM. Au Maroc par exemple, le timbre pour un extrait d'acte de naissance coûte 70 UM, l'enregistrement d'un enfant avec un livret d'état civile ne dépasse pas 1 000 UM. Dans un pays où la population n'a pas beaucoup de moyens, cela devrait être gratuit.