10-07-2017 13:12 - La démographie galopante, une menace pour les pays ouest-africains

La démographie galopante, une menace pour les pays ouest-africains

RFI - En 2050, la population du Burkina Faso atteindra plus de 60 millions d’habitants et celle de l’espace de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) sera autour d’un milliard, dont la moitié sera constituée de jeunes, si rien n’est fait pour réduire l’indice de fécondité.

Avec un accès limité à une éducation de qualité, des bons services de santé et des emplois productifs, cette démographie galopante constitue une menace pour les pays de la sous-région ouest-africaine. C’est pour rechercher des solutions à travers une maitrise de l’augmentation de leur population que les parlementaires de la Cédéao, de la Mauritanie et du Tchad se retrouveront à Ouagadougou fin juillet.

Au Burkina Faso, l’indice de fécondité est de six enfants par femme. Ce qui contribue à accélérer le taux de croissance démographique, selon Boureihiman Ouédraogo, directeur exécutif de l’Association burkinabè pour le bien-être familial (ABBEF) : « Cette croissance accélérée pose d’énormes problèmes. Pour pouvoir éduquer, il faut pouvoir assurer les besoins de base, il faut pouvoir employer. Ça pose d’énormes défis. »

Et pour faire face à la situation, les parlementaires de la Cédéao, de la Mauritanie et du Tchad se retrouveront à Ouagadougou fin juillet pour la recherche de solutions adéquates, selon Salifou Diallo, président de l’Assemblée nationale du Burkina Faso :

« Le temps que les parlementaires puissent, à travers les budgets qu’ils votent, inciter les différents gouvernements à insérer dans les plans nationaux de développement une politique de planification familiale à grande échelle, une maitrise de la fécondité, et ensuite allier les formations au marché du travail dans lequel nous nous trouvons. Nous souhaitons que les thématiques qui vont être discutées puissent aboutir à un engagement des Parlements de la sous-région pour prendre en charge cette question essentielle ».

Selon le président de l’Assemblée nationale du Burkina Faso, l’espace Cédéao a le plus grand taux de fécondité au monde. D’où l’urgence de trouver des solutions pour éviter également que de nombreux jeunes sans-emploi soient attirés par le terrorisme.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : RFI
Commentaires : 3
Lus : 931

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • a.bennan (H) 22/07/2017 15:15 X

    Rien a faire: aucun lideur Africains capable de mesurer la profondeur de l'abîme de la fain et du chaos dans lequel ils plongeons tous: la polygamie,la paresse,l'exploitation des femmes et la soumission aveugle aux Nesranis

  • lass77 (H) 10/07/2017 16:49 X

    La démographie n'est jamais une menace pour un pays, sauf les pays qui ont des dirigeants voyous et irresponsables au pouvoir. Pour le cas de l'Afrique il suffit que ceux qui gouvernent,soient des visionnaires. Ces questions ne sont pas des soucis en occident la preuve on incite aux citoyens de faire des enfants. En Afrique c'est à cause du manque de vision et d'ambition que cette question démographique fait polémique pour rien.

  • Hamdoulah (H) 10/07/2017 14:51 X

    Il faut arrêter cette folie de se multiplier dans l'ordre et surtout en désordre comme le soulignait dans un discours mémorable de Ould Abdel Aziz a Néma. En effet à ce rythme les pays africains particulièrement de l'Ouest demeurerenont longtemps dans ma misère.