12-07-2017 14:30 - Snim-Fournitures- Le règne de la pègre des mines!

Snim-Fournitures- Le règne de la pègre des mines!

Mauriweb - La Snim connait une situation grave. On ne pourra pas taxer l’actuel ADG, Mohamed Salem Ould Béchir, nommé en août 2016 d’en être responsable. Il ne fait que prendre le train en marche.

Une année c’est à la fois peu et beaucoup au gouvernail de la locomotive Snim. Le rôle crucial de cette dernière dans l’économie (30% du budget et + de 50% des exportations) du pays fait que quand elle plonge, le pays a toutes les chances de sombrer avec elle. En effet, la Snim où l’Etat détient 78% d’actions est son véritable poumon. Mais le géant a aujourd’hui des pieds d’argile.

Si l’on peut objectivement estimer que le cours du fer, 58 usd en juin 2017, impacte l’entreprise ainsi que la diversification qui lui a été imposée; il y a un autre aspect qui évidemment ressort du management mais qui n’est pas souvent indexé.

Il s’agit des clans souvent opposés traversant l’histoire de cette entreprise. Les clivages Nord-Sud entre les hauts responsables de l’entreprise pour qui mettra la main sur les commandes! Le clivage peut aussi se muer avec l’Est. Tout cela est en raison de la préséance de groupes régionaux établis au sein du sérail de commandement de l’entreprise.

Le legs de la mauvaise gestion et la conjoncture internationale ainsi que la persistance du lobbying vont surement peser sur les ambitions de remettre l’entreprise sur les rails. Les objectifs affichés concernent la réduction des charges ; l’accroissement de la productivité et le développement de projets structurants.

Le nouvel ADG de la Snim depuis août 2016, M. Mohamed Salem Ould Béchir a tenté de secouer le cocotier en février 2017 ; six mois après s’être installé. La restructuration et les affectations ont touché plusieurs directions dans les deux pôles de Zouérate et de Nouadhibou. Mais cette partie de redistribution des cartes n’a pas mis fin, encore moins écarté les principaux cadres qui s’enrichissent depuis des lustres sur le dos de la princesse.

L’un des projets phares était le Ghelb II dont le coût était de 925 millions Usd dont 630 millions destiné au contrat signé avec SNC Lavalin. Une société canadienne bien introduite. Mais à ce jour, il connait chaque jour des couacs avec les déboires sur cette usine d’enrichissement et dont la capacité prévue était fixée à 4000 tonnes pour accroitre la production, un challenge encore ajourné.

Le marché de montage avait été donné à une société espagnole Copisa pour 150 millions dans une consultation qui a fait et continuera de faire couler beaucoup d’encre en raison des charges de modifications que la Snim devrait prendre en charge. Des incendies en série ont émaillé et l’usine ainsi que la centrale de Zouérate. Un groupe électrogène de la centrale est désormais hors de service aujourd’hui.

Alors donc que l’actuel ADG mise sur la réhabilitation du Ghelb I, pour avoir plus de chance de manœuvre, le Ghleb II fait déjà montre de défaillances. En juin 2017, la Snim n’a pas pu produire plus de 800 tonnes de fer. Beaucoup de ses hauts responsables sont soupçonnés faire le jeu de gros fabricants de trains, d’attelages, d’étriers, de concasseurs, de cribles…

Des commandes à tour de bras qui enrichissent quelques hauts cadres intermédiaires dans ces marchés au détriment de la communauté nationale. Elle traînerait, dans ce cadre, avec elle un boulet de 96 Milliards d’ouguiyas de matériel stocké dont la commande n’était pas justifiée. Mais ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Nous tenterons de dévoiler les tentacules de cette mafia qui écume, incongito, les deniers de la Snim pendant que la masse des ouvriers milite pour ses droits acquis.

JD


Nous y reviendrons.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 6
Lus : 2202

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (6)

  • analagjar (H) 15/07/2017 13:31 X

    tant que les cadres natifs de la region( et quelque soit leur origine et provenance du pays) étaient impliqués dans la gestion, la Miferma comme la Snim des premieres années ont fonctionné comme sur des roulettes....Et depuis que d'autres cadres arrivés en masse d'ailleurs n'ayant aucune attache dans cette zone et ne se reconnaissant pas dans le développement de la région sont passés aux commandes c'est la course à l'enrichissement illicite avec pour devise ''je me sers au maximum et je transfère mes dividendes ailleurs même si après moi c'est le chaos''

  • a.bennan (H) 12/07/2017 18:55 X

    Mr Webmaster,ceci n'est pas mon commentaire pour cette page!! J'ai écrit ceci: Il n'y a pas de racisme a la Snim.Le problème n1 est ce cancer qui s'appel Tribalisme.Tous les cadres du pays ne se laissent jamais approcher que par leurs parents.Le Président et son Pm sont le moteur de ce tribalisme et son pourvoyeur...La Snim

  • jakuza (H) 12/07/2017 16:45 X

    Les faits évoqués ici sont d'une gravité qui devrait inciter les autorités à les vérifier et prendre les décisions conséquentes! Merci JD pour cet article de vrai journalisme qui nous change de certaines exégèses politico-perfides!

  • a.bennan (H) 12/07/2017 16:15 X

    é mieux que maintenant et le peuple et son peuple est irrémédiablement décidé a voter haut fort et personne (opposition)ne pourra l'en dévier.Notre charmant et beau pays d'édifier de jours en jours.,que faire...debattons!!!

  • ELHAGHIGHA (H) 12/07/2017 16:13 X

    L'ADG de la SNIM devra vérifier parmis ses cadres superieurs qui est derrière la societe Sandvik,la société MAXIOM,CORUS et la liste longue. C'est le secret de polichinelle,M.L'ADG,s'il ne les connaisse pas,tout le monde à la SNIM pourra le lui dire,car tout le monde les connaît.

  • hathlele (H) 12/07/2017 15:01 X

    Tant que les Mauritaniens ne comprendront que l'ouvrier Mauritanien ne travaille pas pour la Société , mais pour le chef, ils ne réussiront pas à bien produire.C'est la mentalité du Mauritanien. Et puis depuis que la SNIM fait des nominations régionalistes,tribales et racistes, elle va vers sa ruine.Comment voulez- vous qu'elle soit à la hauteur si la politique "politicienne" gère l'économie honnête... Ces ouvriers veulent leurs droits de production.Depuis quand n'a- t-on jamais assisté à un déraillement du train? Les hommes qu'il faut à la place qu'il faut...Le Guelb II peut marcher correctement si ses chefs ont les mains libres cher @JD... Sidi Ould Bobba (En vacance NDB)