16-07-2017 21:00 - Mauritanie : des milliers de manifestants contre le référendum constitutionnel

Mauritanie : des milliers de manifestants contre le référendum constitutionnel

Jeune Afrique - Plusieurs milliers de Mauritaniens ont manifesté samedi à Nouakchott contre le référendum du 5 août sur une révision de la Constitution, à l'appel d'une coalition de l'opposition menant campagne pour un "boycottage actif" du scrutin, a constaté l'AFP.

La marche s’est achevée par un meeting où les orateurs se sont succédé pour dénoncer « un coup d’Etat contre la Constitution », accusant le régime du président Mohamed Ould Abdel Aziz de « dérive autoritaire gravissime », selon les termes du président de la coalition, l’islamiste Jemil Ould Mansour.

« Vous avez donné à l’avance à travers cette forte mobilisation les résultats du référendum avant le jour du scrutin, c’est un message clair au régime pour qu’il mette fin à son aventure inutile », a-t-il martelé.

Il s’agit de la première action de la nouvelle coalition de huit composantes de l’opposition qui prône un « boycottage actif » du scrutin. Elle regroupe plusieurs formations de l’opposition radicale rassemblées au sein du Forum national pour la démocratie et l’unité (FNDU), ainsi que l’ONG anti-esclavagiste Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste.

La révision constitutionnelle prévoit notamment la suppression du Sénat et le changement du drapeau national. Elle a été adoptée le 9 mars par les députés, mais rejetée par les sénateurs, pourtant majoritairement favorables au pouvoir.

La décision du président Mohamed Ould Abdel Aziz de passer outre le rejet du projet par la voie parlementaire en le soumettant à référendum a provoqué la controverse, l’opposition et plusieurs constitutionnalistes contestant la légalité de cette procédure.

Le chef de l’Etat s’est engagé à plusieurs reprises à ne pas tenter de modifier la limitation à deux du nombre de mandats présidentiels, assurant qu’une « Constitution ne peut être changée pour des intérêts personnels », sans parvenir à faire taire les soupçons de l’opposition à ce sujet.

Le projet de révision a été élaboré lors d’un dialogue entre le pouvoir et l’opposition dite modérée en septembre-octobre 2016. Le pouvoir et l’opposition modérée appellent à voter oui le 5 août.

Outre la suppression du Sénat, qui serait remplacé par des Conseils régionaux élus, le projet prévoit celle de la Haute cour de justice, du médiateur de la République et du Haut conseil islamique.

Arrivé au pouvoir par un coup d’Etat en 2008, l’actuel président, un ancien général, a été élu en 2009, puis réélu en 2014 pour cinq ans.




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Jeune Afrique
Commentaires : 3
Lus : 2359

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • mystere1 (F) 17/07/2017 11:50 X

    Personne ne refuse un oui ! mais à condition, même un 3è mandat, mais à condition de grâce, que les besoins des populations soient satisfaites à commencer par : -le chomage pour les jeunes diplomés et non diplomés, qu’on les crée des emplois, afin qu’ils restent dans leur terroir au lieu d’exiler, ou de s’adonner au banditisme, et à d’autres formes de choses à caractères imorales pour la société, et j’en passe, les problèmes n’en finissent pas, tout cela doit être posé en analyse devant son excellence le prési, l’essentiel que les besoins de tout citoyen soit exaucé loyalement, l’alphabétisation des enfants démunis, qui font partie de la masse enfantine, car ils sont la mauritanie de demain, doit être revue, l’éducation scolaire de primaire en seconde, jusqu’aux études supérieures doivent être valorisés, afin de permettre aux jeunes de partir sur de bonnes bases, pour accéder correctement dans le monde du travail, etc… Il y a beaucoup de choses que le prési peut faire, même si il ne peut pas exécuter tout, quant à ces incompétents d’opposants, ils n’ont qu’à baisser les armes, car ils perdent leur temps et énergie à se battre avec le vent, le pouvoir a plus de force qu’eux, et parlant de ce pauvre ahmed daddah, qu’il reste tranquille, il n’est pas présidentiable, de même que pour ce jamil mansour, car personnellement je préfère etre dirigé par un militaire comme moaz, plutôt que d etre dirigé par un frère musulman fermé d esprit. Wait and see pour le referendum !

  • abouth (H) 16/07/2017 22:40 X

    Se vanter de mobiliser "des milliers" de manifestants dans une ville qui complte un million d'habitants, est un non-sens. Les "frères" sont à la manœuvre à Nouakchott, comme lors du Printemps arabe; ils échoueront comme ils ont échoué de par le passé...

  • jakuza (H) 16/07/2017 21:04 X

    Depuis que les sénateurs ont investi ce débat pour défendre leur "beefsteak" le camp du NON n'a aucune crédibilité. La suppression du Sénat est oeuvre de salubrité publique!