25-07-2017 08:29 - Scandale: les candidats admissibles des Classes Préparatoires de l'Ecole Supérieure Polytechnique sacrifiés

Scandale: les candidats admissibles des Classes Préparatoires de l'Ecole Supérieure Polytechnique sacrifiés

Le Calame - L'Ecole Supérieure Polytechnique de Nouakchott (ESP) est l'ancienne Ecole Polytechnique mise en place par le Ministère de la Défense et qui a absorbé, il y a deux ans, l'Ecole de Mines de Mauritanie (EMiM) et l'Ecole des Métiers du Génie Civil d'Aleg.

L'ESP abrite aussi l'Institut Préparatoire aux Grandes Ecoles d'Ingénieurs (IPGEI), voie d'excellence pour accéder aux études d'ingénieurs. L'IPGEI sélectionne les meilleurs lauréats du baccalauréat de Mathématiques (Bac "C") et en compose des classes de Math-Physique (MP et MP*) et Math-Physique et Sciences de l'Ingénieur (MPSI).

Ces élèves sont destinés à se présenter aux concours des écoles d'ingénieurs mauritaniennes (ESP), marocaines, tunisiennes mais aussi françaises les plus cotées. La préparation au sein de l'IPGEI dure de deux ans (appelés "3/2") à trois ans (appelés "5/2").

Cette année, l'IPGEI a présenté sa première promotion aux concours d'entrée en écoles d'ingénieurs françaises (notamment le Concours Communs Polytechniques, CCP) où 9 élèves ont été admissibles à passer les oraux après avoir réussi les épreuves écrites. Pour une première expérience, ce résultat est plus qu'honorable. Mais ce fut sans compter avec l'épreuve la plus redoutable, la plus pernicieuse, la plus difficile à préparer et qui porte deux noms: "bureaucratie et médiocrité".

Le 4 juillet 2017, apparait sur le site du CCP la liste suivante de 9 candidats admissibles.

Deux candidats parmi les neufs admissibles, choisissent de ne pas passer ces oraux et de confirmer leur admission dans d'autres écoles qui les ont acceptés sans oraux (Ecole d'actuariat). Ils libèrent par cette acceptation deux horaires de passage aux oraux des CCP.

Pour les 7 autres élèves, commencent la période (trop courte) de préparation aux oraux mais surtout de constitution du dossier de demande de visa pour la France. Ils réussissent, bon an mal an, à réunir toutes les pièces demandées sauf la réservation du vol Nouakchott-Paris, dont devait se charger l'Administration (Direction de l'ESP, Ministère...?).

Pour les 3 candidats convoqués pour le 13/07/2017, une réservation fut obtenue le 7 juillet suivie de rendez-vous à l'ambassade de France pour le retrait des visas fixé pour le 11/07. Mais, à leur arrivée le 11/07, ils découvrirent que les visas ne sont pas prêts! L'Administration finit par obtenir de la direction des CCP de reculer les dates de leurs passages aux oraux en récupérant les créneaux des deux candidats admissibles qui avaient choisi d'intégrer l'Ecole d'Actuariat. Deux candidats sur les trois finissent donc par décoller vers Paris pour passer les fameux oraux. Le troisième restera sur le bord de la route, éliminé pour non présentation à l'épreuve des TIPE (Travaux d'Initiative Personnelle Encadré) et pour non obtention de visa!

Sur le groupe des 9 premiers candidats admissibles aux Concours Communs Polytechniques (CCP), ils restent 4 élèves stressés à mort par l'approche des oraux et empêtrés dans des démarches bureaucratiques que l'Administration auraient dû anticiper et prendre en charge.

Les quatre rescapés finirent par avoir une réservation pour le vol Nouakchott-Paris le 10 juillet. L'un d'entre eux obtient un rendez-vous le 13 juillet pour récupérer son visa. Pour les trois autres, les rendez-vous étaient fixés pour le 17/07.

L'un des candidats dont la date de passage était prévue le 18/07 se présentant le 13/07 à l'ambassade de France pour retirer son visa, se vit signifier que ce dernier n'est pas encore prêt et qu'il devait revenir...le mardi 18 juillet, jour de son oral à Paris, pour le retirer! Pris de panique, il remua ciel et terre pour faire repousser sa date de passage et obtint qu'un nouveau créneau lui soit attribué le 20 juillet. Mais, arrivé le 18/07, l'ambassade lui signifia que son visa est "toujours à l'étude"! Les 3 autres camarades reçurent une réponse similaire. Tous les 4 seront éliminés pour non présentation aux oraux.

Renseignements pris sur les raisons de tous ces blocages, les malheureux candidats découvrirent que leur billet d'avion et leur frais d'hébergement ont été annulés par l'administration.

Ainsi, l'histoire retiendra que la première promotion des Classes Préparatoire de l'ESP de Nouakchott fut sacrifiée par une combinaison implacable de bureaucratie et de médiocrité sans précédent. Cinq candidats sur les sept qui ont eu le mérite de réussir des écrits très difficiles et qu'ils ont préparés pendant deux ans, ont été éliminés parce qu'empêchés de se rendre sur le lieux de l'oral.

Mohamed BABA
Professeur



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 7
Lus : 4614

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (7)

  • dems (H) 26/07/2017 10:37 X

    Mr MOHAMED BABA ce qui est arrivé à ces étudiants n'est pas nouveau, moi en 1996 je suis arrivé à la FAC DES SC avec un mois et vingt jours de retard, d'autres ont eu une année blanche, annulation de la bourse...

  • africanwoman (F) 25/07/2017 20:11 X

    Cher Monsieur, Comme vous pouvez le constater au travers de la plupart des commentaires des internautes, le bon sens aurait voulu que nous nous affligions tous sur le sort de ces pauvres malheureux candidats et au lieu de cela c’est un autre sentiment qui prédomine celui du « ce n’est que justice ». En effet, quand on sait comment sont sélectionnés les candidats à l’entrée de ces écoles d’excellence, on ne peut qu’être horrifié par le manque de justice et d’impartialité de ces institutions qui n’ont été mises en place que pour s’assurer que les moins aisés des arobo-berbères de ce pays, n’ayant pas les moyens de payer des études au Lycée Français et ensuite dans les universités étrangères, arrivent tout de même à assurer un enseignement de qualité à leurs enfants les plus méritant. Et pendant ce temps-là, l’Etat vend les quelques écoles publiques (pour en faire des boutiques) dans lesquels vont les filles et fils des Harratines de ce pays. Assister à la sortie des classes de l’Ecole d’Excellence du quartier d’Elmina, les élèves de cette école ne viennent visiblement, pas pour la plupart, du voisinage qui est majoritairement Haratine, Poular, Soninke, Woloff, Bambara. Et ainsi, une année de mise à niveau en langue française est proposée eux étudiants en médecine à la faculté de NKT alors que tout est fait pour éliminer tout au long de l’enseignement primaire et secondaire les non arabophones sur des matières qui non rien de scientifiques. Nous ne pouvons donc pas nous émouvoir de cette médiocrité de l’administration mauritanienne car la majorité des enfants de ce pays subissent une injustice plus violente et au quotidien. Et je n’ai nul doute que l’administration suivra, lorsque les dirigeants de ce pays seront des hommes et des femmes muent par des valeurs, parmi lesquelles la justice, le sens de l’équité et la tolérance. Sachez que le polytechnicien le plus connu dans ce pays est un toucouleur, que sur les 3 centraliens mauritaniens que je connaisse, 2 ont la peau noire (l’un est toucouleur et l’autre cherif de l’Est), que les deux Ponts et Chaussées les plus en vue sont Soninkés, les 2 seuls neurochirurgiens étant passés par le concours des universités françaises sont soninkés …. Ils ont tous en effet plus de 40 ans, et ont fait leurs études à une époque où la Mauritanie n’avait pas atteint le niveau d’injustice extrême d’aujourd’hui. Je compatis car ces jeunes ne méritent pas cela et ils ne sont que les victimes collatérales de ce système qu’il nous faut, tous ensemble absolument, transformer pour laisser éclore tous les talents de ce pays. Et le professeur que vous êtes a sa partition à jouer.

  • edourab (H) 25/07/2017 13:16 X

    J'insiste ce n'est que justice et tant pis pour les pots cassés! Jakuza (H) ton neveu a raté l'avion ou bien???

  • ikslebart (H) 25/07/2017 13:09 X

    C'est bien injuste et triste pour ces candidats aux concours d'entrée dans ces écoles. Mais ce n'est pas nouveau, il y a eu pire. Eux au moins ont pu atteindre ce stade? D'autres on été empéché depuis leurs bas âge. Toutes sortes de barrières mise sur leurs chemins. Ils auraient pu être de brillant médecins , militaires enseignants, ingénieurs. Mais on a voulu les maintenir dans la misère et loin de de toute instruction. Ils sont dévenus ouvriers s'ils ont échappé à la maladie et à la misère. D'autres sont admis dans des concours internationaux et les dossiers ont été classés dans les tiroirs parcequ'ils ne sont pas de la famille pas de la tribu ils ne sont pas du clan.

  • jakuza (H) 25/07/2017 10:42 X

    edourab (H), je trouve votre commentaire affligeant! Pour vous il faut imposer des quotas aux concours? Plus sérieusement, j'ai les larmes aux yeux pour ces candidats qui sont victimes de la désinvolture des médiocres qui vont mettre ce pays à terre, si on n'y prend garde! Les responsables de cette pagaille doivent être châtiés!

  • bleil (H) 25/07/2017 10:12 X

    Ecoutez cher Professeur Baba, comme le disent si bien les chimistes "les memes causes produisent toujours les memes effets"... c'est tout le système d'éducation du pays qui est dépassé, injuste et malpropre! évidemment à l'image de la gouvernance du pays, donc pas de mystére quant à la préparation du choix des futurs ingénieurs du pays et Dieu sait qu'on en a grandement besoin ....

  • edourab (H) 25/07/2017 09:23 X

    Ecoutez cher Professeur Baba, C'est arrivé et ce n'est que normal!!! Cette Ecole (ESP) est battie sur l'INJUSTICE et ALLAH est Juste est omniscient, il ne faut jamais oublier cela. Comment expliquer aux Mauritaniens que sur les 9 candidats aucun des autres communautés(Haratines, Poular, Wolof et soninké)??? Vive la justice d'Allah.