27-07-2017 21:00 - Droit de réponse de l' École Polytechnique

Droit de réponse de l' École Polytechnique

Le Calame - L’article publié dans votre journal en date du …..et repris par Cridem le 25/07/2017, signé par Monsieur Mohamed Baba renferme des contre-vérités et usant de notre droit de réponse, nous vous demandons de publier, dans votre prochaine édition, pour rétablir la vérité des faits à l’attention de vos lecteurs, les éléments ci-après :

Le Gouvernement Mauritanien a créé, à partir d’Octobre 2015, dans le cadre du plan de restructuration et de rénovation des formations d’ingénieurs proposé par le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Scientifique (MESRS), un Institut Préparatoire aux Grandes Ecoles d’Ingénieurs (IPGEI).

Cet institut est rattaché à l’ESP qui est sous la double tutelle du MESRS et de la Défense Nationale, et a pour mission essentielle de préparer, en deux ans de formation, des bacheliers série Mathématique aux concours d’entrée d’ écoles d’ingénieurs tant au niveau national qu’international (France, Tunisie, Maroc).

Les étudiants de la première promotion de l’Institut ont eu à passer des concours d’entrée aux grandes écoles françaises dont notamment ceux de la prestigieuse Ecole Supérieure Polytechnique de Paris, de l’Ecole Centrale de Paris (délocalisée à Casablanca) ainsi que les concours d’entrée aux cycles d’ingénieurs de Tunisie. Les résultats obtenus sont aujourd’hui salués par l’ensemble des parties prenantes de l’enseignement supérieur et constituent un motif de fierté :

-1 admis à l’Ecole Polytechnique de Paris (sur deux candidats)

-11 admis à l’Ecole Centrale de Casablanca (2eme campus de Centrale Paris après celui ouvert en Asie il y a de cela quelques années) pour un total de 14 candidats

-5 admis sur 5 candidats au concours BCEAS (qui permet d’accéder à 5 grandes écoles d’actuariat et de statistiques en France et au Maroc)

-25 admis au concours Tunisien, pour un total de 25 candidats.

-5 admis au concours de l’EMIM (School of industrial management, de l’UM6 polytechnique du MAROC) sur 8 candidats

-9 admissibles, sur un total de 20 candidats, au concours commun polytechnique (CCP) qui permet d’accéder, selon le classement obtenu, à une trentaine d’écoles d’ingénieurs en France.

Tous ces concours se sont déroulés à Nouakchott grâce, pour les écoles françaises, à l’appui du service de coopération et d’action culturelle (SCAC) de l’Ambassade de France en Mauritanie.

Seuls les 9 admissibles de CCP étaient assujettis à aller passer leurs oraux en France. Pour tous les autres concours, les entretiens ont eu lieu à l’ESP, en visio ou en face to face.

Tous les frais afférent à l’inscription à ces différents concours sont pris en charge intégralement par l’ESP.

L’ESP a également pris en charge tous les frais liés au voyage de ces 9 admissibles (dont deux ont fini par se désister vu qu’ils étaient admissibles à d’autres écoles qu’ils ont jugées meilleures) et le problème de visas ne devrait en aucun cas s’avérer un obstacle compte tenu du partenariat privilégié que le MESRS a développé avec le SCAC dans le cadre du projet « Classes Préparatoires ».

Malheureusement, un problème informatique massif en France a bloqué, jusqu’au 15 Juillet, le retour vers les consulats des autorisations d’entrée sur le territoire français et il s’agissait là d’un incident majeur qui n’était pas propre à la Mauritanie mais à tous les pays. Ainsi à mi-Juillet, plus de 200 visas étaient restés bloqués pour la Mauritanie et plusieurs milliers dans le monde.

Tout le long de la situation d’attente des visas, l’ESP a eu à modifier à ses charges et à plusieurs reprises, les réservations des billets des étudiants ainsi que ceux de l’hôtel.

Quand la situation s’est débloquée, les dates des oraux étaient déjà dépassées pour tous les étudiants à l’exception de deux parmi eux. L’ESP a pris alors toutes les dispositions nécessaires pour que ces deux étudiants puissent se rendre en France et a décidé d’annuler les billets et les réservations d’hôtels pour les autres. Le problème de visas des candidats n'est donc en aucun cas lié au fait que leur billet d'avion et leur perdiem ont été annulés par l'administration. Cette annulation est une mesure de sauvegarde destinée à minimiser les pertes et a été prise après constat de l’impossibilité pour ces étudiants de se rendre à temps en France pour leurs oraux.

Objectivement, ce problème de visas n’est imputable ni à l’ESP, ni au MESRS, ni même au consulat de France qui s’est retrouvé face à un aléa technique sur lequel il n’a aucun moyen d’agir. L’ESP devrait-elle anticiper et demander des visas pour les 20 candidats avant la proclamation des résultats de l’admissibilité ? Nous ne le pensons pas d’autant plus que la convocation aux écrits est un élément essentiel du dossier de visas dans ce cadre et qu’en temps normal, ce type de demande de visa parrainé par l’Etat et accompagné par le SCAC est une formalité administrative et est traité en moins d’une semaine.

Il y a lieu également de souligner que nos 5 pauvres étudiants qui ont certes raté leurs oraux (ce qui est très regrettable), sont tous par ailleurs définitivement admis à des concours Tunisiens et/ou Marocains ou d’écoles françaises délocalisées au Maroc et donc n’ont pas perdu leur année grâce à la clairvoyance du MESRS qui a financé pour chacun d’eux au moins trois concours afin de maximiser leurs chances de réussite.

Signalons que l’ESP, à travers l’IPGEI, a réussi ce projet sans précédent dans le domaine de la formation des ingénieurs, sans tambours, ni trompettes et s’acquitte honorablement de sa mission dans une parfaite synergie entre ses deux tutelles.

Telle est la vérité des faits et le reste n’est qu’élucubration politicienne visant à discréditer des hommes et des institutions qui ont pour sacerdoce de prodiguer des formations de qualité à nos futurs ingénieurs.

IPGEI/ ESP



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 8
Lus : 2044

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (8)

  • lass77 (H) 02/08/2017 12:07 X

    Si votre reponse et explication sont légitimes, ici les lecteurs vous interpellent sur le caractère inégalitaire de l’accès à cette école. Vous ne pouvez ignorer cette volonté d'exclusion d'une partie des candidats qu'on ne veut voire. C'est une réalité. Comment comptez vous lutter contre le caractère monoclore de votre école.

  • foutatoro (H) 28/07/2017 17:38 X

    Cet ESP est un établissement... NAZI ! Il sera démantelé un jour inchallah pour mettre à la place une vraie école républicaine ouverte à tous... Dès les établissements secondaires publics devenus de fait des machines à tamiser du noir.

  • Hamdoulah (H) 28/07/2017 15:58 X

    @ek_hal, tu dois être jeune ou en tout cas plus jeune que moi pour n'avoir dans e sens de l'équité, ici, par le contrôle des étrangers. Mais je t'invite à réfléchir d'avantage pour savoir le chemin qui mène chaque gosse à avoir une moyenne lui permettant de concourir, tu verra que le jeune Kori ou Hartani ont un long long chemin, sinon impossible à parcourir. Pour ton information, je ne suis pourtant ni de ces ensembles, mais un coeur qui aime la justice.

  • jakuza (H) 28/07/2017 15:41 X

    Le commentaire du Pr Mohamed Baba remet...la balle au centre! Et démontre qu'il existait une marge de 3 à 5 jours pour établir les visas, évidemment si on escompte que le consulat était opérationnel sur ces dossiers dès que la panne informatique était réglée... Ce qu''il faut c'est obtenir une réaction du consulat pour savoir si cette marge était effective ... A mon avis, le Calame aurait du et pu vérifier avant de publier! Bravo au Pr Mohamed Baba qui fait office de lanceur d'alerte dans ce dossier..

  • lek_hal (H) 28/07/2017 10:55 X

    Il existe encore en Mauritanie un résidu d’hommes qui croient aux valeurs et particulièrement à l’équité. L’entrée en première année à l’Institut Préparatoire aux Grandes Ecoles d’Ingénieurs (IPGEI) est gérée par une application au MESRS et les concours se déroulent en Mauritanie et sont supervisés par des étrangers. Il y a qu’à même lieu de croire à l’équité.

  • mohamed.baba (H) 28/07/2017 01:06 X

    Messieurs, j'ai lu le droit de réponse de l'IPGEI/ ESP qui m'a permis de découvrir les excellents résultats de nos élèves de Classes Prépa. Je m'empresse ici de féliciter ces élèves et de leur exprimer toute la fierté et tout le respect que leurs résultats m'inspirent. Je félicite aussi les enseignants et les équipes pédagogiques qui les ont si bien préparés. Pour revenir au droit de réponse, je voudrais juste en extraire les deux passages suivants: 1- "Malheureusement, un problème informatique massif en France a bloqué, jusqu’au 15 Juillet..."; 2- "Quand la situation s’est débloquée, les dates des oraux étaient déjà dépassées pour tous les étudiants à l’exception de deux parmi eux.". Or, la liste des 9 candidats admissibles aux CCP a été publiée sur le site de ce concours. J'ai moi-même pris la précaution de l'inclure dans mon article. On y lit: n° 23315, convoqué le 20/07/17; n° 24468, convoqué le 19/07/17; n°24589, convoqué le 18/07/17; n°24489, convoqué le 20/07/17; n° 24584, convoqué le 19/07/17 et le n° 24398, convoqué le 18/07/17. Entre le 15, date de la résolution du "problème informatique massif en France" et les 18, 19 et 20 du mois de juillet (dates de convocation aux oraux) , les candidats auraient bien pu rejoindre Paris. Que s'était-il donc passé? Mystère et boule de gomme! Dans mon article, il n'y a aucune volonté de "discréditer des hommes et des institutions qui ont pour sacerdoce de prodiguer des formations de qualité à nos futurs ingénieurs.". Quant au fait de le qualifier "d'élucubration politicienne", je laisse l'auteur auquel l'IPGEI/ ESP a confié la rédaction de son droit de réponse au niveau où il a lui-même choisi de se positionner et le léxique qui va avec. Il se trouve que je suis membre du jury du concours concerné (CCP) et j'ai été choqué, comme nombre de Mauritaniens, par la mésaventure de ces candidats. J'espérais voir défiler, aux 143 avenue de Versailles comme le font tous les ans des admissibles venant du Maroc et de la Tunisie, des candidats mauritaniens. Au lieu de cela, on m'apprenait que 5 des 9 admissibles ont été éliminés faute d'avoir pu venir à Paris.

  • Hamdoulah (H) 27/07/2017 22:24 X

    Félicitations pour cette initiative de la formation de qualité, mais ce dont on se demande c'est la garantie de la justice et de l'équité pour tous les mauritaniens à la porte de ces écoles; ce qui est un voeux pieux dans la 1ère république islamique de la terre !

  • jakuza (H) 27/07/2017 21:48 X

    Un droit de réponse qui tombe à pic! Il est vrai que le sort de ces jeunes étudiants a ému plus d'un et c'est pourquoi je recommande à l'IPGEI et l'ESP de diffuser plus largement ce droit de réponse, au travers des médias audio-visuels.