11-08-2017 22:00 - Référendum : Fraude à ciel ouvert et défaite en demi-teinte

Référendum : Fraude à ciel ouvert et défaite en demi-teinte

Le Calame - Le Oui azizien l’a emporté. D’une manière ou d’une autre, les résultats sortis, non pas des urnes mais plutôt de la boîte noire de l’Administration et de la CENI, l’ont donné gagnant à plus de 83%. Pourtant, de nombreux indices, laissaient prévoir un cinglant rejet de cette réforme controversée, déjà douloureusement balayée par le sénat, il y a quelques mois.

Outre le boycott du scrutin par la vraie opposition, les électeurs dans leur ensemble, boudaient visiblement le vote. Les bureaux de vote, désespérément calmes, n’étaient animés, au mieux, que par une poignée d’activistes qui s’adonnaient aux votes multiples, au vote par procuration et autres précédés délictueux.

Tout un système de fraude à ciel ouvert a été mis en branle parce que le pouvoir ne pouvait souffrir un deuxième rejet de cette réforme, qui serait mortel pour lui.

Ainsi, d’interminables lots de cartes d’électeurs ont été mis à la disposition de certains notables locaux dont celui, photographié à son domicile, à Néma, devant une pile de cartes d’électeurs, qu’il s’acharnait à distribuer à des votants «sûrs», préalablement achetés à coup de milliers d’Ouguiyas.

De même, et pour faciliter l’exécution de «bonnes» opérations électorales, les petits leaders traditionnels tenaient à s’assurer la complicité des présidents de bureaux de vote pour pouvoir s’adonner directement au bourrage des urnes.

Exemple : sommé par un potentat local de procéder au bourrage des urnes, le sieur Abou Nejatt Mohamed Ould Babiya, qui devait présider un bureau de vote dans la commune de Jreïf, moughataa de Tintane, s’est paradoxalement vu disqualifié par la CENI, juste parce qu’il a dit au chef tribal local qu’il demeurera fermement intransigeant sur le respect des normes de droiture et de transparence.

Et les cas similaires sont légion. On parle même de vote en lieu et place de personnes qui appartiennent déjà à l’empire des morts ! Un peu partout, on a usé, sans rechigner, de tous les stratagèmes et de toutes les intrigues pour faire «passer» cette réforme voulue par le régime du général Abdelaziz. Un peu partout, on a usé de la triche pour booster un taux de participation des plus paresseux et conforter le Oui azizien.

Un peu partout, on a fauté pour plaire au général et à son oligarchie. Un peu partout, de sombres militants de quartiers, encadrés par des activistes à la solde du pouvoir, ont participé à ce qui s’apparente à un putsch contre la volonté populaire et contre les institutions républicaines.

Résultat, une écrasante victoire du Oui, exagérément écrasante d’ailleurs pour celui qui a vu comment le public s’abstenait, samedi, de voter. Une écrasante victoire certes, mais une victoire au goût amer. Parce que, quoiqu’on en dise, ce scrutin aura quand même montré au général Abdelaziz les limites réelles de son assise populaire.

Ce vote aura surtout montré au pouvoir que, sans le recours à la fraude massive, il n’aurait jamais pu faire passer cette réforme. Il s’agit donc d’une victoire qui, paradoxalement, cache une demi-défaite. Surtout qu’au sortir de ce scrutin, la crise politique demeurera et la fracture qui la matérialise s'aggravera.

La Mauritanie, sans son sénat et avec son drapeau et son hymne modifiés, ne sera donc pas sortie de l'auberge. Car, en définitive, le changement qu’attend le peuple mauritanien et que le général n’a eu de cesse de promettre, ne saurait se résumer à une modification, somme toute, précaire et révocable du drapeau et de l’hymne national.

Précaire et révocable, oui, parce que les exemples de la Libye et la RDC nous apprennent que les changements de drapeaux ne survivent guère à leurs initiateurs. Ça voudra dire que si on change, on n’arrêtera pas de changer.

Ely Abdellah



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 4
Lus : 1169

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • KANTAKI (H) 12/08/2017 12:01 X

    les sénateurs virés comme des malpropres le méritent amplement... Ce ne sont que des commerçants et des entrepreneurs "élus" pour perpétuer les intrigues politiques et économiques. Les routes, les pharmacies,les marchés, les mines, les "vieux" sont là pour veiller au grain et continuer le mélange des genres interdits par la constitution... Mais si le président à mené tout seul la campagne d'une main de ma^tre pour le oui, les ministres en papier ont desservi le Président en continuant à défendre le bila politique et économique de son régime, créant ainsi une mauvaise appréhension du message politique du président et faisant croire que le président cherche à perpétuer son règne ! Certains ministres ont saisi cette occasion de régler des comptes à d'autres ministres ou ) d'autres personnes au frais de la campagne... Ce faisant, la taux de participation a été on ne peut plus bas car le président défendait le oui avec trois critères et les principaux ministres se faisaient les dents en se comportant comme des amateurs de première zone...

  • abouth (H) 12/08/2017 08:30 X

    Accusations gratuites, fruits d'une opposition politique viscérale et d'une corruption pécuniaire connue de tous...

  • foutatoro (H) 11/08/2017 22:44 X

    "Ça voudra dire que si on change, on n’arrêtera pas de changer." Par cette phrase tout est dit. Analyse lucide. Lybie RDC...

  • medabdul (H) 11/08/2017 22:43 X

    ON tourne la page: