02-09-2017 13:00 - Obsèques officielles et populaires pour feu Sid’Ahmed Ould Bneijara

Obsèques officielles et populaires pour feu Sid’Ahmed Ould Bneijara

AMI - Le premier ministre, M. Yahya Ould Hademine, a reçu, vendredi après-midi, la dépouille de l’ancien premier ministre, feu Sid’Ahmed Ould Bneijara, décédé, mercredi, en Espagne suite à un malaise dont il a longtemps souffert.

A la passerelle de l’avion qui a été dépêché par le gouvernement Mauritanien pour ramener à Nouakchott la dépouille du défunt, le premier ministre, M. Yahya Ould Hademine, entouré de membres du gouvernement, de l’ancien chef d’Etat, Mohamed Khouna Ould Haïdalla et de nombre de proches du défunt, a accueilli la dépouille du défunt.

Six gendarmes ont porté sur le dos la dépouille dans un cortège funèbre majestueux. Le premier ministre a participé, par la suite, à la prière du défunt qui a été organisée à la mosquée Ibn Abass et à laquelle un important public a participé.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 2850

Commentaires (2)

  • Dr le Toubib (H) 02/09/2017 15:01 X

    Que dieu l’accueil en son paradis, il a mérité des obsèques officielles et la présence de tout le monde, même de son ancien geôlier Haïdalla, maintenant la question est de savoir pourquoi Ely n’a pu attendre 24h ou 48 heures pour la présence de tous les représentations diplomatique, ses amis et parents, il était au moins chef de l’état.

  • Lebatmohamed (H) 02/09/2017 14:54 X

    Tous les mauritaniens sont d'accord sur une chose : le president Aziz méprisent ses concitoyens, ceux de l'opposition comme ceux de la majorité . En réalité , il les préfère plutôt morts que vivants. Sinon comment expliquer toutes les misères qu'il a faites à feu Ely avant de se précipiter pour recevoir son corps presque les larmes aux yeux. Aujourd'hui il organise des funérailles officielles pour Bneijara qu'il avait limogé sans ménagement et dont il ne s'est jamais soucié durant la longue maladie qui vient de l'emporter . Je souhaite une longue vie au sénateur Ghadda , qui n'a sans doute aucune envie de bénéficier des attentions , fussent-elles présidentielles, qui peuvent lui être accordées à titre posthume.