13-09-2017 15:51 - Mauritanie, la faillite de l’économie

Mauritanie, la faillite de l’économie

Mondafrique - La formidable embellie des matières premières jusqu'en 2014 ont d’avantage profité aux clans au pouvoir qu’au développement du pays.

Lorsque le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, parvient au pouvoir en 2008, ce militaire est particulièrement chanceux. Le pouvoir mauritanien va découvrir qu’il est assis sur un tas d’or.

Tout d’abord, la charge de la dette extérieure a été pratiquement réduite à zéro grâce à la gestion rigoureuse d’un de ses prédécesseurs, le président Ely Ould Mohamed Vall, qui se trouvait aux commandes du pays entre 2005 et 2007. Ensuite, les richesses pétrolières et minières, qui conditionnent l’état de cette économie vulnérable, vont connaitre une formidable embellie entre 2010 à 2014.

Hélas, la présidence mauritanienne va dilapider cette cagnotte inespérée. Du coup, ce pays se retrouve fort démuni aujourd’hui, alors que le retournement de conjoncture des cours miniers et pétroliers ont fait chuter drastiquement les ressources du pays. Aucun chantier structurant, aucun bas de laine pour amortir la crise actuelle des liquidités.

Des niveaux records

Durant les quatre années fastes qui vont de 2010 à 2014, l’économie mauritanienne enregistre des performances exceptionnelles. Le taux de croissance est de 5,5% en moyenne (contre 1% précédemment). Les recettes provenant des exportations ont augmenté en quatre ans de 71%. Les seules recettes annuelles du budget de l’Etat ont doublé en passant d’un niveau de 200 milliards d’ougayas par an à plus de 400 milliards d’ougayas. Les investissements directs de l’étranger, attirés par des participations dans les groupes industriels mauritaniens florissants, vont progresser, eux aussi, de façon spectaculaire, atteignant le niveau record de 756 millions de dollars par an.

Autant de résultats brillants qui s’expliquent par la hausse vertigineuse des matières premières. Le chiffre d’affaires de la SNIM, qui détient le monopole de l’exploitation du fer, la principale richesse du pays, progresse de 140% en moyenne annuelle à production inchangée. A cette manne, s’ajoute les débuts de la production d’or après 2008. L’once qui valait en moyenne 760 dollars entre 2006 et 2008 voit son cours doubler pour atteindre 1428 dollars après 2010. Sans parler de la découverte de richesses en cuivre et de ressources pétrolières, le tout dans un climat de flambée des prix.

Même les exportation de la pêche qui se chiffraient à 280 millions de dollars ont connu un bond considérable de 2011 à 2014 en dépassant les 400 millions de dollars en moyenne annuelle.

L’explosion de la dette

Au total entre 2010 et mi 2014, la Mauritanie a encaissé un volume considérable de ressources extérieures s’élevant à 17,24 milliards de dollars. Or la surprise, la voici: d’après les chiffres que “Mondafrique” s’est procuré, le pouvoir mauritanien, bien que gorgé de ressources, a continué à charger la barque de l’endettement public.

En l’absence de données officielles, soigneusement tenues secrètes, il nous faut retenir les chiffres de la chef de mission du FMI qui a séjourné cet hiver en Mauritanie et que nous avons pu consulter. L’encours de la dette mauritanienne s’élève désormais à 4,904 milliards de dollars, soit une progression de 153% durant les six années qui vont de 2010 à 2015.

Cherchez l’erreur.


Le pouvoir mauritanien s’endette, alors qu’il bénéficie d’une formidable embellie de la situation financière. D’où les questions légitimes sur l’utilisation des ressources et la qualité de la gouvernance. L’erreur commise par le président mauritanien et son gouvernement est d’avoir gaspillé, en ces temps de vaches grasses, cette rente minière et pétrolière tombée du ciel, sans préparer l’avenir.

L’Etat mauritanien a essoré les grandes compagnies minières, en forçant la main à la SNIM pour provoquer une généreuse et imprudente distribution de bénéfices. Une politique de matraquage fiscal ciblé a rendu l’exercice d’une activité privée et indépendante des réseaux du pouvoir plus qu’aléatoire. “Certains pays, constate un expert mauritanien, ont mis en œuvre des politiques de gestion judicieuses en se basant sur des prévisions d’évolution budgétaire sur dix ans et non en fonction des seules recettes annuelles. D’autre part, il aurait fallu créer un fond souverain permettant de diversifier le tissu économique afin de le rendre moins dépendant des seules matières premières. Or rien de tout cela n’a été fait”.

Des fonds dilapidés

Le retournement du cours des matières premières et du pétrole que connait aujourd’hui une Mauritanie sans marges de manœuvre a plongé le pays dans une grave récession. La croissance mauritanienne a plongé en 2015 à un taux de 2% seulement. "La question qui se pose, poursuit notre expert, est de savoir où est passé tout l’argent que l’Etat a reçu pendant les années fastes".
Sans même évoquer les circuits occultes qui ont permis aux clans présidentiel de d’enrichir, il convient de se pencher sur la partie visible de l’iceberg. L’Etat mauritanien s’est lancé dans une politique d’investissement anarchique qui n’intègre aucune stratégie cohérente. Au nombre des réalisations les plus désastreuses ou les plus surdimensionnées, on peut citer notamment la construction d’un aéroport encore inachevé d’une capacité de deux millions de voyageurs. Les besoins du pays se limitent à 120000 passagers par an. Pourquoi cette folie des grandeurs?

Dans le domaine agricole, des travaux de creusement d’un canal de 55 kilomètres ont été engagés sans aucune étude préalable de faisabilité. Aucun projet marquant n’a été engagé dans le domaine routier. La route dite de “l’Espoir”, un des grands chantiers des années post indépendance qui permet de gagner la frontière malienne, se dégrade à grande vitesse. La mise à niveau de la route entre Nouakchott et Rosso piétine depuis des années.

Attention au crash


Le peuple mauritanien n’a bénéficié ni de près ni de loin des fruits de la croissance de ces années glorieuses. Le taux de chômage de la population reste à 31,5%, un des plus élevés du monde, selon un rapport de la Banque Mondiale de février dernier. La moitié de la population mauritanienne n’a toujours pas accès à l’eau potable, selon un rapport du Programme Alimentaire Mondial (PAM). Enfin l’indice de développement humain (santé, éducation, pauvreté…) classe la Mauritanie au 156eme rang mondial en 2015 contre le 154 eme rang mondial en 2008.

Le pire est à venir. Pour financer dans l’année qui vient la baisse constatée du revenu national, l’Etat mauritanien s’apprête à augmenter encore les prélèvements sur la consommation des ménages, y compris les plus pauvres. La discrète et continue dévaluation de la monnaie locale, l’ouguiya, par rapport au dollar renchérit également les produits importés de première nécessité.

Autant dire que les classes populaires mauritaniennes vont être encore d’avantage, si cela est possible, saignées à blanc.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Mondafrique
Commentaires : 11
Lus : 3198

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (11)

  • texassois (H) 16/09/2017 19:48 X

    Bon , relevez gentiment quand même que c'est un article du journal lemonde...

  • Lebatmohamed (H) 14/09/2017 14:52 X

    À chaque fois qu'une catastrophe arrive, ont dit, pour essayer de dédouaner le president, que celui-ci "mal entouré " . Mais qui a choisi l'entourage du président si ce n'est lui-même? Le pays regorge de cadres, mais Aziz a préféré nommer des béni-oui oui pour la plupart incompétents mais prompts à satisfaire les désirs et les caprices du president fussent/ils illégaux, immoraux et contraires à l'intérêt du pays. Le seul critère de nomination aux fonctions de l'Etat c'est l'applaudimètre .

  • samba el bakar (H) 14/09/2017 07:48 X

    Comme cela vous journalistes avez osé.Pourtant vous n' êtes ni IRA ou Flamistes,ni corrompus par Bouamatou!Et celui qui déclarait à qui veut l' entendre qu'il ne craint pas la Haute Cour de Justice?! Ceux qui sont engoncés dans leur nombrilisme d' opérette,ces prétentieux défenseurs d'une Mauritanie que tous envient ouvriront ils enfin les yeux ?Toutes ces richesses ne peuvent en aucun cas pas être enfouies en Mauritanie.Et si ce n' est pas ça la GABEGIE alors je suis TRUMP.Attention au retour de bâton qui est la pauvreté endémique qui unira tous les damnés de la terre en Mauritanie pour se transformer en cyclone géant balayant tout sur son passage:Générale Marmite est le seul a être obéi quand tout va réellement mal...

  • lathirihako (H) 13/09/2017 19:05 X

    @JAKUZA tellement que tu es malhonnête et que tu n'es pas de bonne foie si on dit que y a du racisme d'état et de l'esclavage tu commences à nié et à insulter les gens .si on dit que l'économie est en faillite tu crois au mondeafrique (tu ne connais même pas que veut dire economie.pour le racisme d'état et l'esclaves il faut entre de mauvaise foie pour ne pas le reconnaître إتق الله penses que tu vas mourir et tu seras devant الله

  • moukhabarat (F) 13/09/2017 17:47 X

    L'économie mauritanienne manque d'assurer l'équilibre entre le court terme (bien être des citoyens au quotidien) et investissements structurants dont les fruits seront cueillis vers le long terme (ports, routes, centrales électriques...). Par ailleurs, le Président contrôle tout et cela bloque les investissements extérieurs car on a l'impression qu'il faut passer par quelqu'un de proche du palais gris pour pouvoir faire des affaires en Mauritanie.

  • Sidikader200 (H) 13/09/2017 17:31 X

    Des chiffres qui parlent. Le président Aziz et son gouvernement non contents de détourner à leur profit la manne résultant l'augmentation des prix des minerais , ils ont lourdement endetté le pays dans des investissements non rentables qui ne se justifie que par les commissions payées aux proches du président Aziz. Ce sont les générations futures qui vont casquer.

  • overview (H) 13/09/2017 17:24 X

    @jakuza, le président est mal entouré dans tous les domaines, c'est pas qu'il manque d'experts mais il préfère être entouré d’exécutant sans moral ni compétences. ce pays va mal et va touché le fond, ce n'est pas ce qu'on ne sais pas mais le plus grave ce qu'on ne fait rien pour l’empêché d'y arriver. Un président sans vision ça veut dire que l'etat est aveugle.

  • jakuza (H) 13/09/2017 16:48 X

    Le staff économique était et est toujours d'une nullité sidérale! Sur ce plan le président est vraiment mal entouré...

  • abouth (H) 13/09/2017 16:42 X

    L'opposition vocale et ses oiseaux de mauvais augure dont on nous fait pointer les becs à intervalles réguliers, commencent à lasser passablement les Mauritaniens; par contre, il y'a un sujet qui passionne les Mauritaniens: celui de connaître la clef de répartition du "pognon" sale, entre ses récipiendaires "journaleux"... L'écran de fumée volontairement entretenu sur des médias discrétionnaires, ne fait que renforcer l'impression d'une culpabilité à la mesure de l'acrymonie éditoriale!...

  • yawonni (H) 13/09/2017 16:40 X

    Cela donne des frissons,cet article !

  • leguignolm (H) 13/09/2017 16:11 X

    Mais quoi c'est le président des pauvres non!