17-09-2017 00:15 - Djibo Kâ, je me souviens !/Par Kaaw Touré

Djibo Kâ, je me souviens !/Par Kaaw Touré

Mauriweb - En plein été du mois de juillet 1999 sous le soleil ardent de l’Afrique lorsque le gouvernement sénégalais avait décidé de m’expulser du pays de la Téranga,

suite aux pressions diplomatiques du petit dictateur de Nouakchott le colonel Maouya Ould Sid’Ahmed Taya, le doyen Djibo Kâ faisait partie d’un de nos plus solides soutiens à Dakar. Il a convoqué une conférence de presse à l’occasion en tant que leader de l’URD pour dénoncer cette « décision injuste et arbitraire ».

Dans les locaux du groupe Sud Communication à l’immeuble Fahd, Bd Djily Mbaye X rue Macodou Ndiaye où je me trouvais pour faire des adieux à mes amis, ma sœur Linguère Aissatou Alioune Fall la journaliste vedette de l’époque de Sud Fm et mon ami et captif Abdoulaye Sacou Faye m’ont fait écouter dans leur studio l’intégralité de son intervention avant de m’interviewer en direct dans leur édition spéciale de Sud FM midi, la première radio privée et libre au Sénégal.

A ma sortie des studios de Sud Fm je suis allé à la rédaction de Sud Quotidien pour une autre interview en compagnie de mes amis et frères Grand Demba Ndiaye, Latif Coulibaly, Bocar Niang, Mamadou Mika Lom, feu Mame Ollé Faye (MOF) et Abda Wone jeune stagiaire à Sud Quotidien à l’époque.

Avant que je termine mes adieux on me passa un téléphone pour me dire qu’il y a quelqu’un qui voulait me parler. De l’autre bout du fil j’entends une voix familière qui me demandait: « C’est bien Kaaw? ».

J’ai répondu oui c’est moi. Et elle enchaine en pulaar: "Ko miin Jibo Kah no mbađđaa?"( C’est moi Djibo Kâ, comment vas-tu?). Après les salamalecs de politesse il me dit d’une voix grave et indignée: "Kaaw, vous avez tout notre soutien et solidarité dans cette épreuve et nous nous insurgeons contre cette décision arbitraire du gouvernement. Vous n’êtes pas des bandits, ni des voleurs mais des vrais combattants de la liberté et vous méritez le respect de tous les démocrates, gouvernements et dignes fils de l’Afrique".

Il me prodigua quelques conseils en tant que ainé, oncle mais aussi comme Homme d’état et m’a prié de garder le contact et de lui donner de mes nouvelles et la suite du dossier. Ce sont ces mots et cette voix qui me sont revenus lorsque j’ai appris en direct par la voix du président Abdoulaye Makhtar Diop l’annonce de son décès.

Djibo Kâ était un noble au vrai sens du terme et il symbolisait le « pulaagu » dans la geste pulaar, le mythe du héros, le courageux, le généreux et le digne. Il pouvait être un incompris mais c’était un homme de foi et de convictions profondes, un fin politicien avec une « analyse concrète d’une situation concrète » comme bréviaire pour dévaliser Lénine. Un républicain jusqu’à la moelle, attaché au droit et aux vertus africaines.

L’homme qui secoua les racines du baobab PS en 1996 et permis l’alternance démocratique au Sénégal en 2000 était un grand Homme d’État, un panafricaniste convaincu, un pullo fier et un patriote sincère.

A notre sœur et amie Sira Ka et toute la famille toute notre compassion, au peuple sénégalais nos condoléances les plus attristées. Pullo wirniima kono jaambaraagal makko e golle makko majjataa haa bada. A Dieu nous appartenons et à lui nous retournons.

Yo Alla yurmo mo yaafo mo. Yo Alla haarnu mo aljanna. Aamiin!

Et la lutte continue!

Kaaw Touré



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 7
Lus : 2492

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (7)

  • mystere1 (F) 18/09/2017 10:55 X

    Paix à son âme ! le berger peulh de la république sénégalaise !

  • overview (H) 17/09/2017 21:48 X

    Paix en son âme, nous oublierons jamais tous ceux qui nous ont apporté leur soutien dans la lutte contre l'injustice que nous subissons sur notre propre terre et ailleurs. qu'ALLAH (SWT) agrée DJIBO KA.

  • lass77 (H) 17/09/2017 14:32 X

    Paix à son âme. Il fut l'un des hommes qui ont marqué l'histoire politique et d'Etat de son pays et cela dépuis Senghor ce monsieur a servi son pays sans exception.

  • jamkoyleeli (H) 17/09/2017 13:06 X

    Paix a son âme il fut un grand Homme d'état Allahoumma aghfirlahou wa arhamhou

  • samba el bakar (H) 17/09/2017 10:24 X

    C'est dans les moments difficiles qu'on reconnaît les vrais amis.Merci pour ce poignant témoignage poignant Sur cette intervention de Kaw,je retire ce que j'avais mentionné dans un commentaire.En effet je reprochais au Pullo éleveur de vaches laitières en plein de ne pas beaucoup s' impliquer dans l' émancipation du pulaar du moment où il était écouté.Qu'Allah lui gratifie du bienfait qu'il t' accorda à travers son soutien personnel.

  • jakuza (H) 17/09/2017 01:19 X

    Article à charge contre feu Djibo Ka parrain du Flam, lui et certaines élites pular qui ont poussé Abdou Diouf en 1989 à ouvrir la prison de rebeuss et envoyer des criminels aguerris assassiner du maure!

  • bleil (H) 17/09/2017 00:37 X

    Un grand homme qui fait la fierté de notre région, humble, courtois et d'une élégance classique qui se perd de nos jours dans les cercles politiques ...Rahmatou Allah Alleyhe!