09-10-2017 08:45 - Tunisie : décès du ministre de la Santé Slim Chaker

Tunisie : décès du ministre de la Santé Slim Chaker

Jeune Afrique - Il participait à un marathon humanitaire dans le gouvernorat de Nabeul lorsqu’il a fait un malaise. Transporté d'urgence à l'hôpital militaire de Tunis, le ministre tunisien n'a pu être sauvé.

Le ministre de la Santé, Slim Chaker, est décédé ce dimanche 8 octobre, vraisemblablement suite à un malaise cardiaque. Il participait à un marathon organisé par une association de prévention du cancer dans le gouvernorat de Nabeul.

Victime d’un malaise, il a été admis en urgence à l’hôpital régional de Grombalia avant d’être transféré à l’hôpital militaire de Tunis. Mais il n’a pas pu être sauvé. Né en 1961, il est le petit-fils de Hédi Chaker, une des grandes figures du mouvement national tunisien.

Le 6 septembre 2017, le chef du gouvernement, Youssef Chahed, fait appel à lui dans son deuxième cabinet suite à un vaste remaniement ministériel.

« J’a perdu un frère, un ami et un collègue », a écrit Youssef Chahed sur sa page Facebook. « Il est parti en accomplissant son devoir et un acte humanitaire noble « , a-t-il ajouté.

Statisticien de formation et expert bancaire, Slim Chaker compte parmi les membres fondateurs de Nidaa Tounes, parti au pouvoir, et en dirigeait, jusque-là, la commission économique et sociale.

En 2011, il a été secrétaire d’État chargé du Tourisme dans le premier gouvernement post-révolution et ensuite ministre de la Jeunesse et des Sports dans le même gouvernement.

Il revient aux affaires en février 2015, en tant que ministre des Finances dans le gouvernement de Habib Essid et y restera jusqu’en août 2016 avant de rejoindre la Présidence de la République en tant que ministre-conseiller, chargé des Affaires politiques.

Plusieurs internautes tunisiens ont critiqué la défaillance du système de Santé tunisien qui n’a pas pu sauver Slim Chaker après son malaise.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Jeune Afrique
Commentaires : 0
Lus : 915

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)