30-12-2017 23:15 - Esclavage : Les Oulémas ne jouent pas leur partition

Esclavage : Les Oulémas ne jouent pas leur partition

Le Calame - La question de l’esclavage est une affaire qui divise les Mauritaniens. Le débat n’est plus maintenant de savoir si ce phénomène particulièrement abject se manifeste en pratiques ou en séquelles.

Aujourd’hui, il est surtout question de savoir jusqu’à où les autorités nationales et la communauté internationale sont elles prêtes à aller jusqu’à l’éradication totale d’une problématique qui a été tellement instrumentalisée au point qu’elle constitue une véritable menace à la cohésion sociale.

De 1981 avec la promulgation par le CMSN de l’ordonnance 034/81 abolissant l’esclavage à 2017 avec de nombreuses dispositions dont des lois le criminalisant dont la plus emblématique est la loi 031/2015 qui l’érige en crime contre l’humanité et des tribunaux spéciaux chargés du traitement de ses dossiers entre autres, la problématique ne semble pas totalement maîtrisée à cause d’un manque manifeste d’une véritable volonté politique qui puisse faire face courageusement aux lobbies de féodaux et d’obscurantistes encore nostalgiques d’un système social dont les fondements ne souffrent d’aucune entreprise de délégitimation ni de déconstruction.

Pourtant, la feuille de route composée de 29 points que la Mauritanie a paraphée avec la rapporteuse spéciale Gulnara Chahinian en 2015 en son point 22 confère à l’institution religieuse la mission de cette délégitimation et déconstruction. Pour cela, les Oulémas (Association) et les institutions religieuses officielles (Haut Conseil de la Fatwa, Imamat Central de Nouakchott…) devraient entreprendre de vastes campagnes de sensibilisation à travers tout le territoire national pour expliquer clairement aux citoyens les tenants et aboutissants de cette question en plus de la prononciation de Fatwas sans équivoque délégitimant l’esclavage.

Comme ils l’ont très bien fait pendant les campagnes de sensibilisation sur le VIH ou contre les pratiques néfastes comme les mutilations génitales féminines (MGF) notamment l’excision et autres. Depuis que la question est à l’ordre du jour, certaines organisations de la société civile comme SOS Esclaves ou IRA en font la principale thématique de leur combat des droits humains.

Elle s’est imposée pendant tout ce temps aux différents régimes qui l’ont traitée selon les contextes de leur passage au pouvoir. Les partis politiques en font un thème incontournable. La presse en use et en abuse selon les circonstances. Mais les Oulémas ne jouent pas leur partition.

Très rarement quelques très timides sorties ajoutent à la confusion générale, alors que dans un pays entièrement islamique, le point de vue on ne peut plus clair de l’institution religieuse sur la question aurait certainement permis de dissiper tous les doutes et booster les efforts des militants antiesclavagistes de tout bord pour aider à éradiquer enfin les restes même épisodiques d’un phénomène aussi abject que l’esclavage .



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 1162

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • foutatoro (H) 31/12/2017 02:58 X

    Et pourtant l'équation est simple : fin de l'esclavage + fin de la servitude des haratines = fin de la domination beidane = fin de la Mauritanie aberrante = Mauritanie nouvelle fondée sur la justice et l'égalité. La pérennité du pays dépend de la résolution de ce seul point d'équation. Y en a pas deux. La question est donc...les beidanes sont ils prêts à détruire le système qui a fait d'eux...Rois ?

  • Selmedine (H) 31/12/2017 01:36 X

    En mauritanie on ne peut rien cacher à plus forte raison s'adonner à une pratique abjecte,avilissante et contraire à notre vertue .Nous logons dans des tentes accessibles à tous sans aucune restriction , pourquoi cet acharnement continuel que notre société est encore esclavagiste ?Le problème est dans la .misère,l'analphabétisme et l'ïgnorance .Des programmes de developpement bien étayés doivent être élucidés pour éradiquer toutes ses discriminations et enrayé les séquelles qui retardent le developpement économique et social de notre société.