10-02-2018 09:12 - Mauritanie ● Pas de crise politique justifiant la formation d’un gouvernement d’union nationale

Mauritanie ● Pas de crise politique justifiant la formation d’un gouvernement d’union nationale

Le ministres de la culture et de l’artisanat, porte- parole officiel du gouvernement, Mohamed Lemine Ould Cheikh, a commenté jeudi dernier, 8 février courant, aux côtés de certains de ses homologues du gouvernement mauritanien, les résultats du conseil des ministres, organisé en début de journée.

Un journaliste a posé pour la circonstance une question au ministre, sur les chances de formation d’un gouvernement d’union nationale, en perspective des triples élections municipales, législatives et régionales (conseillers), prévues au cours de l’année 2018.

La formation d’un gouvernement d’union nationale « n’est pas une question à l’ordre du jour », a dit, le ministre, affirmant que l’actuel équipe gouvernementale est unie et homogène et n’a pas donc cette alternative.

« Il n’ y a pas de crise la (formation) justifiant ni d'absence d’une majorité absolue », a-t-il dit, précisant à propos des garanties de transparence des élections, que ces dernières sont désormais régies par une CENI.

Et d’ajouter que « le gouvernement ne s’occupe plus de la gestion des élections et le ministère de l’intérieur ne supervise plus ces élections ».

« De même la CENI a été formée de façon consensuelle de la part de la majorité et de l’opposition qui a accepté d’être partie au dialogue avec cette majorité », a-t-il conclu.

©CRIDEM / 10 février 2018

Cridem, avec AMI

-----



Commentaires : 5
Lus : 1285

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • El Houssein (H) 10/02/2018 14:04 X

    cette question ne dépend pas de lui. Aussi, quand sait-il de la Majorité et son mécontentement ? Elle n'est point satisfaite de la négligence que lui assigne le Pouvoir par manque de concertation et de participation dans la gestion des affaires.

  • samba el bakar (H) 10/02/2018 12:53 X

    Oui Monsieur le Ministre,le débat publique doit être recentré sur les termes de référence d'une bonne gouvernance et tant que l'équipe est unie il n'y a pas besoin de chamboulements de nature à disperser les énergies.Ceci n'est pas un blanc seing pour le gouvernement actuel mais plutôt une observation pour demander à tous pour que la transparence dans la gestion de chose publique soit le cheval de bataille de tous.Le nombre de mandats présidentiels n'eût ce été une obligation de respecter la parole donnée n'est d'aucune utilité.

  • bleil (H) 10/02/2018 12:20 X

    L'idiot ne comprends pas que l'élite intellectuelle n'est pas du même bord politique que lui ... que le pays a besoin de tous ses fils pour son développement socio-économique! Un gouvernement digne de ce nom, avec de vrais ministres ayant l'attitude et les compétences requises pour concevoir et exécuter une politique réelle de progrès ...

  • mohamed hanefi (H) 10/02/2018 12:03 X

    En considérant la portée des deux termes, force est de nous mettre d’accord qu’une union nationale prime sur la gouvernance. Même s’il n’existe aucune crise politique, (ce qui est fort discutable), toute autre forme de crise, ne se porterait que mieux, par la formation d’un gouvernement d’union nationale. Les échardes de dissension qui font mal un peu partout dans le corps social, méritent bien une conjugaison des efforts de toute la classe vive de la nation pour que le calme national, nécessaire au progrès et au développement du pays, s’instaure et s’installe. Le pays n’avancera que crachotant, tant que ses mains gauches, engagent un bras de fer sournois et tacite avec ses mains gauches. Et la Mauritanie est tellement disparate, que tous ses fils lui sont indispensables pour sa santé et son immunité contre les secousses du temps.

  • Bertrand (H) 10/02/2018 09:44 X

    Les prix des denrées alimentaires et de tous produits de consommation ont atteint un niveau d'augmentation très élevé. Beaucoup de marchandises ont connu une augmentation de 30 à 50%. Le Gouvernement doit surveiller le marché afin de proscrire les abus,car les commerçant du plus grands au plus petit s'en donnent à cœur joie. Sans surveillance et sans mesure corrective, il y'aurait, inévitablement, des émeutes,des problèmes sociaux, dont profiteraient les ennemis du peuple pou semer le chaos. Déjà la SOMELEC, la SNDE ne facturent plus en moins de 10.000 MRU, et les charges s’entassent et le citoyen croule sous le poids de la pauvreté. IL Y A UNE LIMITE A TOUT, surtout la patience.