14-02-2018 10:35 - Syrie: la France "frappera" en cas de "preuves avérées" d'armes chimiques (Macron)

Syrie: la France

Romandie News - Si la France "a des preuves avérées que des armes chimiques proscrites sont utilisées contre les civils" en Syrie par le régime, "nous frapperons", a réaffirmé mardi Emmanuel Macron devant l'Association de la presse présidentielle.

"Nous frapperons l'endroit d'où ces envois sont faits ou là où ils sont organisés. La ligne rouge sera respectée", a dit le président. "Mais aujourd'hui nous n'avons pas de manière établie par nos services la preuve que des armes chimiques proscrites par les traités ont été utilisées contre les populations civiles", a-t-il ajouté.

"Dès que la preuve sera établie, je ferai ce que j'ai dit", a-t-il prévenu, tout en martelant que "la priorité c'est la lutte contre les terroristes, les jihadistes".

S'agissant du régime syrien, "on saura caractériser les choses avant la fin du conflit. Peut-être qu'on saura davantage après la fin du conflit", mais ça "ça relèvera de la justice internationale", pas des frappes.

Le président a également plaidé pour une réunion internationale sur la Syrie, si possible "dans la région. J'ai fait plusieurs propositions", a-t-il dit sans autre précision. "Je ne suis pas obsédé par faire une réunion sur la Syrie à Paris", a-t-il ajouté.

Recevant son homologue russe Vladimir Poutine le 29 mai 2017 à Versailles, Emmanuel Macron avait déclaré que "toute utilisation d'armes chimiques" en Syrie donnerait lieu à une "riposte immédiate" de la France.

"J'ai indiqué qu'une ligne rouge très claire existe de notre côté: l'utilisation d'une arme chimique par qui que ce soit", qui fera "l'objet de représailles et d'une riposte immédiate de la part des Français", avait-il dit.

Selon Washington, au moins six attaques au chlore ont été recensées depuis le début janvier dans des zones rebelles, où des dizaines de cas de blessés par suffocation ont été rapportés. Le gouvernement syrien a démenti fin janvier avoir utilisé des armes chimiques, et Moscou, allié de Damas, a dénoncé de son côté une "campagne de propagande", soulignant que "les auteurs ne sont pas identifiés".

Pour la France, qui soupçonne tout comme les Etats-Unis le régime syrien, les preuves ne sont pas encore réunies sur la nature et l'origine des attaques.

"On a des indications possibles d'utilisation du chlore mais nous n'avons pas de confirmation absolue. C'est donc ce travail de confirmation que nous sommes en train de faire, avec d'autres, parce qu'évidemment il faut que les faits soient établis", avait souligné vendredi la ministre des Armées Florence Parly.

Mercredi, le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian avait déclaré que "tout" indique que les forces du président Bachar al-Assad se livraient "en ce moment" à des attaques au chlore mais s'il était aussi montré prudent "tant que ce n'est pas complètement documenté".
(©AFP / 13 février 2018 22h51)



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 1129

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • synthetiseur (H) 14/02/2018 12:19 X

    "Mais aujourd'hui nous n'avons pas de manière établie par nos services la preuve que des armes chimiques proscrites par les traités ont été utilisées contre les populations civiles", Alors il ne fallait rien dire cher Monsieur Macron.Tu as parlé pour rien....

  • ELVALLI (H) 14/02/2018 11:37 X

    Ça y est ! On y est. Ou ça recommence avec Macron, cette fois. Quand Macron se casse les dents devant les problèmes tels : le big-bang politique engendré par son arrivée au pouvoir, le chômage, le pouvoir d’achat, la sécurité, l’Europe en agonie, les paradis fiscaux etc.… La parade classique est de détourner le regard des français vers l’extérieur de l’hexagone afin de protéger d’autres peuples des horreurs que leurs font subir les dictateurs arabo-africains… Il faut frapper en Syrie, en Libye, au Mali quitte à aller quémander des fonds… Avec Jean Yves le Truand aux affaires étrangères et aux affaires tout court, c’est du déjà vu qu’on ressert comme repas à Macron. Macron est aussi philosophe c’est pourquoi il doit méditer le refus de De Gaulle de s’aligner sur la diplomatie belliqueuse, hypocrite et impérialiste des anglo-saxons. Macron doit cesser le petit jeu du gendarme surtout un gendarme qui n’a plus qu’un sifflet et qui n’impressionne personne. Il y va du salut de la France. Il faut qu’il retire ses forces des autres pays et qu’il consacre ses efforts pour redresser la dangereuse gite économique et sociale du navire France. Il est quelque part ridicule de commander 4 drones aux américains pour les opérations militaires au Mali alors que les français ne sauront les manipuler qu’après une décennie. Devant ce genre de fait, un français fera une bonne boutade et un haut le corps légitime.