10-03-2018 16:33 - Mauritanie : les dérives du régime de Ould Aziz indexées par les réseaux sociaux

Mauritanie : les dérives du régime de Ould Aziz indexées par les réseaux sociaux

Kassataya - A un an des présidentielles le débat sur la mal gouvernance du président mauritanien est relayé cette semaine sur les réseaux sociaux.

Au cœur de cette polémique, un bilan de 9 années de gabegie, de corruption et de clientélisme, des promesses non tenues sur le respect de la démocratie, l’instrumentalisation de la justice à des fins de règlements de compte avec l’opposition, la presse indépendante et les syndicats libres, un pays à genou au chevet du FMI. Et enfin des interrogations sur l’après Ould Aziz.

Il ne se passe pas un jour où la presse nationale surtout indépendante ne parle pas de la situation politique et économique en Mauritanie. Les observateurs ne sont pas à court d’idées et sont très inquiets du régime de Ould Aziz en fin de règne.

Les mauritaniens s’interrogent sur leur avenir. Et durant les 9 mois de gouvernance de leur président rien n’a changé pour eux au contraire leurs rêves se sont transformés en cauchemar. La vie quotidienne est plus difficile maintenant avec une nouvelle monnaie qui était censée résoudre l’inflation a crevé le panier ménager. Et la corruption au sommet de l’Etat a impacté le trésor public et le pays est au bord de la faillite.

Ce regard critique de la gouvernance du président mauritanien est relayé cette semaine sur les réseaux sociaux. Au cœur de cette polémique le bilan négatif de 9 années de pouvoir marquées par des promesses non tenues sur le respect de la démocratie, de la constitution avec une fin de mandat marquée par des règlements de compte avec l’opposition démocratique, la presse indépendante et les syndicats libres. L’instrumentalisation de la justice à des fins politiques par Ould Aziz est un secret de polichinelle.

L’affaire du sénateur frondeur Ould Ghadda toujours en prison et l’affaire Bouamatou le richissime mauritanien exilé au Maroc entrent dans ce cadre. Les observateurs sont surtout inquiets des atteintes aux libertés. Depuis 2009 Ould Aziz s’est attaqué à la liberté d’expression en multipliant la pression sur la presse indépendante et interdisant l’opposition et les mouvements citoyens et anti-esclavagistes de manifester. La torture des détenus est devenue la méthode la plus appropriée pour éliminer les opposants au régime aujourd’hui à bout de souffle.

Les réflexions les plus pessimistes portent sur la situation économique gravissime. Le pays manque cruellement de devises. Les exportations du minerais, du cuivre et de l’or en chute libre.Une dette abyssale publique avoisinant plus de 70 pour cent du PIB.

Les mauritaniens sont à genou et implorent le FMI pour ne pas attacher trop longtemps la ceinture déjà trop serrée au point d’étouffer. Face à cette impasse économique et sociale le locataire du palais de Nouakchott est plus tôt affairé à trouver un dauphin pour la continuité de l’Etat raciste. C’est un des objectifs de l’UPR, le parti de la majorité en pleine restructuration. Beaucoup d’incertitudes quant à la transparence des prochaines élections.

Bakala KANE




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 4
Lus : 4037

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • fidelis (H) 12/03/2018 13:42 X

    Mr Kane, votre torchon d'article est clairement le fruit d'une manipulation au dessus de ta personne. Ce posting est creux, sans aucune consistance et fait dans la précipitation. Une réaction à un autre posting certainement. L'action est mieux que la réaction, cher Kane.

  • JA-AVERI (H) 11/03/2018 12:09 X

    Bonjour mon frère Kane ce que vous avez ecris est une réalité que personne ne peut nier. Aziz fait tout sauf le bon. La Mauritanie est un pays tres riche mais sa richesse est detournée par ce gouvernement de mafiosi avec à sa tête Aziz

  • aminatat (H) 10/03/2018 18:54 X

    Sí la presse n'était pas libre, vous n'auriez pas la possibilité de publier des articles comme celui-ci. A l'approche des échéances électorales, proposez nous des analyses sérieuses, illustrées de données et proposez vos solutions plutôt que de voir le mal partout et ce sans rien proposer

  • aminatat (H) 10/03/2018 18:49 X

    M kane, votre analyse est truffé de fausses allégations qui témoignent de votre mauvaise foi. Les analyses sérieuses ne sont pas celles que l'on trouve dans les réseaux sociaux. Les mauritaniens ne sont pas de votre avis et s'inquiètent surtout de l'après aziz car ils ont conscience que personne d'autre ne parviendra à faire le tiers de ce qu'il a réalisé. Les avancées depuis ces 9 dernières années sont machallah très nombreuses mais vous ne voyez pas toutes ces avancées car vous êtes aveugle et amnésique