13-03-2018 16:16 - Mauritanie: interdit de 3e mandat, Aziz entend garder la main au-delà de 2019

Mauritanie: interdit de 3e mandat, Aziz entend garder la main au-delà de 2019

Le360 - Frappé par la limitation des mandats conformément aux articles 28 et 29 de la constitution mauritanienne du 20 juillet 1991, modifiée par voie référendaire le 25 juin 2006, et donc non candidat à l’élection présidentielle de 2019, le président Mohamed Ould Abdel Aziz entend demeurer «incontournable» dans le jeu politique mauritanien au-delà de cette échéance, selon l’avis de plusieurs analystes à Nouakchott.

Cette option explique le regain d’activités de l’Union pour la république (UPR), parti au pouvoir, fondé dans la foulée de "la rectification" (coup d’Etat) du 6 août 2006 pour aider l’élection à la magistrature suprême de son auteur, le général Mohamed Ould Abdel Aziz.

Ainsi, l’UPR parti subitement sorti d’un long et profond sommeil consécutif au "fiasco" du référendum constitutionnel du 5 août 2016.

La nouvelle stratégie du chef de l’Etat mauritanien laisse transparaître clairement une ferme volonté de donner une nouvelle dimension à cette formation dirigée par Sidi Mohamed Ould Maham, l'un de ses lieutenants de Aziz au sein ce qu'on appelle le "bataillon parlementaire".

Il s'agit de faire de l'UPR un puissant instrument lui permettant de rester le maître du jeu politique bien au-delà de son magistère.

Ainsi, au cours des derniers jours, l’UPR a organisé des journées nationales de concertation, dont la cérémonie de lancement a enregistré la présence du président de la République en personne, pourtant censé être au-dessus des contingences partisanes de par sa fonction de chef de l'Etat, comme l'a justement relevé le chef de l'institution de l'opposition démocratique.

Ces assises ont débouché sur une série de recommandations visant à massifier les rangs de la formation à travers le lancement imminent d’une campagne d’implantation et de vente des cartes, tout en donnant un souffle nouveau à toutes les activités de nature à donner du contenu à la vie du parti.

Par ailleurs, les journées nationales de concertation de la semaine dernière ont débouché sur une décision capitale: le renouvellement des instances du parti à partir de la date du 15 mars 2018.

Une série de résolutions a été prise, dont la création d’une structure de 5 membres, composée du Premier ministre, du président de l’Union pour la république (UPR), du président de l’Assemblée nationale, du président du Groupe parlementaire de l’UPR à l’Assemblée nationale et du responsable chargé des affaires politiques de la formation.

La mission de cette nouvelle structure est de coordonner l’action entre le parti, le gouvernement et l’assemblée nationale. Ces deux dernières institutions sont monopolisées par l'UPR.

Par ailleurs, au cours du week-end écoulé, le parti au pouvoir a dépêché plusieurs missions de sensibilisation à l’intérieur du pays.

Conduites par des ministres, des conseillers à la présidence et des conseillers à la primature, celles-ci ont suscité de vives critiques dans les rangs de l’opposition, qui a dénoncé le comportement «antirépublicain» des membres du gouvernement désertant l’administration pour des activités partisanes.

Ces missions ont annoncé aux cadres et militants dans les capitales régionales et départementales, la décision de renouvellement des instances du parti et donné «des garanties que toutes les actions prises seront désormais menées dans la transparence sur la base des choix de la base, à travers une démarche ouverte et participative» et en rupture avec les méthodes verticales qui ont caractérisé jusque-là la gestion du parti.

Par notre correspondant à Nouakchott
Cheikh Sidya




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Le360 (Maroc)
Commentaires : 5
Lus : 2219

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • samba el bakar (H) 14/03/2018 09:56 X

    Puis je savoir qui a délégué le machin ASSOCIATION MAIN PROPRE et ses "vive" à la con pour avoir le monopole sur les coeurs, les idées et le Nationalisme des Mauritaniens? Cela devient barbant de voir cet oiseau dresser les ergots chaque fois qu'on parle de la politique en Mauritanie et prétendre défendre contre vents et marées le Président de Tous les Mauritaniens au moins jusqu'à la fin de son mandat légal.Comment vouloir bâtir un État moderne avec des bouffons pareils bouchés à l'émeri? Si vous aviez un minimum de civisme vous auriez eu du respect pour la Constitution qui est loin d'être le papier toilettes auquel vous voulez la réduire.Personnellement je suis beaucoup plus soucieux de la bonne Gouvernance que la limitation du nombre de mandats.En effet autant l’alternance n'est pas une absolue garantie de la Démocratie,autant le maintien au Pouvoir n'est pas foncièrement une marque de dictature.Mais respecter la parole donnée surtout en Islam, possède un sens

  • barkaba (H) 13/03/2018 23:20 X

    Vraiment du n'importe quoi avec se président qui ne cherche qu'à se remplir ses poches et ses proches aux détriment des autres. Il n'a fait qu'aggraver la situation en Mauritanie.

  • ASSOCIATION MAIN PROPRE (H) 13/03/2018 19:51 X

    Le peuple mauritanien souhaite accorder au Président Mohamed Ould abdel aziz un troisième mandat pour lui donner justement le temps nécessaire de parachever ses nombreux projets qu’il a initiés pour faire de la Mauritanie un pays émergent. Si une minorité de mauritaniens se reconnaissent dans cette constitution qui fixe à deux la limite du nombre de mandats, il y’a une large majorité des mauritaniens qui ne s’y reconnaissent pas. VIVE AZIZ ET VIVE LA NOUVELLE MAURITANIE

  • diargua (H) 13/03/2018 17:55 X

    De la ratatouille au ridicule ! Voila où en arrive le régime de notre tristement célébre guide éclairé. Il prend le pouvoir par le bout du canon ! Il le reprend encore par le bout du canon ! Il fait à sa guise ce qui lui semble bon durant ses dix années de règne. Resultat ? Rien de bon ! La mauritanie n'est pas toujours rentrée dans la cour des grands ! Arrive la fin de son mandat et notre Guide veut en remettre encore toujours par la continuité de son éclairage ou alors .... par le bout du canon ! De l'est à 'ouest du nord au sud la Mauritanie vit ses derniers moments de soupirs, des soupirs longtemps étouffés... qui risquent de devenir : y a n'en marre !

  • Antilope Noire (H) 13/03/2018 16:46 X

    On ne peut pas faire du neuf avec du vieux, les mauritaniens ne sont pas dupes et ne reprennent pas n’importe quoi, ils savent que tout cela n’est pas sérieux, mais ils ne diront rien et je crois que la leçon du referendum devra servir de baromètre aux décideurs politiques de ce parti de l’UPR. On prend les mêmes et on recommence, mais on recommence quoi, le mal, l’inégalité, l’injustice que les populations ont subit depuis la création de ce parti. Cet éléphant à moitié mort est tombé dans un grand trou de discorde politique entre deux personnes qui s’entrainent à l’enterrer depuis bientôt deux ans, il s’agit du Premier ministre Yahya Ould Hademine et Ould Maham, maintenant on leur demande de déterrer l’animal à moitié ensevelit avec des mensonges tout bus et tout mouillées, vous pensez que les populations vont suivre en sachant d’avance que le maître du jeu n’est plus valable pour les prochaines échéances présidentielles de 2019, les mauritaniens ne diront pas non, pour profiter des intérêts en jeu, mais ils voteront le moment venu non et non comme au referendum, pour punir ces deux responsables et c’est l’opposition qui en bénéficiera. Pour éviter ce désastre il fallait changer les têtes pourries du système et demander aux généraux de laisser les hommes qu’il faut à la place qu’il faut.