04-06-2018 11:11 - Pénurie d’eau dans certains quartiers de Kaédi : colère et indignation des populations

Pénurie d’eau dans certains quartiers de Kaédi : colère et indignation des populations

Tawary - Depuis plusieurs jours certains quartiers environnants de la capitale du Gorgol sont confrontés à une pénurie d’eau. Si dans certains quartiers l’eau n’est accessible que la nuit, dans d’autres localités les bornes fontaines et les robinets sont à sec depuis des semaines.

Cette situation suscite la colère et l’indignation chez les populations de ces quartiers populaires. Certains habitants envisagent de manifester. Ici à Jedida, c’est l’eau qui manque le plus. Dans ce quartier populaire de Kaédi, les habitants passent plusieurs jours sans voir une goutte d’eau sortir du robinet, selon Aicha, une mère de famille.

Une situation qui les contraint, selon eux, à faire des kilomètres pour avoir le précieux liquide : "Dans notre cas précis, on ne parle même pas de coupure, parce que la coupure suppose qu’on est privé d’eau un moment et ça revient. Or maintenant, ça ne vient même plus", ajoute-t-elle.

On peut faire 72 h sans avoir de l’eau. On est obligé de se déplacer jusqu’à des centaines de mètres ou à quelques kilomètres pour chercher de l’eau. On est entrain de créer une association pour la circonstance et ensemble, nous allons manifester notre mécontentement à la Société nationale de l’Eau (SNDE) comme certains quartiers l’ont fait avant nous», raconte une habitante d’El Jedida.

Dans le quartier de l’aéroport, c’est le même constat et la même frustration chez la population. Assises sur leurs bidons, elles sont plusieurs femmes à s’approvisionner chez une famille dont le robinet coule à compte gouttes. Selon elles, cette situation perdure depuis plusieurs semaines.

«C’est environ jusqu’à des fois 1h ou 2 h, on se fatigue trop pour avoir de l’eau. Souvent même si ça vient, ça devient comme de la boue, c’est trop sale. On n’en peut plus vraiment. Pour cuisiner il faut qu’on aille puiser de l’eau dans les puits des gens. Il y a des gens qui se plaignent », explique une dame qui réside à Kébba.

Or, les personnes âgées et les enfants ont besoin d’eau et beaucoup d’eau, parce qu’il fait très chaud. La pénurie d’eau a de graves conséquences et boire l'eau polluée des puits est source de maladies telles que le choléra et la bilharziose. L’eau est devenue une denrée rare en cette période de Ramadan dans plusieurs quartiers de Kaédi. Face à cette situation, des populations se plaignent des coupures incessantes d’eau. Elles appellent les autorités à trouver des solutions à cette pénurie d’eau.

Alors face à ce calvaire des populations, aucune explication n’a été fournie sur cette coupure d’eau prolongée en cette période de forte chaleur.

R.Fall



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 1058

Commentaires (0)