11-07-2018 12:33 - Tension vive à la frontière : La Mauritanie ferme ses portes aux Sénégalais

Tension vive à la frontière : La Mauritanie ferme ses portes aux Sénégalais

Home View Senegal - La tension est vive entre les populations de l’Ile à Morphil et les autorités mauritaniennes, dans le département de Podor. Des gardes frontaliers de la Mauritanie ont arraisonné deux pirogues. Interdisant du coup la traversée aux ressortissants sénégalais.

Tandis qu’au même moment, les Mauritaniens traversent le fleuve dans les deux sens pour cultiver leurs champs sans être inquiétés. Les populations de l’Ile à Morphil ne décolèrent pas contre l’administration qui impose son diktat à la frontière avec le Sénégal.

En effet, elle a tout simplement délimité les points de passage entre les deux pays. Ainsi les populations sénégalaises ne peuvent plus se rendre librement en Mauritanie voisine. Elles sont obligées de passer par des localités comme Démette, Dioudé Diabé, Cas-Cas et Mbagne (Mauritanie).

Une décision qui met en colère les populations qui jugent ces mesures inadmissibles d’autant plus qu’elles ne s’appliquent pas aux ressortissants mauritaniens. Les autorités sénégalaises n’étant pas dans la logique d’appliquer la réciprocité. Pour se rendre de l’autre côté de la frontière, les populations sont obligées de casquer au niveau des points réglementés par Nouakchott.

Tout autre point de passage utilisé par les Sénégalais étant sévèrement sanctionné. Le plus cocasse, c’est que les populations ne sont pas informées officiellement de ces nouvelles mesures.

Selon l’adjoint au chef du village de Saldé, village frontalier avec la Mauritanie, la décision de Nouakchott est loin de faire l’unanimité. Elle commence à créer une tension réelle entre la population et les autorités. Il a dénoncé le fait que, chaque jour que Dieu fait, de nombreux Mauritaniens quittent leurs pays et entrent tranquillement au Sénégal sans être inquiétés. Ces derniers viennent cultiver leurs champs de riz au village de Saldé.

Cela, avant de ramener leurs récoltes dans leur pays sans qu’aucune autorité sénégalaise ne s’y oppose. Face au mutisme des autorités sénégalaises, les populations se demandent au nom de quoi l’Etat accepterait une telle décision de la Mauritanie.

La police mauritanienne qui surveille les frontières depuis que cette mesure est entrée en vigueur, n’hésite pas à mettre la main sur les récalcitrants. Ces agents organisent des patrouilles le long des frontières. C’est d’ailleurs au cours d’une de leurs nombreuses patrouilles qu’ils ont arraisonné deux pirogues au niveau des villages de Diaranguel et de Thiengelel. Lesquelles ont été transférées à Mbagne, en Mauritanie.

Les populations sénégalaises qui ne veulent plus revivre le même scenario des fameux évènements de 1989, demandent aux deux autorités des deux pays que la loi soit appliquée à tous. Nos tentatives de joindre les autorités administratives locales n’ont pas permis d’avoir leur version sur cette affaire, qui commence à créer un sérieux malaise.

WalfQuotidien



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 5
Lus : 6595

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • maestro (H) 11/07/2018 19:30 X

    Si le mur est dresse dans votre maison entre votre chambre et celle de ton frere de sorte que tu ne puisses plus le voir que au sortir de la maison. Merde laisser le fouta tranquil on a marre de ces gouvernements je deviens archi séparatiste. Merde a vous tous avec vos dessous et plans sous les tables. Le problème c est bien ces gouvernements diriges par des gouverneurs qui représentent meme pas la france mais plutôt les adeptes de nouvel ordrMondial. Pauvre de foutanke un peuple d homme intégré attaque par leur frere

  • ahmed12b (H) 11/07/2018 18:13 X

    Dans tous les pays du monde il y a des points de passage réglementaires. Nos frères sénégalais sont chez eux en Mauritanie mais il faut entrer par les points de passage prévus. Point à la ligne .

  • djibrilba (H) 11/07/2018 17:43 X

    D’autant plus quand nous savons que le Maghreb arabe constitue le rempart contre l’immigration massive subsaharienne est né en 2004. Cette entité est née sous l’impulsion de la France et de la Tunisie. L’initiative « 5+5 défense » récemment appelé Groupe des dix et qui rassemble l’Espagne, la France, l’Italie, Malte, Portugal, l’Algérie, la Libye, la Tunisie, le Maroc et la Mauritanie a pour vocation aussi La lutte contre l’immigration clandestine, le terrorisme et les trafics d’armements qui constituent les principaux défis auxquels font face les pays membres de cette initiative et donc forcément les états en bordure du Sahel. Ce maghreb devient donc de facto le gendarme pour les pays occidentaux vis à vis de l'Afrique subsaharienne. Comprenne qui veuille comprendre. Vivement que la Mauritanie revienne dans le giron de la CDEAO son espace socioculturel et économique. Qu'on ait tourné le dos à la CDEAO est une aberration. Les Mauritaniens prennent leur "beurre" dans le Sahel et tourne le dos au Sahel à cette partie du Sahel. Soyons vigilants.

  • lhraki (H) 11/07/2018 16:12 X

    Les autorités mauritaniennes craindraient peut être que cette partie se transformerait en un point de transit pour les émigrés subsahariens.Le gouvernement mauritanien est donc dans son rôle.

  • Bertrand (H) 11/07/2018 13:19 X

    Arrêtez de raconter des bêtises et laissez les états organiser leur sécurité: il faut bien faire faces au Sath bouray et aux terroriste et trafiquants, quand aux sénégalais ils sont près d'un million en Mauritanie et ils ont été si bien accueillis que certains sont dans la police, l'armée, la gendarmerie et l’Administration. Si vous semez la mésentente vous ferez mal à tout le monde et en premier vos concitoyens.