05-11-2018 21:45 - Histoire: ces émirs mauritaniens qui voulaient rallier le Maroc

Histoire: ces émirs mauritaniens qui voulaient rallier le Maroc

Les Mauritanies - L’Entente Mauritanienne et le Parti Nahda sont les premières formations politiques à militer dès 1956 pour le rattachement de la Mauritanie au Maroc. Faisant échos à l’appel d’Allal Fassi, le puissant patron d’alors de l’Istiqlal, Horma Ould Babana, ancien député de la Mauritanie à l’assemblée nationale française, (battu en 1951 et 1956) s’installe à Rabat.

En 1958, il sera suivi par deux ministres mauritaniens en exercice, à savoir Dey Ould Sidi Baba et Mohamed Ould Bâ. L’émir du Trarza complète la liste et vint faire allégeance au Roi Mohammed V, déclarant “le désir de tout le peuple mauritanien de voir la Mauritanie retourner au sein de la mère patrie”.

A cette hémorragie par le sommet, Moktar Ould Daddah de l’Union progressiste mauritanienne, vainqueur des élections à l’assemblée territoriale en 1957 ( 253 000 voix sur 268 000 votants et 375 000 inscrits), répondra par un célèbre discours: “Au moment où la France, par des institutions généreuses, nous donne le droit de nous gouverner nous mêmes et de nous déterminer librement, je dis non au Maroc. Mauritaniens nous étions, mauritaniens nous sommes, mauritaniens nous resterons”.

De 1958 à 1960, le parti Nahda continue à militer pour le rattachement au Maroc.

Parallèlement, l’Union nationale mauritanienne, créée en 1959 par les dissidents de Nahda, préconise un rattachement du sud mauritanien au Mali. La Mauritanie obtiendra son indépendance le 28 novembre 1960 et sera admise à l’ONU une année plus tard en même temps que la…

Mongolie extérieure. Les transfuges rentreront pour la plupart en 1963. En mai 1963, Ould Daddah fait partie des signataires de la charte constitutive de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA). Ce n’est que dix ans plus tard, en 1973, que la Ligue Arabe consentira …enfin, à admettre la RIM parmi ses membres.

Source: Les revendications marocaines sur la Mauritanie [article] Françoise De La Serre
Revue française de science politique Année 1966 16-2 pp. 320-331



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 2211

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • mseyke le martyr (H) 07/11/2018 09:59 X

    la grande trahison et leurs fils occupent de hautes stations

  • siam2013 (F) 06/11/2018 10:53 X

    58 ans après l’indépendance octroyée par la France, quel est l’état - à tous points de vue - de la « Mauritanie » pays créé de toutes pièces par la France pour sécuriser ses colonies de l’Afrique occidentale ? Pour ma part, la Beydane que je suis aurais aimé le rattachement au Maroc : point de problème linguistique et la ville de Nouadhibou aurait ressemblé à Casablanca, ce qui - il faut bien l’admettre – n’est pas le cas aujourd’hui !

  • ElArbi3 (H) 06/11/2018 09:40 X

    A quoi bon ce billet? Le parti Nahda était d'obédience surtout panarabe et ne voulait pas un rattachement au Maroc, voir les propos de son fondateur Feu Baba Miske, il y a quelques temps sur Jazira, dés que vous vous faites preuve de recherches. Les transfuges sont revenus en 1963 parce qu'ils recherchaient l'indépendance du pays, par contre les autres sont restés au Maroc jusqu'à la fin de leurs vies, comme Dey et autres. Quant à Ould Horma n'est revenu en Mauritanie qu'au soir de sa vie après un passage au Gabon et en libye.