30-11-2018 20:16 - Des commerçants mauritaniens arrêtés au moment de quitter l'Angola

Des commerçants mauritaniens arrêtés au moment de quitter l'Angola

Essahraa - Sept (7) commerçants mauritaniens, qui comptaient regagner leur pays, à partir de l’aéroport international de Luanda, ont été arrêtés, rapportent des sources, selon lesquelles, l’interpellation des compatriotes est intervenue après un contrôle de papiers.

Un incident qui intervient quelques jours, après les assurances faites par l’Angola sur les ressortissants mauritaniens, selon lesquelles, cette communauté pacifique n’a été jamais dans le viseur des autorités sécuritaires chargées de veiller sur la régularité des résidents étrangers.

En effet, le ministre mauritanien des Affaires Etrangères et de la Coopération, Ismail Ould Cheikh Ahmed, s’était entretenu récemment par téléphone avec son homologue angolais Manuel Domingos Augusto, sur la situation de la communauté mauritanienne en Angola.

Les deux hommes se sont concertés sur les conditions des citoyens mauritaniens en République d'Angola à la lumière des récents développements, qui avaient conduit au départ de certains compatriotes de peur de faire l’objet des mesures de persécution prises par Luanda.

Le ministre angolais a décrit à cette occasion, la communauté mauritanienne de colonie pacifique, affirmant qu’elle n'a jamais été ciblée par les mesures requises pour lutter contre le crime organisé dans les zones d'exploration de diamants, qui ont touché des résidents illégaux.

Il a également affirmé l’engagement et la détermination de son pays de prendre toutes les mesures susceptibles de garantir la sécurité de la communauté mauritanienne en Angola.

http://essahraa.net/node/4579



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 4396

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • lass77 (H) 02/12/2018 14:28 X

    Les Mauritaniens sont pacifiques , c'est claire ce qu'on ne comprend pas l'Angola ne veut plus d'étrangers sur sol qu'ils soient clandestins ou en situation reguliere et meme parfois angolais naturalisés. C'est l'un des pays le plus mauvais d'Afrique car en meme temps c'est le tapis rouge pour les portugais anciens colonialistes de ce pays. Que la Mauritanie envoie tout simplement un avion pour faire un pont-aérien afin de rapatrier ses ressortissants. Voilà ce que doit le ministere des affaires étrangeres. S'en dit et cela doit faire reflechir la façon qu'on traite les étrangers en Mauritanie.