04-12-2018 09:12 - Passif humanitaire/ devoir justice : Le collectif des veuves marche pour réclamer justice

Passif humanitaire/ devoir justice : Le collectif des veuves marche pour réclamer justice

Le Calame - Le collectif des veuves et leurs orphelins ont réitéré, le 28 novembre dernier, à l’occasion de la célébration du 58e anniversaire de l’indépendance nationale, leur exigence de voir les auteurs des exactions commises dans les casernes militaires contre les officiers, sous officiers et soldats tous négro africains, entre 1989 -91, par leur frères d’armes Beïdane, traduits en justice.

Pour marquer ce qu’elles considèrent comme un anniversaire souillé, depuis cette date, du sang de 28 soldats de cette communauté pendus dans le nuit du 27 au 28 novembre 1990 dans la garnison d’Inal, les veuves, présidées par Mme Houleye Sall, mère Houleye pour les intimes, a initié une marche en direction du siège des Nations Unies, dans la matinée du 28 novembre dernier.

L’objectif était de dénoncer le refus des autorités mauritaniennes de faire la lumière sur cette période sombre de l’histoire du pays. Elles entendaient surtout réclamer l’abrogation de la loi d’amnistie, adoptée en 1993, sous le magistère du président Maaouia Sid’Ahmed Taya, renversé, en août 2005 par un putsch militaire. C’était bien évidemment sans compter avec les forces de l’ordre, promptes à réprimer.

Tôt le matin, des bus bourrés de policiers anti émeutes ont investi le chemin menant vers cet endroit. Leurs bus étaient stationnés près de la pâtisserie La Palmeraie et du parc de la mairie de Tevragh –Zeina, et leurs occupant à prêts à empêcher tout mouvement vers le sièges de l’ONU à Nouakchott, situé au centre ville. Ainsi ont-ils refoulé et bousculé les marcheuses, appuyés cette année par les rescapés, les militants d’IRA et de la société civile.

Dans leurs différentes déclarations et réactions, les veuves, orphelines et rescapés ont dénoncé le refus du pouvoir actuel de régler ce douloureux dossier qui affecte, selon eux l’unité nationale et la cohabitation entre les communautés en Mauritanie. Le collectif des veuve réclame également à connaître l’endroit où sont enterrés les martyrs pour leur offrir des sépultures dignes du nom. Les veuves, orphelins et rescapés considèrent que le pouvoir persiste dans le refus d’abroger la loi d’amnistie 93-23 du 14 juin 1993 qui protège les bourreaux dont certains continuent à se pavaner dans les rues de Nouakchott, sans être inquiéter. Ils ont accusé le régime de « pratique raciste » et d’ « exclusion » de l’essentiel des institutions du pays, la communauté noire du pays. Parmi les autres revendications des veuves, ont peut également citer les DEVOIRS de VERITE, de MEMOIRE et de REPARATION.

Signalons que dans le cadre de la célébration de cet anniversaire, le collectif des veuves a organisé une lecture du Saint Coran et des prières pour le repos de leurs époux, pères, frères, oncles …

Ce que dit la loi d’amnistie de 1993 publié au Journal officiel de la république islamique de Mauritanie, le 15 juin 1993.

Loi numéro 93-23 du 14 juin 1993 portant Amnistie.

Article premier- Amnistie pleine et entière est accordée :

- 1) aux membres des forces armées et de sécurité auteurs des infractions commises entre le 1er janvier 1989 et le 18 avril 1992 et relatives aux événements qui se sont déroulés au sein des forces et ayant engendrés des actions armées et des actes de violences.

- 2) Aux citoyens mauritaniens auteurs des infractions subites aux actions armées et actes de violences.et d’intimidations entrepris durant la même période.

Art 2 toute plaine, tout procès verbal ou document d’enquête relatif à cette période et concernant une personne ayant bénéficié de cette amnistie, sera classé sans suite.

Art 3 la présente loi sera publiée suivant, la procédure d’urgence et exécutée comme loi d’état, au journal officiel de la République Islamique de Mauritanie.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 1045

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • lass77 (H) 04/12/2018 14:56 X

    C'est une honte et inacceptable d'empêcher ces manifestations légitimes pendant ce temps on accepte des manifestations inutiles ailleurs. J'ai toujours dit que la non résolution des injustices en Mauritanie causeront l'abîme du pays car c'est une bombe à retardement. Que l'État fasse quelque chose au lieu de s'entêter dans l'aveuglement et le déni. Amnestie ou pas il faut expliquer pourquoi des vaillants pères de familles ont été pris à leurs familles à jamais.

  • yawonni (H) 04/12/2018 14:07 X

    NDIEWO a la place des gilets jaunes difficiles en avoir pour beaucoup de personnes mettre les mains sur la nuque est plus facile et plus pacifique

  • NDIEWO (H) 04/12/2018 09:50 X

    Opération Gilet jaune en Mauritanie à partir de demain contre toute forme de racisme