04-12-2018 15:33 - Sénégal : décès du patron de presse Sidy Lamine Niasse

Sénégal : décès du patron de presse Sidy Lamine Niasse

Jeune Afrique - Sidy Lamine Niasse, le fondateur du groupe Walf Fadjri et homme de presse très engagé politiquement, est décédé le 4 décembre à Dakar, à la suite d’un malaise cardiaque.

Le fondateur du groupe Walf Fadjri et figure de la presse privée sénégalaise est décédé le mardi 4 décembre aux alentours de 8 heures du matin, à l’hôpital principal de Dakar. Âgé de 68 ans, il avait été hospitalisé la veille à la suite d’un malaise cardiaque.

Contre-pouvoir

En janvier 1984, il avait lancé le premier numéro du journal Walf, « poussé par un immense sentiment de révolte suite à son incarcération sous le régime de Léopold Sédar Senghor », se souvient Abdourahmane Camara, directeur de la publication de Walf. D’abord un bimensuel, le journal devient un quotidien dans les années 1990, avant de s’étendre à la radio et à la télévision et de devenir l’un des groupes de presse privée les plus influents du pays.

Très engagé politiquement, le président de Walf Fadjri a dédié sa vie à incarner les contre-pouvoirs face aux régimes successifs. Écouté sous Abdou Diouf puis sous Abdoulaye Wade, avec qui il a eu des relations difficiles, « il était très attaché à l’idée de contre-pouvoir et à la conservation de sa liberté de ton », insiste Abdourahmane Camara.

« Ni pour ni contre » les gouvernements

La critique permanente des gouvernants lui vaudra quelques affrontements avec les autorités. Notamment sous la présidence de Macky Sall, à l’occasion du référendum constitutionnel de 2016. Face à un service public laissant beaucoup d’espace aux partisans du « oui », Sidy Lamine Niasse tenait à ouvrir les colonnes de son journal aux défenseurs du « non ».

Le jour du vote, il avait fait face à une opération des autorités, entrées en force dans les locaux de ses antennes radio et télé afin d’en couper la diffusion. Le groupe de presse avait alors bénéficié d’un vif soutien des populations, venues manifester, jusqu’à obtenir le recul des autorités. « Ni pour ni contre » les régimes en place, Sidy Lamine Niasse tenait dur comme fer à sa posture de contre-pouvoir, et, comme il se plaisait à le dire, souhaitait « donner la parole aux sans voix ».

Par Manon Laplace - à Dakar



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Jeune Afrique
Commentaires : 6
Lus : 2209

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (6)

  • medabdul (H) 05/12/2018 12:28 X

    @ lass machin je dis vrai sans aucune animosité il traitait les peuls de tous les noms publiquement et y'a des imbécilités qui ne pardonneront jamais;;;;; (***)

  • mystere1 (F) 05/12/2018 08:49 X

    @Medabdul ! quand une personne meurt, on laisse son passé sombre, on ne peut que souhaiter pour le ou la défunt(e) des condoléances saines afin que Dieu lui Pardonne, au lieu de cracher du venin en parlant de racisme, ce n'est pas le moment, l'essentiel c'est ce que l'H a fait de son vivant comme oeuvre d'héritage dont les gens se souviendront, n'empêche qu'aucune personne n'est parfaite ! et pour répondre à ta question sur sa paternité, eh bien regarde son nom patronymique de Niasse, il est de la famille maraboutique du grand cheikh el islam baye niasse, il est le Fils du grand savant, écrivain et homme de Dieu, Khalifa El Hadj Mohamad Niass et sa mère est chérif descendante du prophète, une mauresque de la tribu dont t'a parlé @moukhabarat ! voilà pour ta connaissance.

  • lass77 (H) 04/12/2018 20:43 X

    @medabul@ Tes questions à la con font honte. Condoleances à la famille du défunt, qu'Allah l'accueille dans son paradis. Il laisse un heritage exceptionnel dans l'ancrage démocratique au Senegal par le biais de la presse qu'il a révolutionnée. Je fais remarquer qu'il n'etait pas vendu aux differents regimes de son pays de Diouf à Sall en passant par Wade. Ce qui n'existe pas dans notre Mauritanie.

  • medabdul (H) 04/12/2018 18:22 X

    IL AVAIT CRÉE UNE GROSSE POLÉMIQUE RACIALE AU SÉNÉGAL.en décrétant qu'on ne parle pas pulaar dans sa télé;A MÉDITER.

  • medabdul (H) 04/12/2018 18:18 X

    qu'Q ALLAH lui accorde son paradis éternel;sa maman est idawaheli et son papa était qui? DE QUELLE ETHNIE?

  • moukhabarat (F) 04/12/2018 15:46 X

    C'est un monument sénégalo-mauritanien qui disparaît: sa mère est une mauresque Idawali de Boutilimitt