08-12-2018 07:30 - Présidentielle en Libye : la lettre de Saïf al-Islam Kadhafi à Poutine

Présidentielle en Libye : la lettre de Saïf al-Islam Kadhafi à Poutine

La Tribune Afrique - Depuis qu’il est reparti libre de sa cellule de la prison de Zintan en juin 2017, Saïf al-Islam Kadhafi ronge son frein.

Désormais, le fils cadet de Mouammar Kadhafi semble se préparer à sa première sortie sous les projecteurs pour affirmer son poids politique. En préparation de sa candidature à la présidentielle, Saïf al-Islam Kadhafi s’est fendu d’une lettre à Vladimir Poutine, le président de la Russie, seule puissance étrangère à juger que Kadhafi fils a un rôle à jouer dans la résolution de la crise libyenne. Mais le calcul serait beaucoup plus large.

Entre le glaive de la CPI qui le menace de poursuites et la pression de sa condamnation par un tribunal de Tripoli, Saïf al-Islam Kadhafi a trouvé une troisième voie plus salutaire. A mots couverts, le second fils de Mouammar Kadhafi s'apprête à endosser son costume de présidentiable. Et le projet commence plutôt par la quête d'alliés pour une légitimité internationale.

Présidentiable, il valide la feuille de route onusienne

Ce 4 décembre, Saïf al-Islam envoie Mohamed al-Kaïlouchi et Mohamed al-Ghadi, deux émissaires à la tête d'une délégation pour rencontrer Mikhaïl Bogdanov, vice-ministre russe des Affaires étrangères et envoyé spécial du président Poutine pour l'Afrique. Non sans plaider d'abord la cause du second fils de Mouammar Kadhafi, les deux émissaires se sont faits les porteurs d'une lettre destinée au président russe Vladimir Poutine. Que contient donc cette missive ?

A moins d'être dans les secrets du Kremlin, difficile de répondre avec exactitude à cette question. Mais l'on subodore que Saïf al-Islam y plaide sa cause en perspective de la présidentielle que la communauté internationale souhaite qu'elle se tienne en juin 2019 lors des élections générales. Avec sa missive, le fils de Mouammar Kadhafi établit des contacts avec la Russie afin que celle-ci pèse de tout son poids diplomatique dans la feuille de route tracée par l'ONU pour une sortie de crise.

«Saïf al-Islam soutient, fait savoir Mohamed Al Kaïlouchi dans une interview au site arabophone de "Russia Today", la tenue d'une conférence nationale de tous les Libyens sans exclusion, loin de toutes interférences extérieures» pour tenter de faire sortir, par une réconciliation nationale suivie d'élections, la Libye de la crise dans laquelle elle est plongée depuis la mort de Mouammar Kadhafi en 2011. Même si le second émissaire tente de brouiller les pistes, l'évidence est visible.

Le poids de la Russie de Poutine

Saïf al-Islam Kadhafi sera bien candidat à la présidentielle libyenne puisqu'il «sera inscrit sur les listes dès que celles-ci seront ouvertes. Le peuple libyen a le droit de choisir», comme le confirme son avocat Khaled al-Ghouwail dans une conférence de presse aux médias russes. Dans ce projet, le fils de l'ex-guide de la Jamahiriya a vite fait de relever auprès de la Russie son adhésion sans restriction à la feuille de route de l'ONU pilotée par Ghassan Salamé. Un moyen de jouer une puissance contre les autres ?

Le lobbying russe au sein de l'ONU devrait lui permettre d'avoir un siège à la table des discussions sur l'avenir de la Libye. La Russie a estimé que le fils de Mouammar Kadhafi est un des personnages clés dans le règlement de la crise libyenne. La légitimité de Saïf al-Islam fera sans doute le reste. Auréolé de son titre de chef du Conseil suprême des tribus libyennes, il pourrait se poser en alternative à Fayez al-Sarraj que l'on dit trop débonnaire face aux rebelles et Khalifa Haftar, que l'on dit malade. De là à en faire le successeur de son père, il y a un fossé que seule la tenue effective des élections pourrait confirmer.

Par Ibrahima Bayo Jr.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 5037

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • foutatoro (H) 08/12/2018 10:19 X

    Le paradoxe de la dictature c'est que l'après dictature est souvent tellement catastrophique que le malheureux peuple finit par faire appel à l'ancien régime croyant que c'était mieux avant. C'est le cas de la RDC où certains de plus en plus nombreux sont nostalgiques de mubutu. En Libye beaucoup pensent que ce saif peut être un sauveur vu l'état calamiteux du pays.