09-01-2019 11:22 - Mauritanie : Le président promet l’application ferme des lois contre le racisme

Mauritanie : Le président promet l’application ferme des lois contre le racisme

Alakhbar - Le président mauritanien, Mohamed Ould Aziz, a promis une application ferme des lois contre le racisme et la haine. Le chef de l’Etat mauritanien s’exprimait, ce mercredi, lors de la "marche nationale" organisée par le Gouvernement contre "la haine et le discours extrémiste".

Selon Mohamed Oluld Abdel Aziz, le peuple mauritanien est sorti pour livrer un message : le devoir de protéger le pays contre le racisme et la haine. La Mauritanie, déjà unie par l’Islam et le sacrifice contre la colonisation, entre dans une nouvelle ère qui nécessite la sécurité et la stabilité, a-t-il indiqué.

Par ailleurs, le président mauritanien a exhorté la population à l’enseignement qui est le garant de la réussite des générations futures. La Mauritanie est officiellement composée de quatre communautés (Arabe, Soninké, Peul et Wolof)

Ce mercredi a été décrété jour férié sur l’ensemble du territoire national.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 8
Lus : 3117

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (8)

  • lass77 (H) 10/01/2019 13:02 X

    Et bien que cela commence immédiatement avant votre départ du pouvoir dans cinq mois. L'application des lois pas uniquement contre le racisme mais tous ceux qui violent les lois en permanence. C'était inutile pour un chef d'Etat de manifester contre les défauts qui existent dans son pays. Qui a conseillé ou initié une telle idée au Rais?

  • Sidikader200 (H) 09/01/2019 15:22 X

    C'est la montagne qui accouche d'une souris. Avait--on besoin de toute cette mobilisation digne de la Corée du Nord pour un discours si banal : nous allons appliquée la législation contre le racisme et la haine . Le president n'a rien apporté de nouveau. Avait-il des choses à dire notamment au sujet du 3 eme mandat qu'il n'a finalement pas voulu ou osé dire? En tout cas , cette journée aura coûté cher. Les spécialistes avancent le chiffre de 3 millards um : 500 millions de dépenses directes et 2,5 milliards de manque à gagner pour la collectivité correspondant à une journée fériée au plan national.

  • MDBZSHLL (H) 09/01/2019 15:03 X

    A mon avis ce n'est pas juste de pointer certaines personnes du doigt au moment ou les Mauritaniens manifestent aujourd'hui contre ces propos. Cherchons plutot langage qui solidifie notre unite.

  • sindibad (H) 09/01/2019 13:22 X

    le racisme montant de samouri ould baya est plus dangereux et plus nocif que le discoure de biram qui destiné avent tout a récolter de l'argent. le peuple de nouakchott s'est soulevé en masse contre ses malades sociaux genre samouri ould beya . le président est pret à décréter l'état d'urgence et rester au pouvoir pour pacifier le pays....

  • moukhabarat (F) 09/01/2019 12:35 X

    notre gouvernement est tombé dans le piège des manipulateurs:le racisme n'existe pas chez nous. Par contre le tribalisme, ethnocentrisme et la corruption rongent notre société.

  • Bertrand (H) 09/01/2019 12:32 X

    Il faut sévir par la loi appliquée à tous de la même manière contre les incendiaires et les fossoyeurs de l'unité nationale, ceux qui vomissent la haine comme les dragons vomissement le feu. Il faut prononcer des peines de 10 à 30 ans contre tous ceux blancs, bleu, rouges, noirs ou jaunes.Ceux qui veulent nous entrainer dans une guerre civile doivent être condamnés à mort car se sont des tueurs et des assassins par excellence. Nous sommes des frères à plus d'un titre nous devons faire face à la haine et à ceux qui veulent que la Mauritanie soit disloquée, à ALLAH ne plaise, pour que d’autres pays ou puissances ennemies en prenne chacun un morceau. Nous devons les vaincre.

  • kangourou (H) 09/01/2019 12:27 X

    Tout ça pour ça, le président avait vraiment besoin de décréter une journée fériée et chômée sur tout le territoire national pour dire à son peuple qu'il va appliquer les lois sur le racisme ? Pourquoi cela n'avait pas été fait avant ? Celui qui n'a pas grand chose à dire doit se taire Mr le président.

  • Hamady Barry (H) 09/01/2019 11:37 X

    En Mauritanie, tout celui qui dénonce le racisme est taxé de raciste ou extrémiste. L'égalité ne se décrète pas seulement, ça se pratique pour toutes les composantes en droit et en devoir. Voyons les promotions, les emplois à tous les niveaux, on verra que le nombre des exclus augmente dans les autres composantes négro africaines. Pour vivre en paix, laissons le racisme d'état et pratiquons l'égalité et la justice sociale. C'est tout ce que demandent les gens qu'on taxe d'extrémisme. Towf