10-01-2019 15:12 - Marche du 9 Mars : Encore une de plus?

Marche du 9 Mars : Encore une de plus?

Le Calame - Le principal parti de la majorité présidentielle, l’Union Pour la République (UPR) a décidé de « marcher pour défendre l’unité nationale et la cohésion sociale », dit-elle. Une marche pour l’unité nationale ? Une de plus, serait-on tenté, de dire. Depuis quelques années, l’unité nationale fait en effet jaser la classe politique tout entière.

De l’opposition démocratique à la majorité présidentielle, chacun s’est emparé du sujet pour en faire son apanage personnel.

Poussé par l’opposition et, surtout, par les organisations de défense des droits de l’homme comme IRA, SOS Esclaves, Le Mouvement El Hor, Le Manifeste des Haratines, Touche pas à ma Nationalité, le Conseil représentatif des Soninko ou le Manifeste Wolof, et certains partis politiques, comme les Forces Progressistes du Changement (non reconnu) qui ont réclamé le règlement des questions de l’esclavage, de ses séquelles et du passif humanitaire des années 89-91, le pouvoir s’est, lui aussi, saisi de la question, en organisant plusieurs séminaires et conférences-débats.

A l’arrivée, rien de nouveau, si ce n’est un nouvel arsenal juridique, important, pour la question de l’esclavage et de ses séquelles, ce qui n’a pour autant pas empêché les organisations de défense des droits humains d’exhiber des cas avérés. Les textes sont bons mais leur application peine à se matérialiser.

Aujourd’hui, on nous ressasse des « discours haineux et discriminatoires », pour mobiliser toute la République, à travers une marche, un jour ouvrable. Une espèce de mépris pour le fonctionnement des structures de l’Etat et de leur rentabilité.

Les organisateurs de ces manifestations se sont-ils seulement demandé pourquoi la question nationale continue à troubler le sommeil des gouvernants et des patriotes du pays ? Pourquoi n’ont-ils pas cherché des solutions à ce problème qui ne date pas d’hier ? Elles existent pourtant et figuraient déjà en bonne place, dans les recommandations du dialogue de 2016. Mais elles dorment, depuis, dans les tiroirs de la commission de suivi dudit dialogue.

Avec l’unité nationale, on s’était juste contenté de « vacarmer» ou de s’égosiller dans les hôtels et autres salles de réunions. Pas plus. Or le mal est profond et le premier responsable est tout désigné: l’Etat, du moins ceux qui nous ont gouverné ou gouvernent et n’ont pas voulu prendre le taureau par les cornes.

On organise, comme pour faire diversion, des rencontres, on tient des discours ou l’on menace tout celui qui réclame les plus élémentaires droits. Tout celui qui a le culot d’évoquer les questions qui fâchent est vilipendé, traité d’extrémiste et de raciste. Les pouvoirs publics se pressent d’envoyer les forces de l’ordre pour mater les manifestants, au lieu de privilégier le dialogue, l’écoute et la concertation.

La Marche du 9 Janvier, avec, à sa tête, le président de la République est certes un acte fort, symbolique même. Une initiative à saluer, donc, pour autant qu’elle s’en tienne à son propos. Car la tentation du coup du pub est particulièrement forte, en cette période préélectorale.

Coïncidant avec diverses initiatives appelant à un troisième mandat, pour l’actuel président de la République en passe de finir son second et dernier, en Juin prochain. Amalgame ? Certains redoutent en effet que cette marche ne serve de prétexte à la promotion du dit troisième mandat, ce qui risque de fausser la manifestation, voire de la détourner carrément de son objectif affiché.

On espère, a contrario, qu’à son lendemain même, les pouvoirs publics prennent des mesures vigoureuses, pour régler la question nationale… Pourquoi pas à travers des journées de concertations nationales, comme en 2006 ? De sorte que chaque mauritanien se sente mauritanien à part entière, qu’il puisse profiter des opportunités de développement de son pays (partage équitable des ressources, égalité de chance, justice sociale, droit à la justice …).

Nous connaissons les risques que fait courir une unité nationale vacillante. Lui rendre son assise sera un gros chantier, pour les cinq prochaines du Président à élire en Juin 2019. Nous ne devons pas rater l’occasion, passer à côté de l’essentiel : organisation d’une présidentielle inclusive, transparente et apaisée. La Mauritanie ne supportera pas un lendemain d’élection contestée. Le Rwanda, le Burundi et la RCA sont là pour nous interpeler.

DL



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 928

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • ASSOCIATION MAIN PROPRE (H) 10/01/2019 16:56 X

    Qui est prêt à se battre et donc à mourir pour son pays ? (Celui, celle) qui aime sa patrie, se met à son service, prend les armes pour sa défense .Nous sommes convaincus que l'armée mauritanienne ne laissera jamais tomber le peuple mauritanien. Si vous voulez voir de vraies patriotes allez dans les casernes, dans les frontières...Etc. pour voir ceux et celles qui sont prêt à se battre et donc à mourir pour la Mauritanie. (Celui, celle) qui aime sa patrie, se met à son service, prend les armes pour sa défense, voila le comportement de vrais patriotes.la question qui se pose aujourd’hui est la suivante : Mohamed Ould abdel aziz peut-il obtenir démocratiquement un troisième mandat ? Evidemment oui si le peuple le décide. Quand on a en main une solution ou une combinaison qui fonctionne, on ne la change pas sans raison. Il faut la conserver de manière à en tirer le plus de réussites et de bénéfices possibles. Regardez le Rwanda qui apparaît depuis quelques années comme un modèle de développement pour toute l’Afrique au point que les Nations Unies classent Kigali au même niveau que les grandes métropoles occidentales en termes de confort de vie, grâce à Paul Kagame qui a été réélu pour un troisième mandat, le RWANDA est devenu un model de bonne gestion pour les pays voisins, et enchaîne les distinctions internationale. Mais en Mauritanie ; il y’a des vrais malades qui ont perdu tout sens de discernement à cause de l’aversion qu’ils ont à l’endroit du Président Mohamed Ould abdel aziz. Mais ces haineux, jaloux et sournois doivent savoir que si le peuple veut que le président Mohamed Ould abdel aziz fasse un troisième mandat, il le fera INCHA ALLAH. C’est le peuple qui décide et c’est le peuple qui vote pour son chef. C’est ça la vraie démocratie. VIVE AZIZ ET VIVE LA NOUVELLE MAURITANIE

  • leguignolm (H) 10/01/2019 16:12 X

    Mohamed Ould Abdel Aziz de grâce des pieds sur terre avant que cela soit trop tard ! On a vu Saddam sortir dans un troue de raz ! On a vu Imam Stade Olympique ramper dans un tuyau comme un gros lézard ! On a vu Ould Taya sortait par les hublots d’un avion. Il n’est pas dit « la violence fait naître de la violence ». Il n’est pas dit « Que les actes de la haine et l’extrémisme font naître la haine et d’extrémisme ». On ne récolte que ce qu’on a semé !